Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Fôles, contes, nouvelles > Fôle po l’ temps d’lai Sïnt-Maitchïn
Publié : 8 janvier

Conte pour le temps de la Saint-Martin

Fôle po l’ temps d’lai Sïnt-Maitchïn

Bernard Chapuis

Fôle po l’ temps d’lai Sïnt-Maitchïn

Bernard Chapuis

Tiaind que r’vïnt lai Sïnt-Maitchïn,
An saingn’ lo poûe d’vaint l’hôtâ.
Qu’ât-ce qu’an veut faire de tot ci boudïn ?
Nos en airons djuqu’â r’vira.

Mains l’ djoué d’ lai Sïnt-Maitchïn,
Ès r’vegnant trétus en l’hôtâ.
Ès bâfrant laîd, rouene èt boudïn.

Èl ât malaijie d’imadginaie â djoué d’adj’d’heû ço que r’préseintait ci en d’vaint lai Sïnt-Maitchïn po les dgens d’ nos campaignes. Féte de lai ripaiye èt di poûe, èlle mairtçhait lai fïn des bésaingnes dains les tchaimps èt l’entrèe dains le long répét de l’hûvie. Èlle durait djunqu’â duemoène que cheuyait qu’an aippele encoé le r’vira.

Dains tchéque fèrme, an tyuait l’ poûe. Les paiyisains les pus poûeres en engraichïnt â moins dous, yun po yote yusaidge, l’âtre po lai vente. Po l’ boutchoéyaidge, an d’maindait bïn svent l’éde di saingnou. C’était ïn paiyisain que s’y coégnéchait ïn po meu qu’les âtres.

Lai cheurprenyainte hichtoire que cheut s’ât vrâment péssèe. Èlle m’ât aivu raippoétchèe poi mai mére que lai tnyait d’ son pére lequél l’ai tnyait d’yun d’ ses onchas, que lu-meinme l’ai tnyait d’ son airriere-grant-mére, laiquéle l’aivait rtyeuyie de Dûe sait tiu. Èt craiyîetes me, ç’ n’était p’ des mentous.

Tchie l’Aigathe, lai fanne di Grôs Louis, an boutchoéyait. D’ïn côp d’ maiyat, le saingnou é nuquè le poûe, ènne sacrée bèlle béte, tot chu, bïn neurrie. Sains piedre de temps, è traintche lai grôsse voéne di cô. Le saing djaîyât dains ïn sayat qu’ât bïntôt piein. Lai bionde Mairiatte eurmue sains râtaie d’aivô ènne poutratte de bôs en f’saint des heûtes èt peus des trâs po qu’ le saing ne gremèyeuche pe. Ch’ l ai tâle de lai tieûjènne, dains ïn faitout, lai Biantche é préparè tot ç’ qu’è fât, di sâ, des oégnons, des poérès, d’lai fraiyure, des hierbes di tieutchi qu’èlle veut aidjoutaie â saing po en faire ïn boudïn qu’vos m’en dirèz des novèlles. Ch’ le foénat, l’âve brussene dains dous grantes tiaisses. Ç’ât po raîjaie les pois di poûe d’vaint que d’yi fendre lai painse.

Dous l’hannes aippairéchant ch’ le raigat d’ lai poûetche.
- Èlle ât prâte, çt’âve ?
- Èlle bruât. È n’y é pus qu’è lai rvoichie dains çte tchâdiere po lai poétchaie pus soé. Mains, sietèz-vôs pie ! Vôs vlèz bïn maindgie ïn moétché. Vôs l’èz bïn dyaingnie.
- Nian, Biantche, en vôs rméchiaint. Ç’ât sains faiçon. Le poûe nôs aittend.
- Éh bïn, â moins ïn voirre de vïn, li, ch’ le peuce.
- È n’ât p’ de r’fus.

Èls engoulant lai driere gotte, le coutre euryevè, le meinton hât èt lai nuque en airrirere. Lai Mairiatte entre d’aivô ïn piein sayat d’ saing encoé tchâd. Quasi ensoènne, les dous l’hannes pôjant yos voirres ch’ le câre d’ lai tâle, dous bruts sats. Ç’ât ènne grôsse tâle en bôs, épâsse èt poijainte.
- Bon, ç’ n’ât p’ le tot. È nôs fât r’toénaie voi ci poûe.

Ès faint è poéne trâs pas â dvaint l’heus èt s’ ravoétant tot ébâbis. Le poûe n’ât pus li. Èt ô, çte béte qu’ le saingnou aivait aissannèe, qu’è y aivait traintchi l’ cô, çte béte que s’était vudie d’ son saing, qu’était prâte po étre dépecèe, aivait dichpairu. Di poûe è boétchaiyie, è n’y dmoérait que dous trâs catchats dains lai tiere èt quéques roudges taitches poi chi poi li. An chcruté les alentoés. Pe d’ poûe. An chneuqué dôs la baîre èt djuqu’en lai r’viere. Poéne predjue. Laivou que çte béte aivait péssè ? An s’ piedait dains çt’ ébâbéchaint mychtére.

Des véjïns feunent aipp’lès en renfoûe, d’âtres étïnt v’nis poi couriositè. Tchétyun trovait ènne boènne échpyicâchion.
- Crais bïn qu’è n’ât qu’échtoûerbi, dit l’ Zèf. È n’é p’ poyu fûere bïn loin. È nôs fât continuaie d’eurtieuri.

Le régent, qu’était ïn hanne inchtrut, qu’aivait brament yé èt brament raiccoédgè, dié :
- Le Zèf é réjon. È y é des toérés que s’ sont euryeuvès aiprés l’ premie côp d’ maiyat. An ont vu des dgerènnes traivoéchaie lai vie sains téte, ou bïn que sont tchoées dains l’ creux d’ mieule.

Trétus se r’ botïnt è chneuquaie, dains l’étâle és poûes, dains lai graindge, dains l’ tchairi. Ïn coéy’nou choyevé le gros dvaintrie d’ lai Mairiatte. « Dés côps qu’è s’ serait embôlè li-d’dôs... »
- Coidge-te, véye poûe, breuyé la Mairiatte.
Le mot tchoéyait è pitye, poétchaint niun ne rié.

- Moi, i crais qu’an vôs l’é voulè, dit lai Djulia, lée qui n’ se dgênait pe po rodâyie dains l’ tieutchi des âtres.
- Po aittiujaie, è fât des proves, dié l’ tiurie que péssait drèt poi li. Râtèz d’ brïndyaie. S’ vôs vlèz mon aivis, an vôs ont tot sïmpyement fait ènne nètche.
- Le nètchou è fait vite, dit lai Biantche. Nôs n’ sons d’moérès en lai tieûjènne que quéques meneutes.
- Èt peus, aidjouté le saingnou, ci nètchou dait aivoi des brais coéyats.
- Des brais d’ mairtchâ, dié quéqu’un.

Le mairtchâ, c’était drèt l’hanne en tiu tot l’ monde musait. È n’y aivait qu’ lu po faire dïnche des côps. Èl était coégnu dâ loin po ses nètches. An s’en feut tot comptant tchie l’ mairtchâ. Çtu-ci était dains sai tieûjènne en train de tchairtiutaie ïn poûe que r’sannait tot pitye en çtu de Tchie l’Aigathe. È fât dire que, ch’ le traté, tos les poûes se r’sannant. Ç’ât ço que s’ tyuait è faire compâre le Mairtchâ.
- Poquoi qu’i l’airôs voulè, vot’ poûe. I en ai aich’ bïn, des poûes, cment tus â vlaidge. Moi aito i boétchaye. I n’é p’ le drèt, des côps ? Èt peus, qu’ vôs saitcheuche, i n’ seus p’ ïn voulou.

Les airdyuments di Mairtchâ n’aint sairu convaintçhre le Grôs Louis de tchie l’Aigathe èt son étyipe. Ès sont eurvenis en lai tchairdge. Le ton monté. Ès s’ sont quasi triquès. En lai fïn, lai saidgeaince l’é empoétchè. Les dgens di Grôs Louis se sont r’tyiries en yevant l’ poing èt en menaiçant : « Çoli n’ te veut p’ poétchaie tchaince, Mairtchâ ! »

Dâdon, les faimilles di Mairtchâ èt peus de tchie l’Aigathe n’ se sont pus djâsè. Le poûe, an n’ l’ont p’ eurtrovè. Le Grôs Louis de tchie l’Aigathe ne s’ poéyait concholaie. Lai noidge tchoyé tôt çt’annèe-li. L’huvie feut long èt moûe.

 paitchi-feu, les paiyisains euf’mant yos tchaimps. Bïn des côps drèt chu des rèchtes de noidge. Le Grôs Louis de tchie l’Aigathe tchairdgeait son tchie è femie. Tot poi ïn bé côp, è sent dôs sai foértche ïn du boérdjon, encoin’tè entre le murat èt l’ tas d’ femie. È dégaidge tot atoé èt r’coégnât ... son poûe ! È yi feut aîjie d’imaidginaie cment qu’ çoli s’était produt. Lai béte aissannèe s’était eurdrassie chu ses paittes, èlle s’était trïnnèe chu l’ femie èt s’y était encrottèe. Le femie s’était aich’tôt çhoûe chu lée.

Conte pour le temps de la Saint-Martin

Quand revient la Saint-Martin,,
On saigne le cochon devant la maison.
Qu’est-ce qu’on fera de tout ce boudin.
Nous en aurons jusqu’au revira.

Mais le jour de la Saint-Martin,
Ils reviennent tous à la maison.
Ils bâfrent lard, betterave rouge et boudin.
Il n’y a plus rien pour le revira.

Chant de Saint-Martin, Musique d’Abner Sanglard, paroles de Bernard Chapuis

Il est difficile d’imaginer de nos jours ce que représentait autrefois la Saint-Martin1 pour la population de nos campagnes. Fête de la ripaille et du cochon, elle marquait la fin des travaux des champs et l’entrée dans le long repos hivernal. Elle durait jusqu’au dimanche suivant qu’on appelle encore le “revira”.

Dans chaque ferme, on tuait le cochon. Les paysans les plus pauvres en engraissaient au moins deux, un pour leur usage, l’autre pour la vente. Pour le “bouchoyage”2, on demandait bien souvent l’aide du “saigneur”3. C’était un paysan qui s’y connaissait un peu mieux que les autres.

Le récit qu’on va lire, pour être étonnant, n’en est pas moins véridique. Il m’a été rapporté par ma mère qui le tenait de son père, lequel le tenait d’un de ses oncles, qui lui-même le tenait de son arrière-grand-mère, laquelle l’avait recueillie de Dieu sait qui. Et, croyez-moi, ce n’étaient pas des menteurs.

Chez l’Agathe, la femme du gros Louis, on “bouchoyait”. D’un coup de maillet, le “saigneur” estourbit le cochon, une sacrée belle bête, bien nourrie, je vous assure. Sans perdre de temps, il trancha la grosse veine du cou. Le sang jaillit dans le seau bientôt rempli. La blonde Mariette remuait sans relâche avec une spatule en bois en faisant des huit et des trois pour empêcher le sang de cailler. Sur la table de la cuisine, dans un fait-tout, Blanche avait préparé tous les ingrédients, du sel, des oignons, des poireaux, de la crème, des herbes du potager. Elle les ajouterait au sang pour en faire ce fameux boudin dont elle avait le secret.

Sur le fourneau, l’eau bouillait dans deux grandes casseroles. Elle servirait à raser les soies du cochon avant de lui fendre la panse.

Deux hommes apparurent sur le seuil de la porte.
- Elle est prête, cette eau ?
- Elle bout. Il n’y a plus qu’à la verser dans cette chaudière pour la transporter plus facilement. Mais, asseyez-vous donc. Vous mangerez un morceau. Vous l’avez bien gagné.
- Non, Blanche, merci. C’est sans façon. Le cochon nous attend.
- Eh bien, au moins un verre de vin, là, sur le pouce.
- Ce n’est pas de refus.

Ils avalèrent la dernière goutte, le coude relevé, le menton haut et la nuque en arrière. Mariette entra portant un seau plein de sang encore chaud. Presque en même temps, les deux hommes posèrent leur verre sur le coin de la table, deux bruits secs. C’était une grossière table en bois, épaisse et pesante.
- Bon, ce n’est pas le tout. Il nous faut retourner auprès de ce cochon.

Ils firent à peine trois pas dehors et se regardèrent, déconcertés. Le cochon n’était plus là. Oui, cette bête que le “saigneur” avait assommée, dont il avait tranché le cou, ce porc qui s’était vidé de son sang, qui était prêt à être dépecé, avait disparu. Du cochon à bouchoyer, il ne restait que des taches rouges et quelques empreintes sur le sol. On scruta les alentours. Pas de cochon. On chercha sous la haie et jusque dans la rivière. Peine perdue. Où donc cet animal avait bien pu passer ? On se perdait en conjectures.

Des voisins furent appelés en renfort, d’autres étaient venus par curiosité. Chacun trouvait une bonne explication. Zèph dit :
- Peut-être n’est-il qu’étourdi. Il n’a pas pu s’enfuir bien loin. Il nous faut continuer nos recherches.

L’instituteur, qui était un homme instruit, qui avait beaucoup lu et beaucoup étudié, déclara :
- Zèph a raison. On connaît le cas de taureaux qui se sont relevés après le premier coup de maillet. On a vu des poules sans tête traverser la route, ou tomber dans la fosse à purin.

Tous se remirent à chercher, dans la porcherie, dans la grange, dans la remise. Un plaisantin souleva l’ample tablier de Mariette, « des fois qu’il se serait blotti là-dessous.... »
- Tais-toi, vieux cochon ! cria Mariette.
Le mot, pour être de circonstance, ne fit rire personne.

- Moi, je crois qu’on vous l’a volé, dit Julia, elle qui ne se gênait pas pour chaparder dans les jardins d’autrui.
- Pour accuser, il faut des preuves, dit le curé qui passait justement par là. Cessez de vous disputer. Si vous voulez mon avis, on vous a tout simplement fait une farce.
- Le farceur a fait vite, dit Blanche. Nous ne sommes restés que quelques minutes à la cuisine.
- Et puis, ajouta le “saigneur”, ce farceur doit avoir des bras costauds.
- Des bras de forgeron, dit quelqu’un.

Le forgeron, c’était justement l’homme à qui tout le monde pensait. Il n’y avait que lui pour faire des coups pareils. Il était connu loin à la ronde pour ses farces. On se rendit sur-le-champ chez le forgeron. Celui-ci était dans sa cuisine en train de découper un cochon qui ressemblait à s’y méprendre à celui de chez l’Agathe. Il faut dire que, sur le tréteau, tous les cochons se ressemblent. C’est ce que le forgeron se tuait à faire comprendre.
- Pourquoi que j’ l’aurais volé, vot’ cochon ? J’en ai aussi, des cochons, comme tout l’ monde au village. Moi aussi, je bouchoye. J’ n’ai pas le droit, peut-être ? Et puis, sachez-le, je ne suis pas un voleur.

Les arguments du forgeron ne parvinrent pas à convaincre le gros Louis de chez l’Agathe et son équipe. Ils revinrent à charge. Le ton monta. Ils faillirent en venir aux mains. Finalement, la sagesse l’emporta. Les partisans du gros Louis se retirèrent en menaçant, le poing levé : « Cela ne te portera pas chance, Forgeron ! »

Depuis, les deux familles de chez le forgeron et de chez l’Agathe ne se parlèrent plus. Le cochon demeurait introuvable. Le Gros Louis restait inconsolable. La neige fut précoce cette année-là. L’hiver fut long et morose.

Au printemps, les paysans répandent du fumier sur leurs champs souvent encore enneigés. Le gros Louis de chez l’Agathe chargeait son char à fumier. Tout à coup, il sentit sous sa fourche une masse compacte, serrée entre le mur et le tas de fumier. Il dégage tout autour et reconnaît ... son cochon ! Il imagina aisément le scénario. La bête assommée s’était redressée sur ses pattes, s’était traînée sur le fumier et s’y était enlisée. Le fumier s’était aussitôt refermé sur elle.