Par : Fleury LJ
Publié : 25 avril 2014

Jolidon, carton poèmes, contes, glossaires, St Imier, Bienne, Delémont

Jean-Paul Prongué

g) Inventaire du « Carton Poèmes, etc. (V. Classeur L) »

« Cahier 1 ». 49 pages

info document -  PDF - 4 Mo

Pages 1-39. Parabole de l’enfant prodigue en versions patoises, sauf indications contraires en textes dactylographiés et en écriture ordinaire versets 11-32.

Pages 1-2 et 16-17. Patois de Tavannes. Petite remarques en fin de texte. Tiré de Philippe Bridel (1757-1847), « Glossaire des patois de la Suisse romande », no XXVI, p. 474-476.

Pages 3-4. Patois du Val de Saint-Imier, remarques en fin de texte. Tiré de « Landessprachen der Schweiz », sans références, et du « Glossaire des patois de la Suisse romande », no XXV, p. 472-474.

Pages 5-6 et 18-19, et 20-21. Patois de Delémont. Texte envoyé au sous-préfet Holtz en 1807. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ». Texte recueilli par M. Watt. Mention des « Landessprachen der Schweiz », no 1, p. 364-366.

Pages 7-8. Patois de Bienne. Texte envoyé en 1807 au sous-préfet Holtz, à Delémont. La référence à un « patois de Bienne » est problématique, Bienne étant une ville initialement germanophone. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 9-10. Patois de la Montagne de Diesse. Texte envoyé en 1807 au sous-préfet de Delémont, Hotz. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 11-12- Patois de Courtelary. Texte envoyé en 1807 au sous-préfet de Delémont, Hotz. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 13 et 24-25. Patois de Moutier-Grandval. Texte envoyé a sous-préfet de Delémont, Hotz, en 1807. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ». Voir également dans « Die Landessprachen der Schweiz », no 4. P. 372-373, communication du pasteur Himeli de Bévilard.

Pages 14-15. Texte en patois du val de Saint-Imier, recueilli par le pasteur Morel, imprimé dans « Landessprachen der Schweiz », sans références, et dans le « Glossaire des patois de la Suisse romande », no XXV, p. 472-474.

Pages 16-17. Texte en patois des Franches-Montagnes. Tiré de Stalder Jos. « Die Landessprachen der Schweiz », no 2, p. 366-369.

Pages 27-28. Patois de Saint-Brais. Texte dicté par Julia Jolidon, née en 1880, à son fils l’abbé Robert Jolidon.

Page 29. Patois de Vicques. Recueilli chez Mme Rion-Fromaigeat en 1951.

Page 30. Patois de Mettembert. Recueilli chez l’abbé André Chèvre, de « Mettemberg », sans doute par Robert Jolidon.

Pages 31-32. Patois de Bonfol. Recueilli chez Amélie Surdez-Macquat, née en 1879 par Jules Surdez. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Page 34. Patois de Coeuve. Texte recueilli chez Julien Ribaud, de Coeuve, sans doute par Robert Jolidon.

Page 35. Patois d’Alle, Texte recueilli chez l’abbé Joseph Mamie, sans doute par Robert Jolidon.

Page 36. Patois de Cornol. Texte recueilli chez M. Hêche en 1952.

Page 37. Patois de Boncourt. Texte recueilli chez Joseph Mamie et transcrit par Robert Jolidon.

Page 38. Patois de Corban. Texte recueilli chez Judith Schaller, née e 1873, en 1953.

Pages 40-43. « Le pâtchou, le braicoinnie et le contrebandie ». Texte en patois d’Ocourt, dactylographié, écriture ordinaire, notices éparses, recueilli par Jule Surdez et publié dans « Le Jura » de janvier 1928.

Pages 44-45. « Coetche coegnechainse (notice) di peyi de Poerentru ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, sans traduction, tiré du « Dictionnaire patois de l’Ajoie », p. 645 et ss.

Pages 46-449. « Le mairiaidge de lai Louise », texte de Paul Moine en patois, dactylographié, écriture ordinaire, avec traduction, tiré de la « Revue jurassienne » 1949, p. 88.

« Cahier 2 ». 63 pages

info document -  PDF - 5.2 Mo

Pages 1-48. Ce cahier reprend largement les textes du cahier 1 sur la parabole de l’enfant prodigue en versions patoises. A la fin de certaines de ces versions, Robert Jolidon a noté des remarques manuscrites en patois, en écriture phonétique.

Pages 49-50. Version en patois d’Ocourt de la parabole de l’enfant prodigue, dactylographiée, en écriture phonétique. Recueilli par Jules Surdez et communiqué au Bureau du « Glossaire ».

Pages 51-53. Version en patois d’Ocourt de cette parabole, par Keller. Texte dactylographié, en écriture phonétique, enquête de Jules Surdez de 1943, communiquée par le « Glossaire des patois de la Suisse romande ».

Pages 54-55. Version en patois de Lamboing recueilli par O. Keller, Dactylographiée, écriture phonétique. Texte recueilli en 1937 chez Jules Deveux, né en 1866, communiqué au « Glossaire des patois de la Suisse romande ».

Pages 56-57. Version en patois d’Orvin recueillie par O. Keller. Texte dactylographié, en écriture phonétique, recueilli en 1937 chez Constantin Grosjean, né en 1854.

Pages 58-59. Version en patois de Plagne, dactylographiée, en écriture phonétique. Précision annexe « p. 100-103 ». Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 60-61. Version en patois de Romont, dactylographiée, en écriture phonétique. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 62-63. Texte en français de la parabole de l’enfant prodigue, dactylographié.

« Cahier 3 a ». 37 pages

info document -  PDF - 3.1 Mo

Page 1. « I ai ïn aimant ». Poème en patois d’Undervelier, dactylographié, écriture ordinaire, 5 strophes, sans traduction, tiré d’Arthur Daucourt, Dictionnaire des paroisses de l’ancien évêché de Bâle, tome VII, p. 283-284.

Page 2. « An note Emulation ». Texte en patois de Jules Surdez, dactylographié, écriture ordinaire, avec quelques mots traduits. Dédié à Ali Rebetez. Publié dans les Actes de l’Emulation de 1951, p. 22.

Page 3. « Les tras tchevrie ». Texte en patois, rédigé par Paul Moine, dactylographié, écriture ordinaire, publié dans le « Revue jurassienne » de 1949, p. 76.

Pages 4-5. « Le bon an ». Poème en patois de douze strophes, dactylographié, écriture ordinaire, publié par Paul Moine dans le « Revue jurassienne » de 1949, p. 52.

Pages 6-7. « L’Aidjolatte ». Poème en patois, de cinq strophes, de Jules Surdez, dactylographié, écriture ordinaire, paru dans la « Revue jurassienne » de 1949, p. 108-109.

Page 8. « Lettre patoise ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, sans traduction, signé « Colas di Cart », paru dans « Le Pays du Dimanche » du 10 avril 1898.

Page 9. « Petit conte en patois ». Texte en patois dactylographié, écriture ordinaire, sans traduction, signé « Le François du Coinnat », paru dans « Le Pays du Dimanche » du 9 janvier 1898.

Page 10. « Lettre patoise ». Texte incomplet en patois dactylographié, écriture ordinaire.

Pages 11-13. « Lettres patoises ». Deux textes en patois, dactylographiés, écriture ordinaire, sans traduction, signés « Le François di Coinnat », paru dans « Le Pays du Dimanche » du 13 février 1898.

Page 14. « Lettre patoise ». Texte en patois dactylographié, écriture ordinaire, avec refrain en français, non signé, paru dans « Le Pays du Dimanche » du 2 avril 1899.

Pages 15-16. « Lettre patoise ». Texte en patois des Cufattes (Le Bémont), dactylographié, écriture ordinaire, signé « Djoset le Mentou », publié dans « Le Pays du Dimanche » du 16 janvier 1898.

Pages 17-18. « Lettre patoise ». « In capuçin que dit aye (oui) ai peu quéque chose aipré ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé « In Vadais », publié dans « Le Pays du Dimanche » du 27 février 1898.

Pages 19-20. « Les cheûtes d’enne pâtche miraculeuse ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé « Ci Jules des Bossas », paru dans le « Pays du Dimanche » du 24 juillet 1898.

Page 21. « Lettre patoise ». « Dâ lai côte de mai ». Texte en patois dactylographié, écriture ordinaire, signé « Stu que n’â pe de bôs », paru dans « Le Pays du Dimanche » du 3 septembre 1899.

Pages 22-23. « Lettre patoise. Djain Djaitche et ses doues fannes ». Texte en patois dactylographié, écriture ordinaire, signé « In Vadais », paru dans « Le Pays du Dimanche » du 23 janvier 1898.

Page 24. « Lettre patoise », sans titre. Texte dactylographié, écriture ordinaire, signé « Colas di Cart », paru dans le « Pays du Dimanche » du 10 avril 1898.

Pages 25-26. « Lettre patoise », sans titre. Texte en patois dactylographié, écriture ordinaire, signé « L’Aidjolat », paru dans le « Pays du Dimanche » du 9 janvier 1898.

Page 27. « Petit conte en patois ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé « Le François di Coinnat », paru dans « Le Pays du Dimanche » du 9 janvier 1898.

Page 28. « Pour le dispensaire anti-tuberculeux . An aipreutche ». Texte en patois, imprimé, découpé dans un journal, écriture ordinaire, sans traduction, signé « Le Piera techez le véye mérre ». Sans autres indications.

Pages 29-31. « Discours » d’Eugène Péquignot à l’occasion du Marché-concours de Saignelégier de 1947, sans traduction dactylographié en écriture ordinaire, sans doute incomplet.

Pages 32-35. « Le mairiaidge de lai Louise ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, avec traduction, signée de Paul Moine, paru dans la « Revue jurassienne » de 1949, p. 88.

Page 36. « Coetche coegnechainse (notice) di peyi de Poerentru ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, tiré du Dictionnaire patois de l’Ajoie de F.-J. Guélat, p. 645.

« Cahier 3 b ». 8 pages

info document -  PDF - 675.3 ko

Page 1. « Patois de Montavon ». Texte en patois, dactylographié, en écriture ordinaire, non signé, tiré du « Serpent à sonnettes » du 15 février 1953.

Page 2. « Ainne belle traque a r’naid ». texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, non signé, tiré du « Serpent à sonnettes » du 17 février 1953. Remarques linguistiques en fin de texte.

Page 3. « Les tras tchevris ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé P(aul) Moine, tiré de la « Revue jurassienne » 1949, p. 76.

Pages 4-5. « Chronique patoise », « Lai punition », « Montavon », « Les Tschessous ». Quatre textes en patois, le dernier incomplet, dactylographiés, écriture ordinaire, tirés journal de carnaval « Le Pierrot », Delémont, 8 février 1948.

Pages 6-7. « An lai Saint-Maitchin… ». Texte en patois de Bonfol, dactylographié, écriture phonétique, non signé, tiré du « Pays » du 7 novembre 1953. L’auteur est probablement Jules Surdez.

« Cahier 4 a ». 86 pages

info document -  PDF - 7.1 Mo

Page 1. « A propos de nos patois ». Article découpé dans « La Liberté » du 3 avril 1953.

Pages 2-3. Notes linguistiques et historiques manuscrites de Robert Jolidon, en français, à propos de la chanson « Les Aidjolats ».

Pages 4-.7 Textes dactylographiés en patois de la chanson des « Aidjolats », en deux versions, écriture ordinaire. A partir d’un article de C. Folletête, tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Page 8. Fragment d’une pièce de théâtre en français, dactylographié. Les personnages sont Abel, Marie.

Page 9. Notices linguistiques confuses en français et en patois, manuscrites, de Robert Jolidon.

Page 10. « Chansont (sic) du 1er mai ». Texte manuscrit en patois, de la main de Robert Jolidon, tiré de la collection Feune du Musée jurassien.

Page 11-13. « Les P’tignats ». Texte en patois des 20 couplets de la chanson, dactylographié, écriture ordinaire, tiré des « Vieux airs, vieilles chansons, 1916, I, p. 5-7.
Coupure de Journal « les 10 jours de la circulation », avec quelques mots en patois, sans autres indications.

Page 14. « Les étius ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, cinq couplets, recueilli par F(erdinand) Feusier (1833- ?) et X(avier) Kohler dans un ouvrage inconnu.

Pages 15-16. « Mam’zelle Suzon ». Texte en patois, huit couplets d’une chanson, dactylographié, écriture ordinaire, tiré de « Vieux airs, vieilles chansons » I, p. 14-15.

Page 17. Titres et paroles de trois berceuses en patois recueillies par Fridelance. Comptine recueillie par L. Stouder, en trois couplets, dactylographiés, écriture ordinaire, sans traduction, provenant de « Vieux airs vieilles chansons », I, quelques précisions.

Page 18. « Dainse, dainse, tiu gayou ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, trois couplets d’une chanson tirée de « Vieux airs, vieilles chansons », I, 1916, p. 39.

Page 19. « Lai relïndge ». Texte dactylographié en patois, écriture ordinaire, des 11 couplets d’une chanson tirée de « Vieux airs… », I. p. 42-43.

Page 20. « Lai tiulatte ». Texte en patois, dactylographié, des cinq couplets en écriture ordinaire, tiré de « Vieux airs… », I, p. 43-44.

Page 21. « Lai tchievre â tieutchi ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, huit couplets, tiré de « Vieux airs… », I, p. 48.

Page 22. « Les vâlats de Mieco ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, sept couplets, tiré de « Vieux airs… », I, p. 53.

Pages 23-24. « Nos baichattes ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, sept couplets, tiré de « Vieux airs… », I, p. 58-60.

Page 25. « Le vïn ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, quatre couplets. Tiré de « Vieux airs… ». I, p. 62-63.

Pages 26-27. « Evad’nans » et « Dodo, ci popon ». Deux textes en patois, dactylographiés, écriture ordinaire, tirés de « Vieux airs… », II, p. 10-11 et 27.

Pages 28-29. « Les bouebes ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, six couplets, tirés de « Vieux airs… », II, p. 9-10.

Page 30. « C’ât les baichattes de Tiourroux ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, neuf couplets. Tiré de « Vieux airs… », II, p. 22-23.

Pages 31-32. « Djain d’Nivelle ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, quatre couplets, tiré de « Vieux airs… », II, p. 65. Remarques en fin de texte.

Page 33. « C’ât derrie tchie nos ». Texte en patois dactylographié, écriture ordinaire, sept couplets, tiré de « Vieux airs…(, II, p. 66.

Page 34. « Le bonjour, Sylvie ! ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, tiré de « Vieux airs… », II, p. 90-91.

Pages 35-36. « I m’en feus voue mai maîtresse ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, douze couplets, recueilli par L. Stouder, de Porrentruy, complété par Fridelance.

Pages 37-38. « Yâdine ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, quinze couplets, notes linguistiques, recueilli par X. Kohler de Porrentruy. Remarques finales.

Pages 39. « Les véyes baichattes ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, sept couplets, recueilli chez Eug. Pheulpin, de Miécourt, peut-être par F. Fridelance.

Page 40. « A cabairet » et « Bagatelle ». Deux textes en patois dactylographiés, écriture ordinaire, recueillis par L. Stouder, de Porrentruy.

Pages 41-44. « Lo tchaigrin de lai Philomène ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, 27 couplets, communiqué en 1898 par Casimir Folletête, conseiller national.

Page 45. « Es Aidjolats ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, huit couplets, de Joseph Stockmar, publié dans le « Jura du Dimanche », 1896, no 94.

Pages 46-47 et 62-63. « Les filles de chez Migueli ». Texte en patois d’Ajoie (bizarre) et en français, dactylographié, écriture ordinaire, recueilli par Bridel. Tiré d’un ouvrage inconnu, Recherches sur le patois » de Fallot, p. 130-131, sans autres précisions.

Page 48. « Ainne belle traque a r’naid ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, tiré du « Serpent à Sonnetes » de Bassecourt, 15 février 1953.

Page 49. « Patois de Montavon ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, tiré du « Serpent à sonnettes » du 15 février 1953.

Page 50. « Noces d’or ». Saynète en patois, dactylographiée, écriture ordinaire, de Joseph Beuret-Frantz, recueilli en 1949.

Pages 51-52. « Met gelaine ». Texte en patois (approximatif), poétique, tiré d’un manuscrit intitulé « Poésies patoises », propriété de Mme Herdé, de Zurich.

Page 53. « Mai Djerenne ». Texte en patois, poétique, dactylographié, écriture ordinaire, tiré de Thiessing, « Mit Wanderstock und Feder », Berne, 1889, p. 935.

Pages 54-56. « Tchenson povriotique ». Texte poétique en patois, dactylographié, écriture partiellement phonétique. Corrections de Robert Jolidon. Traduction française. Œuvre de Luis-Valentin Cuenin. Tiré de « Aus allen Gauen. Dichtungen in den schweizerischen Mundarten », Biblio. Linguistique de la Suisse romande, no 369.

Page 57. « Le bon Dieu en grelottant de froid sur la paille ». Texte en français, dactylographié, tiré de « Aus allen Gauen. Dichtungen in den schweizerischen Mundarten », appendices III-IV. Notes manuscrites de Robert Jolidon sur cette chanson.

Pages 58-59. Textes en patois et en français de la chanson « Nos aivïns ïn tunnel », de Robert Voélin, d’Alle. Coupure tirée du bulletin de l’ADIJ. Texte et musique.

Pages 60-61. « Le bon An ». Texte en patois, poésie, de Paul Moine, dactylographié, écriture ordinaire, tiré de la « Revue jurassienne » 1949, p. 52.

Page 64. « I ai in aimant ». texte en patois d’Undervelier de cinq couplets, dactylographié, tiré d’Arthur Daucourt, « Dictionnaire des paroisses de l’ancien Evêché de Bâle », tome VII, p. 283-284.

Page 65. « Tiaint veux-te te mairiay ? ». Texte en patois d’Undervelier, poétique, cinq strophes, dactylographié, écriture ordinaire, tiré d’Arthur Daucourt, « Dictionnaire des paroisses de l’ancien Evêché de Bâle », tome VII, p. 284-285.

Page 66. « Noces d’or ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, recueilli chez Joseph Beuret-Frantz en 1949.

Page 67. « Voyerie » ; « Lai tchievre chu le tchêne » ; « Le cri des oures ». Textes en patois, dactylographiés, écriture ordinaire. Le dernier est le cri des vielleurs de nuit, commenté.

Pages 68-69. « Le Bon-An 1874 ». Texte poétique en patois, dactylographié, quinze strophes, satire sur le Kulturkampf. Imprimé par « L’Annuaire jurassien » ?

Pages 70-76. « Vers patois ». Saynète en patois (bizarre), dactylographiée, écriture ordinaire, sans traduction, sans autres indications.

Pages 77-79. « Vers patois ». Texte poétique en patois, dactylographié, écriture ordinaire, sans autres indications.

Pages 80-83. « Reconte de dou laborès que revenien dène fère de campagne ». Saynète en patois (pas jurassien), dactylographiée, écriture ordinaire, présentant deux paysans discourant sur le régime napoléonien vers 1810, traduction française, sans autres indications.

Pages 84-85. « Un dicton de Romont ». Texte en patois de Romont, dactylographié, écriture phonétique, traduction française, à valeur ethnologique, rédigé par un germanophone. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Page 86-87. « Un vantard ». Texte en patois de Romont ( ?), dactylographié, écriture phonétique, sans traduction, recueilli par un germanophone, sans autres indications. Corrections de Robert Jolidon. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

« Cahier 4 b ». 22 pages

info document -  PDF - 1.8 Mo

Pages 1-2. « Un vantard ». Texte en patois, dactylographié, écriture phonétique, avec traduction, relevé par un germanophone, avec une remarque linguistique. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 3-4. « Les fenaisons ». Texte en patois, dactylographié, écriture phonétique, relevé par un germanophone, avec traduction. Remarques linguistiques en fin de texte. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 5-6. « Une lessive ». Texte en patois, dactylographié, écriture phonétique, relevé par un germanophone, avec traduction. Remarques linguistiques en fin de texte. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 7-8. « Histoire de sangliers ». Texte en patois, dactylographié, écriture phonétique, relevé par un germanophone, avec traduction. Remarques linguistiques en fin de texte. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Page 9. « Chanson ». Texte en patois, trois strophes d’un poème dactylographié, écriture phonétique, avec traduction. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 10-11. « Parabole de l’enfant prodigue en patois de Romont ». Texte en patois, dactylographié, écriture phonétique, versets 11-32, sans traduction, sans autres précisions. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 12-13. « Parabole de l’enfant prodigue en patois de Plagne ». Texte dactylographié, écriture phonétique, sans traduction, versets 11 -32. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 14-15. « Französische Vorlage der Parabole ». Traduction française de la parabole de l’enfant prodigue, vue par un germanophone. Notice bibliographique en fin de texte. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 16-17. « La meule ». Texte en patois de Plagne, dactylographié, écriture phonétique, avec traduction, sans autres indications. Tiré d’un ouvrage inconnu, peut-être les « Archives suisses des traditions populaires ».

Pages 18-120. « En descendant… ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, traduction française, recueilli chez A. Grosjean. Notice lexicologique. Tiré du « Glossaire des patois de la Suisse romande » 1906, p. 59-63.

Pages 21-22. « Deux chansons jurassiennes ». Coupure du « Pays » du 17 mai 1947. Texte en français signé Joseph Biétry jun. Propos historiques sur « La Rauracienne » et « Les Aidjolats ».

« Cahier 5 ». 65 pages

info document -  PDF - 5.4 Mo

Pages 1-9. « Reconfirmation des poincts et statuts de l’honnorable communauté de Sainct Brais, 1688 ». Texte manuscrit de Robert Jolidon, en français.

Pages 9-10. Prière en patois, manuscrit, écriture ordinaire et phonétique, sans traduction.

Pages 11-19. « Le ché di bon véye temps ». Texte en patois franc-montagnard, dactylographié, écriture ordinaire, questionnaire 17 du « Glossaire », rédigé par Jules Surdez. Notules en fin de texte.

Pages 20-23. « Inne belle neut de Saint-Sylvestre ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, sans traduction, rédigé par Jules Surdez et publié dans « Le Jura », date inconnue.

Page 24. « Ai propos de l’hôpità ». Texte imprimé en patois, sans traduction, publié dans « Le Pays » du 13 décembre 1950.

Pages 25-26. « L’Aidjolatte ». Chanson patriotique de cinq couplets en patois, dactylographié, écriture ordinaire, publié par Jules Surdez dans la *Revue jurassienne » 1949, p. 108-109.

Pages 27-28. « Trâ djuenes baichattes ». Poème de cinq strophes en patois, dactylographié, écriture ordinaire, œuvre de Lucien Lièvre, paru dans la « Revue jurassienne » 1952, p. 58.

Pages 29-30. « Véye tchainson ». Poème en patois, de cinq strophes, dactylographié, écriture ordinaire, de Lucien Lièvre, publié dans la « Revue jurassienne » 1952, p. 48.

Page 31. « Lai poussette de Bonfô ». Poème en patois de cinq strophes, imprimé, de « L. Vultier », paru dans un journal non référencé.

Page 32. « Lai neuve poussette de Bonfô ». Poème en patois, imprimé, tiré d’un journal non référencé.

Page 33. « Ohé ! Carimantrant ! ». Poème en patois, six strophes, dactylographié, écriture ordinaire, sans traduction ni autres indications.

Pages 34-35. « Lettre patoise ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, sans signature, publié dans le « Pays du Dimanche » du 25 juin 1899.

Pages 36-37. « Lettre patoise ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, non signé, publié dans « Le Pays du Dimanche » du 26 février 1899.

Page 38. « Lettre patoise ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé « Le Batiche di Réchavou », publié dans le « Pays du Dimanche » du 3 juillet 1898.

Page 39. « Lettre patoise ». Texte en patois des Cufattes (Le Bémont), dactylographié, écriture ordinaire, signé « Djoset le Mentou », publié dans le « Pays du Dimanche » du 12 juin 1898.

Pages 40-41. « Mon voyaidge en Fraince en 1895 ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé « Aimi Emile », publié dans le « Pays du Dimanche » du 13 mars 1898.

Page 42. « An lai rédaction di Pays du Duemoine ai Poéraintru ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé « In Aidjolat », publié dans « Le Pays du Dimanche » du 20 février 1898.

Pages 43-44. « An lai rédaction di Pays di Duemoine ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé « In Aidjolat », publié dans le « Pays du Dimanche » du 15 mai 1898.

Pages 45-48. « In reméde po voiri el mâ de dents ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé « In Tchairlaitan », publié dans le « Pays du Dimanche » du 1er mai 1898.

Pages 49-50. « Coci çoli ». Texte en patois, dactylographié, écriture ordinaire, signé « Sacrôta d’lai foirêt ai pe Tchalmé de pipe », publié dans le « Pays du Dimanche » du 6 mars 1898.

Page 51. « Les Aidjolats de 1878 ». Poème patriotique en cinq strophes, dactylographié, écriture ordinaire, paru dans le « Pays du Dimanche » du 6 février 1898.

Pages 52-60. « Munddartexte aus dem Berner Jura », par Oscar Keller, Soleure, 1938. Recueil imprimé de textes en patois, écriture ordinaire, avec traduction à Lamboing, Plagne, Romont, Vermes, Montsevelier, Pleigne. Précisions sur les personnes interrogées.

Pages 61-62. « Chronique patoise », « Lai punition », « Montavon », « Les Tschessous ». Textes en patois, dactylographiés, écriture ordinaire, sans traduction, sans signature, tirés du « Pierrot », Delémont, 8 février 1848.

Pages 63-64. « Tchenson povriotique ». Texte d’une chanson en plusieurs couplets, dactylographié, écriture ordinaire, signé « Louis-Valentin Cuenin », publié dans « Aus allen Gauen. Dichtungen in der schweizerischen Mundarten », Bibliographie linguistique de la Suisse romande, no 369.

Page 65. « Es Aidjolats ». Texte poétique en patois, dactylographié, écriture ordinaire, de Joseph Stockmar, paru dans « Album jurassien », Delémont, 1878, p. VII-VIII et dans le « Jura du Dimanche » no 94 de 1896.

« I. Cahier glossaire ». 18 pages

info document -  PDF - 1.5 Mo

Pages 1-8. Cahier manuscrit, écriture ordinaire, présentant sur cinq colonnes, par ordre alphabétique, les versions de termes français, puis en patois fribourgeois, vaudois, genevois, neuchâtelois et jurassien. De fait, seules les versions fribourgeoises sont documentées. Le patois jurassien n’est presque jamais présenté. Auteur inconnu, XIXe siècle.

« II. Cahier glossaire ». 19 pages

info document -  PDF - 1.6 Mo

Pages 1-9. Cahier manuscrit, écriture ordinaire, présentant sur cinq colonnes, par ordre alphabétique, les versions de termes français, puis en patois fribourgeois, vaudois, genevois, neuchâtelois et jurassien. De fait, seules les versions fribourgeoises et neuchâteloises sont documentées. Le patois jurassien n’est presque jamais présenté. Auteur inconnu, XIXe siècle.

« Pièces diverses a ». 8 pages

info document -  PDF - 675.3 ko

Pages 1-2. Enveloppe jaune moderne et texte manuscrit du 4 août 1778 « Onguent précieux pour la brulure et les inflamations ». Texte en français, sans signature.

Pages 3-8. Extrait manuscrit, en latin, de l’ « Alsatia illustrata » de Daniel Schoepflin (1694-1771), de Colmar, p. 92. Comparaisons linguistiques entre la langue « romano-barbare » (patois), la langue latine et la langue française. Le patois en question est celui du Jura. Mise en parallèle des termes patois, latin et français. L’auteur de ces copies est inconnu.

« Pièces diverses b ». 7 pages

info document -  PDF - 590.7 ko

Pages 1-3. « Lou renaie et lai coinoillye ». Texte manuscrit, en patois, écriture ordinaire du XIXe siècle. Poème sans rapport avec la fable de La Fontaine. Le texte est adressé à « Monsieur Kohler ».

Pages 4-7. Lettre adressée en 1851 à Xavier Kohler (1823-1891), de Porrentruy, avec un poème de 16 strophes en patois montbéliardais. Encre évaporée, lecture difficile. Débuts : « Juene diaichon vo qu’éte ? de vivre/Poi vos rengie a nombre des mairi/Ecota bin ai fa qui vos le daige/Révéga bin o vos etens tos pris. ».

« Poésies en patois ». 17 pages

info document -  PDF - 1.4 Mo

Pages 1-17. Poème en patois approximatif de 330 vers, manuscrit, écriture du XVIIIe siècle, sans autres indications. Traduction probable d’un texte bucolique de l’époque. Mention des « gazettes de Mulhuse », de « lai reviere d’Halle », du « Noi Bos » (Noirbois, entre Alle et Porrentruy), indiquant que l’auteur est Bruntrutain.

« Poésies patoises ». 23 pages

info document -  PDF - 1.9 Mo

Pages 1-2. « Cahier. Poésies patoises ». Couverture imprimée à Porrentruy d’un cahier bleu, décoré des armoiries de localités jurassiennes. XIXe siècle. Dessins parlants, avec mots écrits et dessins.

Pages 4-5. « Piecette en l’honneur de la sainte Vierge ». Texte manuscrit en patois, écriture ordinaire du XIXe siècle, signé « Latschat ».

Pages 6-8. « Iadine ». Poème populaire en patois, de 15 strophes, manuscrit, écriture ordinaire du XIXe siècle.

Pages 9-13. « Met gelaine ». Poème en patois, manuscrit, écriture du XIXe siècle, sans autres indications.

Pages 14-15. « Les demoiselles de Porrentruy ». Poème en patois approximatif, manuscrit, écriture du XIXe siècle, attribué à « Scheppelin ? » par le copiste, sans doute Xavier Kohler.

Pages 16-19. « Recherches historiques et statistiques sur l’ancienne seigneurie de Neuchâtel, au comté de Bourgogne, par M. Richard, curé de Damblin, Besançon, 1840 ». Texte manuscrit, écriture du XIXe siècle. Texte (chanson du Nouvel-An en sept couplets) repris de cet ouvrage, en patois de la région de Pont-de-Roide, avec commentaires. Détails ethnographiques sur le baptême, le premier mai, les « mais », les funérailles.

Pages 19-23. « L’hiver dans les Vosges ». Texte manuscrit, écriture du XIXe siècle, en français, tiré de « L’Illustration » du 16 février 1850. Récit sur le folklore populaire vosgien, d’Adolphe Joanne, avec détails, qui se rapproche de celui du Jura (veillées, lôvres, sabbats, mardi-gras, brandons, saint-valentin, embarcations enflammées du jeudi-saint, etc.