Publié : 28 juin 2018

Nicole Bindy remercie Jean-Marie Moine

Nicole Bindy, Voiyïn SJE

Aimis di Patois,

En ci 23 de djuïn 2007, féte de l’Indépendaince di Cainton di Jura, i è brâment d’ piaîji d’ me r’trovaie d’aivô vôs poch’que nôs ains â long d’ nôs ïn gros l’hanne, obïn putôt ïn Grant Chire.
È farait étre fô d’épeurvaie d’ comptaie les s’condes, les menutes, les houres pe les djoués qu’èl é botaie è graiy’naie ces Glossaires de Patois-Français, Français-Patois Ç’était des mois, des annèes d’ traivaiye, cïntche djouès pai s’maine, d’vaint cte " botouse en oûedre " ; pe voili qu’aiprès bïn des mois, cte crevoure de machine è baiyie son d’rie çhoû’che, tot était fotu. Mains note Moine ât r’paitchi encoè pu foû que d’vaint, ran n’ poyait l’airrataie, dains sai téte è v’lait airrivaie en ses fïns. Dâ li, tos les sois è preniait soigne de savaie son traivaiye di djoué chu ïn Zip.
Cte Françoise, sai fanne, n’aivait pe fâte d’ le tchri bïn loin… èl était aidè d’vaint cte " botouse en oûedre " !
Quéques côps è m’ai laividjâsaie en m’ diaint :
—  Nicole, tot ât fotu, i n’ peu pu ran faire aivô cte machine…
I m’ dépadgôs d’aillaie po tiaind qu’ son boûebe v’niait nonnaie, poch’que tchi yôs, grimpaie les égrais po ènne boétouse, ç’ât ènne selle quaitre brais pe quaitre tchaimbes.
Di temps qui épeurvôs d’ trovaie les p’tets l’aiccreûs, èl était brâment tendu. Tiaind qu’ çoli aillait meu, lo sôrire yi r’veniait, pe tiaind qu’è m’aivait dit un obïn dous " sacrè crevure " tot r’aillait des fine meu. C’était tot d’ meinme di bon temps tiaind, aivo sai fanne pe son boûebe, nôs s’ fôtïns ïn po d’ lu…
Jean-Marie i m’ muse qu’ ces qu’ sont ci adj“d”heû vlans cheûdre po t’ dire ïn tot gros méchi po tot ci gros traivaiye. Aij’bïn méchi en cte Françoise d’ laivoi sôt’ni totes ces annèes.

Viermes, lo 23 de djuïn 2007

Cte Nicole