Par : Fleury LJ
Publié : 18 janvier 2013

De la cochonnerie

D’lai truerie

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 18 janvier 2013.

An l’aipp’lait Boigotte èt peus è poétchait bïn son nom. È s’était reûnè lai saintè en boyant d’lai gotte. Tot y était bon, d’lai bloûeche, d’lai pomme, d’lai damè, èt peus meinme d’lai dichtillèe d’pommattes, pourvu qu’ce feuche d’lai foûetche. È chlappait di maitïn â soi, è tot môment d’lai djoénaie.

Ci côp-li, è fend di bôs tchie lai Tourine d’lai Côte, lai fanne de ci Djosèt, poidé, le dyèdge.

Fendre di bôs, çoli bèye tchâd. Boigotte é l’gosie sat. È rentre dains lai tieujènne. Lai Tourine était â foénat.

– Dis-m’voûere, Tourine, te n’me bèyerais p’ïn p’tèt tyissat ?

– Voiche-te ! Lai botaille ât ch’l’évie. È rempiât son voirre djuqu’enson, ïn sacré gros voirre, qu’i vôs dis. È yeuve le coutre. Premiere goulèe. Grimaice. Èl eurtieupe : « Qu’ât-ce qu’ç’ât çte truerie ? Cré poûe, Tourine, t’m’és baiyi d’l’âve ! »

Boigotte, qui s’est ruiné la santé en buvant de la goutte, fend du bois et il a le gosier sec. La bouteille sur l’évier ne contient que de l’eau !


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo

info document -  PDF - 74.9 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">