Par : Fleury LJ
Publié : 26 août 2011

Copièt

Po les tiulottèts

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 26.8.2011 www.lqj.ch

Comme toutes les langues, le patois aime jouer avec les mots et les sonorités. Les comptines en fournissent de nombreux exemples. Quand j’étais enfant, mon père me faisait sauter sur ses genoux en chantant :

È tchevâ, mon roncïn,

Po allaie demain â vïn.

È tchevâ, mai poutratte,

Po allaie devé Faratte.

Les poûeres dgens s’en vaint

tot balment, tot balment...

Et le geste se voulait très lent.

Les grôs chires s’en vaint â galop, â galop, â galop...

Bernard Chapuis, LQJ 110826 -  PDF - 59.6 ko
Bernard Chapuis, LQJ 110826