Publié : 4 octobre

Héritage

Hèrtaince

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 4 octobre 2019

Hèrtaince

Dous l’hannes se r’trovant ch’ lai terrasse di Guillaume Tell.
—  Bïn l’ bondjouè. Quoi d’ neû ?
—  Ran de chpéchiâ. È paît qu’ mai bèlle-mére ât moûe.
—  De quoi, l’Hortense ât moûe. Qu’ât-ce que te m’ djâses poi li ? I n’aî ran vu ch’ lai feuille.
—  Chiè chiè. An l’ons enterrèe lai s’nainne péssèe.
—  Èlle n’était p’ chi véye que çoli.
—  Èlle allait tot d’ meinme chu ses nonante ans.
—  Éh bïn, èlle ne les f’sait pe. An n’yi airait djemais bèyie. Èlle était dains ènne mâjon d’ véyes ?
—  Nian nian. Èlle vétyait tot d’ pai lée dains sai maij’natte.
—  I l’aî bïn coégnue, tai bèlle-mére. C’était ènne aimâbye dgen, touedge de bon aigrun.
—  Oh, te sais, dâ lai moûe d’ son hanne…
—  Éh bïn, voili ènne novèlle. Çt’Hortense qu’ât moûe. Te vois, çoli m’ fait d’ lai poènne. I l’ainmôs bïn, çt’Hortense. Qu’ât-ce qu’an ons riè ensoènne. Nôs sons vite de l’âtre sens. È prepôs, qu’ât-ce qu’èlle aivait ?
—  Oh pe grant tchose, dous sèlles, ènne tâle, ènne airmoère…


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 3.3 Mo

Héritage

Deux hommes se retrouvent sur la terrasse du Guillaume Tell.
—  Bien le bonjour. Quoi de neuf ?
—  Rien de spécial. À part que ma belle-mère est morte.
—  Quoi, Hortense est morte. Qu’est-ce que tu m’apprends là ? Je n’ai rien vu dans le journal.
—  Si si. On l’a enterrée la semaine passée.
—  Elle n’était pas si âgée que ça.
—  Elle allait tout de même sur ses nonante ans.
—  Eh bien, elle ne les faisait pas. On ne les lui aurait jamais donnés. Elle était dans un EMS ?
—  Non non. Elle vivait toute seule dans sa petite maison.
—  Je l’ai bien connue, ta belle-mère. C’était une personne aimable. Toujours de bonne humeur.
—  Oh, tu sais, depuis la mort de son mari…
—  Eh bien, voilà une nouvelle. Hortense est morte. Tu vois, ça me fait de la peine. Je l’aimais bien, Hortense. Qu’est-ce qu’on a ri ensemble. Nous sommes vite de l’autre côté. À propos, qu’est-ce qu’elle avait ?
—  Oh, pas grand chose, deux chaises, une table, une armoire…