Publié : 18 mars 2016

La surprise

Lai churprije

Bernard Chapuis, atelier d’écriture patoise

Paru dans LQJ, le 18 mars 2016

Lai churprije

atelier d’écriture patoise

Djôsèt des Mottes n’ât’p bïn svent en l’hôtâ. È fait de lai polititçhe. Bïn des côps, è rentre aiprés mineût. Les crouyes landyes diyant qu’è tçhie ènne piaice è Morépont.

Tiaind son hanne ât feû, lai Fidélia révise lai laivimaidge, èlle fait lai bue, èlle retaicoéne les tiulattes, tricote des tchâsses, yét lai feuye. Èlle s’ennûerait sains l’ Nèchti.

Ci Djôsèt èt peus ci Nèchti étïnt des caim’rades d’écôle. Dains yote djeûenaince, ès allïns les dous â lovre tchie lai Fidélia. Ç’ât l’ Djôsèt qu’é t’aivu lai tchaince de lai mairiaie. Èlle n’aivait’p brament d’étius mains, ç’était ènne tote bèlle baichatte, tos les bouebes yi rittïnt aiprés. Chutôt ci Nèchti qu’ât d’moérè véye bouebe de dépét.

- Fidélia, i dais paitchi po dous djoués.
- Te peus paitchi sains te faire di tieusain po moi. Te sais bïn le traivaiye qu’i aî. Prends tot ton temps.

Li tchu, note Djôsèt ât paitchi le tiûere ladgie. Tote héyrouse, lai Fidélia aippeule son aîmant.
- Nèchti, te peus vni, èl ât paitchi.

Aiprés ènne tchâde neût, ès pregnant le dédjunon à yét. Tot d’ïn côp, lai poétche s’euvre. Ailairme de Dûe, ç’ât lu qu’eurvïnt. Ïn pô étrulèe, lai Fidéliai yi fait :
- S’te m’aivais dit qu’te r’verrais en l’hôtâ ci maitïn, i t’airôs voidgè di café.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.5 Mo

La surprise

Joseph des Mottes est rarement à la maison. Il fait de la politique. Bien souvent, il rentre après minuit. Les mauvaises langues disent qu’il guette une place à Morépont.

Quand son mari est absent, Fidélia regarde la télévision, elle fait la lessive, elle ravaude les pantalons, tricote des chaussettes, lit le journal. Elle s’ennuierait s’il n’y avait Ernest.

Joseph et Ernest sont des camarades d’école. Dans leur jeunesse, ils fréquentaient tous les deux Fidélia. C’est Joseph qui eut la chance de l’épouser. Elle n’avait pas de fortune, mais c’’était une ravissante jeune fille courtisée par tous les garçons.Surtout par Ernest qui, par dépit, est resté célibataire.

- Fidélia, je dois m’absenter pour deux jours.

- Tu peux partir sans te faire de souci pour moi. Tu sais bien le travail que j’ai. Prends tout ton temps.

Sur ces bonnes paroles, Joseph est parti le coeur léger. Toute réjouie, Fidélia appelle son amant.

- Nechti, tu peux venir, il est parti.

Après une chaude nuit, les deux amants prennent le petit déjeuner au lit. Tout à coup, la porte s’ouvre. Mon Dieu, c’est lui qui revient. Un peu confuse, Fidélia bredouille :

- Si tu m’avais dit que tu reviendrais ce matin, je t’aurais gardé du café.

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">