Publié : 27 septembre

An trove aidé di bonhèye dains lai naiture, on trouve aussi du bonheur dans la nature

Michel Choffat, l’Ugène, RFJ 22 septembre 2019

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 22 septembre 2019,

Auteur : Michel Choffat, l’Ugène

Thème : Les belles choses de chez nous

info document -  MP3 - 3.6 Mo

An trove aidé di bonhèye dains lai naiture

Adj’d’heû i vos veus ïn pô djâsaie dés tchôses sïmpyes èt bèlles de lai vie, po moi, mains i échpére âchi po brament d’entre vos. Âtye que n’côte pe tchie, que faît di bïn èt peus que ne mâmoéne (malmène) pe lai naiture.
I aî ïn tieuchi (jardin) èt ïn voirdgie (verger). Dâli, i aî dje di pésse-temps, meinme che ct’annèe i n’aivôs piepe ènne damè (damassine), piepe ènne hêrbâtatte (mirabelle), piepe ènne prûnne, piepe ïn coing ! Mains lai naiture aivait fâte d’ïn pô s’repôjaie, aivô tos lés fruts qu’è yi aivait l’annèe drie.
Dâli, â long di traivaiye d’mon tieutchi èt d’mon voirdgie, i vais svent reug’naie, poi bé temps, poi mâtemps, l’maitïn, lai djoinnèe, lo soi èt meinme lai neût èt peus quâsi aidé tot prés de tchie nos. An n’ont pe aidé fâte de pâre yun d’cés l’ouejés d’fie (avion) po trovaie di piaîji èt di bonhèye, poéche que l’bonhèye, èl ât tot poitchot mains encoé fât-é (faut-il) l’pâre ! Dâli moi, i aî tchoisi d’lo pâre tiaind qu’èl ât â long d’moi. En mairtchaint tot d’pai moi, mon Due c’qu’an voit dés bèlles tchôses èt peus dés bèlles bétes. Dés çhoués (fleurs) aitaint qu’an en veut, dés bés l’aîbres mains âchi dés aîbres malaites : lés frannes (frênes), lés fiattes (épicéas), l’blouecha (buis) ou bïn dés aîbres que satchéchant è câse d’lai satie : lés hêtés (hêtres). Èt peus dés bétes taint qu’an en veut : dés tchvâs, dés dg’neusses, dés vaitches, dés vaitches aivô yôs vés, dés poues, dés dg’rainnes, dés ouejés de tot’ souetches èt peus bïn chur ïn pô moins svent dés cigoingnes, dés rnaîds, dés étiureus, dés tchevreus èt dés tchevris, èt peus i m’airrâte li ! Enfïn, nian. Ïn djoué i dis en mai fanne : « Aivô tos lés poues-sèyès (sangliers) qu’è y’é, i n’en aî pe encoé vu yün ct’annèe ! » Dous djoués pus taîd, m’voili paitchi dains lai côte, laivoù èls aivïnt faît ènne cope de bôs l’annèe péssèe, aivô mai cratte po allaie és moures. I en aivôs dje tieuyi 2, 3 kilos tiand que, droit dvaint moi, dains ïn bouetchèt (taillis) de mouries èt de ptéts l’hêtés, i r’mairtçhe que çoli boudge. Moi i dmoére piain (calme). Pus ran… Èt peus tot d’ïn cô çoli s’dépiaice tot balment è gâtche. I m’dis qu’ç’ât churment ïn tchevreu. I çhôtre ïn ptét cô… C’ment l’éyujon (éclair), ïn grôs poue-sèyè paît feû d’ci bouetchèt, traivoiche dés hâtes ronces èt décombre (disparaît) dains ïn âtre bouetchèt è moins de dieche métres. Dains dés ronces d’ïn métre, che ci poue-sèyè m’était vni d’tchu, i n’airôs pe aivu l’temps d’boudgi… De chur lés poues-sèyès d’nôs côtes sont bïn moins dondg’rous qu’cés d’Môtie ! Ah, qu’i étôs hèyerou !
Èt peus tiaind qu’i n’vais pe és moures, i aî aidé ïn saitchat aivô moi po raiméssaie dés détchèts. Dés djoués, i n’aî pe prou d’piaice dains mon saitchat èt i m’dis qu’è y’é encoé brament de dgens que n’réchpèctant pe lai naiture…
Voili, mâgrè tot, i trove aidé di piaîji èt di bonhèye dains lai naiture.
L’Ugéne, 22.9.19