Par : Fleury LJ
Publié : 20 août 2009

Denis Frund, RFJ, 24 mai 2009

Radio Fréquence Jura
RFJ

Rubrique en patois du 24 mai 2009

Auteur : Denis Frund

DFrund_RFJ090524.mp3 -  MP3 - 4.6 Mo
DFrund_RFJ090524.mp3

Bïn l’bondjo en tot cés qu’oyant c’te boéte que djâse. Bondjo en l’Ugéne que m’é ainnoncie dûemoine péssè. I te r’méchie. Vos n’le saites pe, mains l’Ugéne èt peus moi, nos s’cognéchans bïn. Ïn côp, ènne rotte de daimes – è n’y aivait pép’ ïn hanne - qu’faint paitchie d’ènne assôciâchion aipplèe en andyais « Business Professionnel Women » nos aivïnt d’maindè de djâsaie et de présentaie le patois aiprès loute aissembyèe. ç’ât c’que nos aivïns fait et èls aint bïn ainmè nos oyi, chutot tiaind nos ains raicontè des loûenes.

I vorôs ïnco dire qu’aiprès le permie côp qu’i é djâsè en lai radio, è y é ènne daime qu’m’é envie ènne p’tète lattre po me r’mèchiaie. C’était c’t’Alice, lai fanne di cabartie de Soubey, ci Dgeorges Joset qu’était le roi des pâtchous. Bïn chur, çoli m’é fait piaiji. Mèrci Alice. Mains è y é aijebïn yün d’mes « contemporains » qu’m’é dit :

- I n’sais p’bïn le patois, mains i aî quasi tot compris ço qu’t’és dit !

I n’ saivôs p’ c’ment pâre çoli tot comptant, mains i m’seus dit qu’ c’était meu dïnche !

Adjd’heû, i veus r’veni chu les vôtes de dûemoine péssè, chutot po djâsaie de ces âtres méd’cinnes qu’ès aint nammè des « médecines complémentaires ».
I trove que nos dgens aint aiyu bïn di snè en dyaint èye en c’te quechtyon, aivô ènne che grande majoritè. Bïn chur qu’an veut aidè aivoi fâte d’allaie è Baile ou bïn è Bérne po soignie les pus croûyes malaidies èt peus aijebïn po péssaie chu lai tâle de tchaircutaidge. Mains è m’en s’vïns qu’tiaind i étôs boûebat, nos n’allïns p’ che s’vent qu’mitnaint tchie l’médecïn. Po bïn des p’tèts bobos, an aivait totes sôrtes de r’médes que n’côtïnt ran, poche que c’était des r’médes de nos grands-méres, que v’nyïnt des piaintes, des çhos qu’an trovait dains les coeurtis, les tchaimps ou bïn les tchaimpois.

È y aivait les çhos d’fromaidgeat d’aivô lesquèlles an poyait soignie ïn envoéchat en f’saint des comprèsses. An aivait aidè di tya dains ïn sait en toiye po faire di thé tiaind an était embornè. An aivait aijebïn d’lai gremoine, de lai sadge èt peus des feuyes de lys po tirie feûs le pochtume (le pus) d’ènne piaie ïnfectèe. I n’me s’vïns p’ de tot, mains i seus chur que lai lichte porrait étre bïn pus londge !

Dâli, i echpère qu’an veut t’ni compte de lai v’lantè des dgens – chutot ci Pascal Couchepin - et que les aichurainces v’lant pâre en tchairdge ço qu’ces compiémentaires méd’cinnes côteraint.

Voili, i y en aî prou dit po adjd’heû. I n’vorôs p’ vos tyittie sains ïnvitaie â moins ïn régent ou bïn ènne régente pai écôle è aissistaie é ènne aissembyèe po rémeudre note patois dains les écôles. Po les Vadais, ç’ât le 27 de mai è Dlémont, â Gros Seuc, é çïntche de lai vaprès èt peus po les Taignons, ç’ât â Nermont, le troès de djuïn, en l’aula de lai ch’condére écôle, en lai meinme houre. En Aidjoûe, çoli ât dje péssè. Vos v’lèz aippâre ço qu’ât aiyu aipparayie aivô bïn di snè po les éyeuves de note cainton, po qu’ès saitchechïnt que tchie nos, d’vaint de djâsaie français, an djâsait patois.

I tçhvâ ïn bon dûemoine en tot l’monde et i vos dis : « Â côp qu’vïnt ! »

Rossmâjon, en mai 2009
D.F.


Traduction de l’émission du 24 mai 2009

Bien le bonjour à tous ceux qui écoutent cette radio. Bonjour à l’Eugène qui m’a annoncé dimanche passé. Je te remercie. Vous ne le savez pas, mais l’Eugène et moi, nous nous connaissons bien. Une fois, un groupe de dames – il n’y avait pas un homme – qui font partie d’une association appelée en anglais « Business Professionnel Women » (BPW) nous avaient demandé de parler et de présenter le patois après leur assemblée. C’est ce que nous avions fait et elles avaient bien aimé nous entendre, surtout lorsque nous avons raconté des histoires drôles (des « blagues »).

Je voudrais encore dire qu’après la première émission, il y a une dame qui m’a envoyé une petite lettre pour me remercier. C’était Alice, la femme du cafetier de Soubey, Georges Joset, qui était le roi des pêcheurs. Bien sûr, cela m’a fait plaisir. Merci Alice. Mais il y a aussi un des mes contemporains qui m’a dit :

- Je ne sais pas bien le patois, mais j’ai presque tout compris ce que tu as dit !

Je ne savais pas comment prendre cela sur le moment, mais je me suis dit que c’était mieux ainsi !

Aujourd’hui, je veux revenir sur les votations de dimanche passé, surtout pour parler de ces autres médecines qu’ils ont nommées des médecines complémentaires.

Je trouve que nos concitoyens ont eu bien du discernement en disant oui à cette question, avec une si grande majorité. Bien sûr qu’on veut toujours avoir besoin d’aller à Bâle ou à Berne pour soigner les plus graves maladies et puis aussi pour passer sur la table d’opération. Mais je me souviens que quand j’étais petit, nous n’allions pas si souvent que maintenant chez le médecin. Pour bien des petits maux, on avait toutes sortes de remèdes qui ne coûtaient rien, parce que c’étaient des remèdes de nos grands-mères, qui venaient des plantes, des fleurs qu’on trouvait dans les jardins, les champs ou bien les pâturages.

Il y avait la camomille, la mauve, avec lesquelles on pouvait soigner un orgelet en faisant des compresses. On avait toujours du tilleul dans un sac en toile pour faire du thé quand on était enrhumé. On avait aussi de l’aigremoine, de la sauge et puis des feuilles de lys pour extraire le pus d’une plaie infectée. Je ne me souviens pas de tout, mais je suis sûr que la liste pourrait être bien plus longue !

Alors, j’espère qu’on tiendra compte de la volonté des gens – surtout Pascal Couchepin – et que les assurances prendront en charge ce que ces médecines complémentaires coûteront.

Voilà. J’en ai assez dit pour aujourd’hui. Je ne voudrais pas vous quitter sans inviter au moins un enseignant ou bien une enseignante par école à assister à une assemblée pour relancer notre patois dans les écoles. Pour les Vadais, c’est le 27 mai à Delémont, au Gros Seuc à cinq heues de l’après-midi et pour les Francs-Montagnards, c’est au Noirmont le 3 juin, à l’aula de l’école secondaire, à la même heure. En Ajoie, cela a déjà eu lieu. Vous apprendrez ce qui a été préparé avec bien de l’esprit pour les élèves de notre canton, pour qu’ils sachent que chez nous, avant de parler français, on parlait patois.

Je souhaite un bon dimanche à tout le monde et je vous dis : « A la prochaine fois ! »

Denis Frund