Par : Fleury LJ
Publié : 17 février 2012

Carimentran

Le grais maîdgi

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 17.02.2012 www.lqj.ch

Carimentran, carnaval, marque l’entrée en carême, carême entrant.

Cette folle journée commence par un charivari nocturne, le raitiaitiai en Ajoie, le baitchèt aux Franches-Montagnes.

Dans la chanson de Carimentran recueillie par C. Hornstein ( Fêtes légendaires du Jura bernois ),

Carimentran ât drie tchie nôs

que pûere.

Lai bèlle deine y é dmaindè

ço qu’èl aivaît.

Bïn vlantie i adrôs tchie vôs,

Mains i n’oge.

Vïns pie, Carimentran,

bïn hardiment.

Carimentran, personnage extravagant, est en train d’apitoyer la maîtresse de maison qui lui ouvre sa porte. Une fois entré, le coquin en veut toujours plus :

Bïn vlantie i m’étchaderôs ...

Bïn vlantie i vôs embraisserôs...

Bïn vlantie i vôs caresserôs...

Et lai bèlle deine acquiesce de bonne grâce à tous ses désirs.

Le mercredi des Cendres commence, pour les fidèles, une longue période de pénitence : Carimentran é prou vétiu, / Carimentran, niun n’en veut pus.

info document -  MP3 - 1.1 Mo

info document -  PDF - 117.3 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">