Par : Fleury LJ
Publié : 9 mars 2012

Foûetchune

Ènne hèrtaince

Bernard Chapuis

Paru dans Le Quotidien jurassien du 2 mars 2012.

Nôs l’aipplïns l’onçha Dio. Ci poètche-guenipe ne pochédaît ran qu’ènne tchievre qu’è menaît tchaimpoyaie le long des tchmïns â bout d’ènne coûedge.

È vétiyaît dains ènne caboénatte â feu di vlaidge. I l’vois encoé d’aivô sai cape è vis èt peut son creûyat.

Lai commune l’é botè è Saint-Ochanne, tchie ces véyes. I allôs l’voûere bïn svent èt peus i yi paiyôs ïn voirre. Po me rméçhiaie, è me diaît :

« I t’veus botaie chu mon tèchtament. »

Tiaind qu’èl ât moûe, i ai hèrtè d’sai pipe.

On l’appelait Oncle Georges. Ce miséreux n’avait pour toute fortune que sa chèvre qu’il menait paître le long des chemins au bout d’une corde. Il vivait dans une hutte en dehors du village. Je le vois encore avec son bonnet et sa pipe. La commune l’a placé à l’hospice. J’allais le voir bien souvent et je lui payais un verre. Pour me remercier, il me disait : « Je te mettrai sur mon testament. » A sa mort, je n’ai hérité que de sa pipe.

info document -  MP3 - 1.1 Mo

info document -  PDF - 174.6 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">