Par : Fleury LJ
Publié : 26 octobre 2013

Question de fusible

Quèchtion de cope-couaint

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 25 octobre 2013

C’était és tot premies temps de l’électricitè. Le tiurie, le régent et le dgendarme djuïnt és câtches tchie lai Louije. Â d’vaint l’heu, è toénait èt peus è y aivait des éyeûjes. Tot poi ïn bé côp, pus d’ lumiere. Nos djuâs d’câtches s’eurtrovant dains lai neût.

– È fât faire âtçhe, dit lai Louije.

– Mon Dûe, dit l’tiurie, que lai lumiere feuche.

Mains ran n’ se pésse.

– Mon Dûe, dit le régent qu’ât âchi oûerdjainnou, nôs Vôs ains touedge provè not’ aittaichment. Eurbèyites-nôs lai lumiere po qu’ nôs poéyeuchïns finir not’ paitichie d’câtches. Mains ran n’ se pésse.

Dâli le dgendarme, que ne crait ni en diaîle ni en Dûe, sort sai laimpe de sai baigatte, s’yeuve èt vai rempiaicie le cope-couaint.

Oûerdjainnou : organiste

Remplacer un fusible. Simple. Encore fallait-il y penser.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.2 Mo

info document -  PDF - 209.8 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">