Vous êtes ici : Accueil > Pour les écoles > Chansons et poèmes de Noël et St Nicolas > Lattre â Pér’ Nâ
Par : Fleury LJ
Publié : 8 octobre 2014

Lettre au Père Noël

Lattre â Pér’ Nâ

Lattre â Pér’ Nâ

Dâ lai premiere s’nainne d’ l’Aivent, tchie Mam’zèlle Ruth, lai maîtrasse des p’tèts, nôs
prépairïns fiebrouj’ment lai fête de Nâ. Çte régente aivait tot comptant dyaingnie nos tiûeres. Nôs en étïns tot fos. Nôs n’ l’ains dj’mais rébiè. Les sôlainnes vâprèes, Ruth nôs r’groupait devaint lée èt nôs f’sait raicoédgeaie les tchains di programme. Èlle nôs aiccompaignait en lai guitare. Èlle djuait c’ment ènne artiste, si en crais mes seuv’nis.

Tchéque djouè, èlle prenyait è paît cés qu’aivïnt di mâ d’aippâre yote poésie èt les encoéraidgeait dgentiment. Èlle ne léchait niun d’ènne sens, tchéque éyeuve aivait son rôle dains les saynattes qu’ès djuerïnt en lai lôvrèe des poirents.

Bïntôt, les murs d’ lai classe feunes tyevris de dessins. Nôs décourïns les f’nêtres d’avô di paipie és bèlles tieulès èt qu’ léchait péssaie lai lumiere. Le soi, les vitraidges éçhairès poi dedains f’sïnt ïn tot bél effèt. Qu’nôs étïns fies !

Ïn maitïn, pô avaint le quât d’hoûere, èlle nôs aipp’lé voi lée. Çtu-ci aibaind’né son yivre, çt’âtre sai
sai peinture, ïn âtre encoé son djûe d’ cailcul. Èlle nôs f’sé sietaie en rond po djâsaie des crômas d’ Nâ. I n’saivôs p’ adonc â qué point mon p’tèt monde bïn frome, bïn chôtïn, d’vait bruchquement frataie. Defeû, les grants tyats grimaçaints ch’couyïnt yos raims sains feuyes.

I étôs c’ment dains ïn sondge, chédut poi lai réchâle voix de Mam’zèlle Ruth. I n’ôyos pus ran de ço que se dyait ailentoué.

—  Dites-me, qu’ât-ce que vôs voérrïns r’cidre è Nâ ?

Les afaints yevïnt l’ doigt en breûyaint : « Moi, moi, moi ! »

—  Tchétçhun son toué. Dis-me, Ronald. Èt peus toi, Vanessa.

Damien, ïn grôs pein-d’sope ïn pô tôssaint nôs é fait tus è rire tiaind qu’él é dit qu’él aivait d’maindè ènne gagui.

—  Ét poquoi nian ? nôs f’sé eurmaitçhaie Mam’zèlle Ruth. Coidgietes vôs !

Çoli n’était rân à long de ço qu’ m’aittendait. An oyait totes souetches d’envietainces. Des ènnes réj’nâbyes : ïn véyo, ènne montre. D’âtres airtchidôbes. Ci yutïn d’Alfred v’lai ènne
kalachnikov po allaie aissâtaie lai banque. Stéphanie ne v’lait rann, nian, ran di
tot. Èlle avait bïn prou dïnche. Ce feut mon toué :

—  Èt peus toi, dis voûere, mon p’tèt Rémi, qu’ât-ce que t’aimerôs r’cidre è Nâ. Qué crôma ât-ce que t’és d’maindè ?

I réponjé sains vakyie :

—  Ïn tchait.

Mes caim’rades s’ botennent è mairmejie. I oyé çhair’ment : « Ç’ n’ât p’ ïn vrai crôma, çoli. »

—  Yè poquoi pe, dyé Mam’zèlle Ruth. Ç’ât crais bïn bredon, mains léchietes-le djâsaie. C’ment qu’ t’és fait tai d’mainde ?

—  I ai graiy’nè ènne lattre.

—  Èt aiprés, tai lattre, en tiu que t’ l’és envie ?

—  En niun.

—  C’ment çoli, en niun ? Qu’ât-ce que t’en és fait de çte lattre ?

—  Hyie â soi, d’vaint que d’ me coutchie, i l’ai léchie ch’lai tâle de neût. Ci maitïn, tiaind qu’i m’ seus
révoyie, lai lattre n’était pus li.

—  Si comprends bïn, quéqu’un l’ai pris, ton pére o ïn ou tai mére.

—  Euh… nian.

—  Poquoi ?

—  Mains poéche que… poéche que l’ Pére Nâ n’é fâte de niun…

I n“aip” poyu fini mai phrase. Tote lai rote s’ boté è crâlaie d’ rire. I les vois encoé s’ étoûedre, s’ drassaie, s’ rôlaie poi tiere. Ès s’écâchïnt, ès teûrpenïnt, ès breûyïnt, ès taipïnt di pie en dyaint âtye qu’i n’ comprenyôs pe. I n’ comprenyôs ran. I n’ comprenyôs piepe qu’ès s’ fotïnt d’ moi. È m’é faiyu di temps po compâre. Ç’ât qu’ dains mai téte, i n’ v’lôs pe compâre que ces écâçhèts, ces quoûey’libètes, ci tchairivairi, c’était moi.

—  Hou, hou, è crait encoé â Pér’ Nâ.

Quée deloû tiaind qu’i m’ seus rendu compte. Ce feut ïn saicré côp, c’ment ènne laime que m’airait copè le çhoûçhe. Lai boènne Ruth, que ne’poyait p’ râtaie çte braîle, envie tot ci p’tèt monde â d’vaint l’heus. Èlle me voidgé â long d’ lée. I m’ raippeule qu’elle eut bïn di mâ è m’ raiss’nédi.

—  Ne t’en fais pe, mon p’tèt Rémi. T’ veus l’aivoi, ton crôma po Nâ. Èt aivaint tus les âtres.

Ruth était ènne fèye de paiyisain. È yi feut aîgie de combyaie ma d’mainde. Le djoué d’aiprés, è mon révoiye, mai mére m’appoétché ïn graichoiu bisson, noi èt bianc, bôlè dains ïn p’nie. I aivôs compris.

Bernard Chapuis

Lettre au Père Noël

Texte original en français : Bernard Chapuis

info document -  PDF - 88.6 ko