Publié : 28 octobre

À l’hôpital

En l’hôpitâ

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 28 octobre 2022

En l’hôpitâ

De neût cment de djouè, le téléphone de l’hôpitâ soénne sains râtaie. Les dgens de lai récèpchion répondant aidé aimâbyement èt paîj’ment. Touedge ïn ptèt mot dgentil.

Èl ât les heûte di maitïn. Ènne de ces daimes de l’aityeuye décreutche. Èlle oûe ènne voûe tchevrotainne que dit : « I vôs d’mainde poidgeon, ât-ce que ç’ât pôssibye de pâre des novèlles d’ènne malaite ? »
– Ïn môment, Daime. Dites-me voûere le nom de çte malaite.
– Aimélie Dicoénat, tchaimbre dous cent trâze.
– Vôs èz d’ lai tchaince. Voili djeut’ment l’ méd’cïn de ci sèrvice que pésse. D’moérèz en l’aippareil. I yi poje lai quèchtion

 bout d’ïn môment :
- Vôs étes li ? Le méd’cïn dit que çte paitiente vait bïn. Tot ât en oûrdre. Èlle rentre demain en l’hôtâ.
- Ç’ât des fïn meus. I aivôs taint de tieusain. I vôs r’méchie po çte tote boénne novèlle.
- I seus hèyrouse de vôs aivoi fait piaiji, dit lai s’crétaire. Ç’ât vote aimie, çte daime ?
- Nian, moi i seus Aimélie Dicoénat, d’ lai tchaimbre dous cent trâze. Mains niun ne m’ dit ran.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

À l’hôpital

De nuit comme de jour, le téléphone de l’hôpital sonne sains répit. Les réceptionnistes répondent toujours aimablement et sans montrer d’impatience. Toujours aux lèvres un petit mot gentil.

Il est huit heures du matin. Une de ces dames de l’accueil décroche. Elle entend une voix chevrotante qui dit : « Je vous demande pardon, est-ce qu’il est possible de prendre des nouvelles d’une malade ? »
– Un instant, Madame. Dites-moi donc le nom de cette malade.
– Amélie Ducoénat, chambre deux cent treize.
– Vous avez de la chance. Voilà justement le médecin de ce service qui passe. Restez à l’appareil. Je lui pose la question

Au bout d’un moment :
- Vous êtes là ? Le médecin dit que cette patiente va bien. Tout est en ordre. Elle rentre demain chez elle.
- C’est magnifique. Je me faisais tellement de souci. Je vous remercie pour cette bonne nouvelle.
- Je suis heureuse de vous avoir fait plaisir, dit la secrétaire. C’est votre amie, cette dame ?
- Non, moi je suis Amélie Ducoénat, de la chambre deux cent treize. Mais personne ne me dit rien.

Les chroniques patoises de Bernard Chapuis en 2022

Toutes les chroniques patoises de Bernard Chapuis