Publié : 28 juin 2018

Les cigognes

Les cigangnes

Eric Matthey

Les cigangnes

C’ment qu’vôs l’saîtes, è y’è d’j’ bïn quéques annèes, ènne trope de cigangnes s’ât ïnchtallèe è Daimphreux, djeûte â long des étaings des Tieûdres. Ces graicious étcheûssies aint conchtru yôs nids en lai boquatte des toiyies que s’ trovant â yuedit Moûetche Tchievre. È y’ en é meinme ïn coupye qu’ é éyu d’moéraince chu l’toit di môtie d’ces étiureûs !

Tchétche paitchi-feû, an ont l’piaiji d’voûere des p’téts bacs s’eûvri ât raintchat des nids è pe des poirents brâment otiupès è les rempiâtre. Dâli, d’aivô tos ces aiffaimès bacs, les raittes, les s’ris, les roudges-raittes, les raines è pe les bats n’aint que d’se s’bïn t’ni. Mains âchi, qué bonhèye po les Etiureûs, les Quoûes d’aignés, les Tiaissèts obïn les Gravalons, sains pailaie bïn chur des Rétchéjy, Coéchèlles o Çhoérimont, d’voûere pyainaie dains l’cie d’Aidjoûe ces bés gros l’oûegés.

Voili qu’ïn bé djoué di mois d’mai, qu’i reug’nôs en vélo enmé lai caimpaigne è les voirdgies en çhoés d’ci bé carre de tiere, i m’ râté po faire ïn p’tét sanne dôs ces toiyies de Moûetche Tchievre. Mais pe trop d’dôs bïn chur, è câse di « bonhèye » que tchoit d’ces nids (è pe li, i vôs peus dire que c’n’ât’p d’lai miedge de p’tét l’oûegé !). Dâli qu’i étôs quasi endreumi, voili qu’i ôs djâsaie dains les braintchaidges. È m’ vôs fât dire que tiaind qu’i étôs p’tét, ènne boénne daimatte s’ât çhainnè chu mon bré pe, d’aivô sai maidjique baidyètte, m’é béyie l’ pouvoi d’ compâre le langaidge des bétes.

Dâli voili c’ qu’i ôyé :

—  È bïn moi, qu’dit ènne permiere cigangne, âdj’d’heû, i seus brâment héy’rouse pochqu’i ai
aippoûetchè di bonhèye dains ènne mâjon d’ Tieûve. Mains ô, i seus t’aivu yivraie ïn bé p’tét
boûebât en des dgens que craiyïnt ne dj’mais aivoi d’afaint.

—  Po moi, qu’dit lai doujieme cigangne, çoli srè po d’main. Ç’ât ènne djoli baich’natte qu’i
m’en veus allaie dépôsaie dains ènne faimille de Y’voncouèt, dains ïn hôta laivous qu’è n’y
é po l’môment qu’des boûebats. I m’ rédjoiyis dje l’lai djoûe qu’i bot’ré dains l’tiûre de ces
dgens.

Ènne trâjieme cigangne ne diait ran, mais écoutait les doues âtres d’aîvo ènne p’téte maliciouse mine.

—  È pe toi, qu’èlles y’i d’maindainnent ensoinne, te n’fais ran ces djoués ?

—  Nian, qu’èlle réponjé, i n’ai p’brâment è faire ces djoués. Mains i veus tot pairie allaie chur-
voulaie l’covent ! Les boénnes soeurs ne me c’mandant djemais ran, mains i ainme taint yôs faire pavou !

Les Foulets, le 19 de feuvrie 2010 Eric Matthey