Articles

  • Les mèges - Janvier 2015

    Paru dans LQJ du 9 janvier 2015
    Les mèges
    Ès sont venis dâ loin tos les trâs
    Po voûere ci petèt roi.
    Sont entrès â tchété demandaie
    Mains niun ne le coégnât.
    Vou qu’èl ât péssè, vou qu’èl ât péssè ?
    *
    Ès sont paitchis pus loin tos les trâs
    Po tçhri ci petèt roi.
    Aimis, oeuvrèz çte poûetce, s’è vôs piaît,
    Nôs velons voûere le roi.
    Nian, è n’ât pe ci, nian, è n’ât pe li.
    *
    Dains ènne poûere étale, tos les trâs,
    Èls aint vu ci p’tèt roi.
    Nôs sons les trâs rois mèges, boénnes dgens,
    Acceptèz nos hommaidges, (...)

  • Tècht de lai baingnoûere - Janvier 2015

    Paru dans LQJ du 16 janvier 2015
    Tècht de lai baingnoûere
    Lai Fidélia ât vidy’rouse po son aidge. Èlle condut encoè sai dyïmbarde. Èlle tchainte en lai Sïnte-Cécile. Èlle fait son tcheutchi. Èlle n’ât dj’mais sôle, dj’mais malaite. Ses afaints voérrïnt poétchaint lai botaie è Mij’rez. « Ces criquets ! Po m’prendre mai mâjon. ». Çte poûere Fidélia en ât tote eurvirie.
    Èlle s’en vait trovaie son méd’cïn :
    Dites-voûere, dottoé, è quoi an voit qu’è fât botaie quéqu’un dains ènne mâjon d’véyes ?
    Yè bïn, mai boènne (...)

  • Lai dgenâtche èt le pieinteusse - Janvier 2015

    Paru dans LQJ du 23 janvier 2015
    Lai dgenâtche èt le pieinteusse
    Èlle le saivait qu’è yevait l’coutre. Ses poirents yi aivïnt prou eurdit : « Léonie, ç’n’ât p’ât p’ïn hanne po toi., ! » Èlle n’é ran v’lu oûyi :
    I l’ainme , qu’èlle diait.
    È fait lai nace .Ç’ât ïn boyou, ïn ribotou.
    I veut l’tchaindgie.
    An n’tchaindge pe les dgens dïnche.
    Ès s’sont mairiès tot d’meinme, contre l’aivis des poirents. Les premies chés mois, le Djulat s’ât t’ni bïn d’aidroit.
    Vôs voites, que diait lai Léonie.
    Aittends pie !
    Èl é (...)

  • Çhaîlance - Janvier 2015

    Paru dans LQJ du 30 janvier 2015
    Çhaîlance
    « Tenis-vôs prâts. Djésus eurvïnt. Ran n’vait pus. È dait vni po r’botaie de l’oûerdre. Révoiyietes-vôs ! »
    Ènne djûene fanne prâtchait ch’lai piaice des Bennelats. Les hannes s’râtïnt po lai révijaie, les fannes po l’oûyi. Ç’ât qu’èlle était bèlle èt peus qu’èlle djâsait bïn. « Nôs vétyans les dries temps. Lai fïn di monde ât preutche. È y airé des frebèyes, des criyâs, des déseûdges, d’avô brament d’moûes. Dépadgies-vôs d’vôs r’penti. »
    Èlle nôs fait pavou, dit ènne fanne. (...)

  • L’aiv’ni en noi - Février 2015

    Paru dans LQJ du 6 février 2015
    L’aiv’ni en noi
    En lai féte de Dèlle, Daime Ermina, voiyainte, aittend les clients que n’se bochtiulant pe. Ç’ât qu’lai conchultation cote cïntçhe véyes francs, ènne somme en ç’temps-li.
    Ïn djûene hanne que tïnt poi lai main sai fiaincie s’râte devaint l’enseigne. Poi lai poûetche entreûvie, lai tirouje de câtches le voit . « Çoli vôs intéresse de coégnâtre vot’aivni ? »
    C’ment qu’èlle le sent vâkyou, èlle porcheut :
    Çoli ne dairait p’étre ènne quèchtion d’sous. Po vôs, i l’fait (...)

  • Ènne coéyenatte di véye temps - Février 2015

    Paru dans LQJ du 13 février 2015
    Ènne coéyenatte di véye temps
    Dans la Croix Fédérale du 19 septembre 1912, Jules Surdez signe cette facétie en patois de la Montagne :
    E y é bïntôt cent ans, mon papon allaie en l’écôle ai Calabri vés ïn véye régent boétou, bâne, et poéyaint ai poinne comptaie djunque ai vingt. Lai moitie di temps ai raiyuaie des véyes paraplues ou bïn raifistolaie de véyes tiaisses.
    In djoé qu’èl aivaie predju inne batz (inne batz vayait ai pô prés trâs sous), ïn djoé dïnche qu’èl aivaie (...)

  • Ènne bédyine tchie les pètlous - Février 2015

    Paru dans LQJ du 20 février 2015
    Ènne bédyine tchie les pètlous
    Èlle s’aippele Echpérance, ïn bé nom po ènne dgen qu’é lai fé aidgéchainne, que vait tos les djoués en lai p’tète mâsse, que praititçhe lai tchairtè taint qu’èlle peut.
    L’Echpérance qu’i vôs djâse n’ât pus de premiere djûenaince. Èlle é éy’vè cintçhe afaints qu’aint tus bïn réussi dains lai vie. Lai driere ât mairièe â Pairis. Sai mére vait lai voûere bïn s’vent. Ç’ât dev’ni aijie mit’naint d’aivô le TGV. Èlle pésse quéques djoués dains lai caipitale èt (...)

  • Prayiere di soi - Février 2015

    Paru dans LQJ du 27 février 2015
    Prayiere di soi
    Boûeba, è t’fât chiôçhaie çte vimaidge èt peus allaie â yét.
    I veus voûere lai fin.
    T’és ouyi, nitiou. I n’veus p’t’le dire dous côps.
    Tiaind qu’i s’rôs prât, te v’rais m’yére ènne fôle.
    Ç’ât tos les sois lai meinme snieule.
    Sitèe chu le ran di p’tèt yét, lai mére aicmence : « È y aivait ènne fois, ènne bèlle prïncesse ... »
    Nian, pe çtée-li. Te m’l’és dj’ raicontèe.
    Laiquélle, adonc ? Lai fôle di roudge cretchat ? Les trâs tchievres. Lés chés dgenâtches d’lai (...)

  • Tchie l’ méd’cïn  - Mars 2015

    Paru dans LQJ du 6 mars 2015
    Tchie l’ méd’cïn 
    Cment qu’çoli vait, adj’d’heû, Tave ?
    Çoli âdrait, mains ç’ât aidé çte tchaimbe drète que m’fait mâ. Èlle me fait aidé pus mâ. I me r’yeûve lai neût po boudgi èt pâre de çte truerie d’ poûejon qu’vôs m’èz bèyie.
    Èt peus, çoli pésse ?
    Oh, pe po longtemps.
    Èt dains lai djouénèe ?
    Dains lai djouénès, i n’yi muse pe trop. È y é l’tieutchi, les p’tèts l’afaints, les dgerènnes, les laipïns, mon tchïn. Ah, çtu-li, s’i n’aivôs p’mon tchïn ... Le soi, i cheus les novèlles en lai (...)

  • Ènne yeçon de politèsse - Mars 2015

    Paru dans LQJ du 13 mars 2015
    Ènne yeçon de politèsse
    Ç’ât les véjïns di tiurie. Ès sont bïn d’aivô lu. Tchétçhe snainne, ès yi poétchant âtçhe, ïn tchô, ènne salaidge, des rétis, des faivioles. Tiaind qu’lai Lison fait â foué, èlle yi bote ènne vètçhe d’ènne sens ou bïn ïn toétché en lai fraiyure.Tiaind qu’ès botchoiyant, ès yi bèyant di boudïn ou bïn di portchat.
    Le p’tèt Louyis ât tchairdgie d’aippoétchaie ces crômas en lai tiure. È soénne, è rôte sai cape èt peus èl aittend. Le tiurie entroeuve lai poûetche, prend (...)

  • Le prix d’ïn taixi - Mars 2015

    Paru dans LQJ du 20 mars 2015
    Le prix d’ïn taixi
    Çte Mélie vait de temps en temps è Baîle po s’tchaindgie les musattes. Ci djoué-li, èlle é trïnnè ïn pô trop longtemps en velle. Èlle é rodayie les maigaisïns djuqu’en lai çhôjure. Aiprès, èlle s’ât enflè dains ïn rèchtauraint po maindgie ïn moèché. Peus èlle s’ât cordè l’cinéma, ïn film d’aimoé en anglais traidut en almousse. Èlle n’y é ran compris, èlle é quasi dremi tot di long. Che bïn que tiaind qu’èlle ât airrivèe è D’lémont, è n’y aivait pus d’pochte po rentraie.
    « (...)

  • Dires èt louenes - Mars 2015

    Paru dans LQJ du 27 mars 2015
    Dires èt louenes
    Dans les Actes de 1929, Jules Surdez ajoute aux proverbes recueillis quelques formulettes et plaisanteries. Nous respectons l’orthographe de l’éminent folkloriste jurassien.
    Eloge de la lenteur :
    « Voili ce que ç’ât que d’allè trop vite », diait lai yemaice qu’aivaît tchoi d’ïn dgenâvre. È y aivaît faillu heut djoés po se trïnnè enson.
    Aux ivrognes :
    Dainse, dainse, tiu gailloux, niun ne dainse que nos doux. Ç’ât le vïn et lai botaille que nos faint è potchè (...)

  • Les Paîtçhes - Avril 2015

    Paru dans LQJ du 10 avril 2015
    Les Paîtçhes
    Faire ses Paîtçhes, c’était s’conféssaie ènne fois l’an, po Paîtçhes. Tus d’vïnt y péssaie. C’était di travaiye po les tiuries. Ès conféssïnt des côps tote la sïnte snainne. È faiyait qu’tos yos bairoitchous feûchïnt bïn nats po le grant djoué de Paîtçhes. Po airrivaie à cheudre, not’ chire d’maindé l’aippûe d’ïn vicaire d’lai vèlle.
    Qu’ât-ce que vôs bèyies cment péniteince ? I n’ai p’brament d’éxpérience.
    T’n’és p’fâte de t’faire di tieusain. I t’aî botè ènne yichte drie (...)

  • Le tchier temps, Jean Christe, le Vadais - Avril 2015

    Paru dans LQJ du 17 avril 2015
    Le tchier temps
    un texte de Jean Christe (Le reveniaint, 1966)
    C’était le tchier temps. I traivèyô tchi l’Isidore. Mairie èchebïn. Tiaint le véil é vu que nos s’faisïns les doux l’oeils, comme èl était mére di vlaidge, è m’é expédiaie en Amérique aipré m’aivoi bèyie quaitre cents francs de lai commune. C’était dïnche qu’è se faisïns èyure les pôres diailes dains ci temps de malheur. Qu’ât-ce qu’i vlô dire ? I n’aivô niun po me défendre. Mairie é djuerie de m’aittendre.
    Nos sons (...)

  • Grôchier’tès - Avril 2015

    Paru dans LQJ du 24 avril 2015
    Grôchier’tès
    Lai Fifine n’en peut pus d’oûyi Fernand, son bouebe de chés ans, dire des voûedg’ries . « Vai tchiere ! Coéne m’â tiu. » Le pére ne dit ran. Èl en dit âchi, èt peus des pus grôsses. « T’és oûyi, Mére ? Le pére que répairait l’traicteur, él é dit : yé bïn mitnaint, i seus bïn emmerdè. Èt peus èl é dit ïn tchaiplat de saicrés noms de dûe. »
    Râte ! Ton pére ç’n’ât p’ïn exempye.
    Laivoù que nos afaints aippregnant ces croûyes mots ? Tot chu dains lai coué d’l’écôle d’avô les âtres. (...)

  • Les sabats de lai Vierdge - Mai 2015

    Paru dans LQJ du 8 mai 2015
    Les sabats de lai Vierdge
    È me fârait, dit lai Vierdge,
    Que fuyait d’avô Djésus,
    È me fârait, dit lai Vierdge,
    Des sabats po mes pies nuds.
    *
    Pésse ton tchemïn, bogrèsse,
    Qu’an yi heûl’ d’ïn cabairèt,
    Pésse ton tchemïn, bogrèsse,
    Que le diaîle t’haibardgeuche !
    *
    Mes pies sont sôles, dit lai Vierdge
    Que travoéchait ènne vèllatte, Mes pies sont sôles, dit lai Vierdge,
    Èt peus, i n’aî p’de sabats.
    *
    Pésse ton tchemïn, pètlouse,
    Breûyïnt les savaidges bétes,
    Pésse ton (...)

  • È finit poi trovaie l’temps grant - Mai 2015

    Paru dans LQJ du 15 mai 2015
    È finit poi trovaie l’temps grant
    Maitchïn condut sai fanne è Lai Tchâ-d’Fonds. « I en ai po tote lai vâprèe, qu’èlle yi dit.Te v’rés me r’pâre és cïntçhe "És quaitre séjons".
    Maitchïn, ç’ât ïn hanne de réfiaince, yun d’cés qu’an peut comptaie d’chus, djemais en r’taid. És cïntçhe, èl entre â cabairet dés "Quaitre séjons". Lai fanne n’ât p’encoé li. « Çoli n’fait ran, qu’è s’dit. I veus boire ènne biere en l’aittendaint. » Les menetes péssant. Lai fanne n’airrive pe. Maitchïn yét lai feuille, (...)

  • Mon boûebe, ç’n’ât p’ïn mentou - Mai 2015

    Paru dans LQJ du 22 mai 2015
    Mon boûebe, ç’n’ât p’ïn mentou
    I veus voûere s’vôs èz bïn eurteni lai driere yeçon d’hichtoire. Albért, dis-me voûere tiu qu’é décreuvi l’Aiméritçhe.
    Ç’n’ât p’ moi, Daime.
    Te t’fos d’moi, Albért ? Te dairais aivoi grosse honte de m’répondre dïnche.
    I vôs l’aichure, Daime. Ç’n’ât p’ moi, i n’aî ran è voûere d’avô çoli.
    Coidge-te, nitiou ! S’te crais qu’çoli veut s’péssaie dïnche. I m’en v’allaie trovaie ton pére.
    Le soi, voi les sept, voili lai régente que soénne. Èls étïnt dje tus en (...)

  • Âvéjon - Mai 2015

    Paru dans LQJ du 29 mai 2015
    Âvéjon
    Ïn var’tâbye déyeûdge s’aibait ch’lai contrèe. Lai r’viere débodje. Le pont ât aivu empoétchè. L’âve entre dains les mâjons. Les soudaits di fue évacuant lai population.
    Le véye Djousi, nonante ans, ne veut p’ tyitie l’hôtâ. Èl ât dains sai tieujènne, dains l’âve djuqu’és dg’nonyes. « I aî aidé vétyu ci, i yi d’moére. »
    Mains vôs n’ voites pe l’ daindgie ?
    I crais en Dûe. È m’ veut savaie.
    Dous côps qu’ les pompies sont vnis en baîrtçhe. Ran è faire. « Léchietes-me ! I crais en (...)

  • Lai valou d’ènne vétçhaince - Juin 2015

    Paru dans LQJ du 5 juin 2015
    Lai valou d’ènne vétçhaince
    Ç’ât ènne tchâde vaprée de djuïn. Les dgens s’baingant voi l’pont d’Raivine. Tot en pâtchant, Lucas churvoye ses afaints. « Dmoérèz ch’lai rivatte. Le Doubs ât daindgerou ! » Tot d’ïn côp, ïn hanne, â moitan d’lai r’viere, breûye : « À chcoué ! I m’ naye ! »
    Lucas se yaince en l’âve po l’savaie èt peus l’raimoène.
    Le poûere hanne ât bieu. È claique des dents, è grule. Lai fanne di Lucas le frotte d’aivô ènne tchevétçhe. Èlle yi voiche ïn p’tèt tçhissat d’ daimé. (...)

  • È y é ïn mychtére - Juin 2015

    Paru dans LQJ du 12 juin 2015
    Le ptèt Fèrnand pésse ses condgies tchie son graint-pére Anselme qu’était régent dains ènne de ces ptètes écôles d’lai Montaigne. L’Anselme é voidgie totes soûetches de mainies de son péssè d’raittèt. Èl ât aidé en train d’eurprendre çt’afaint chus tot : « Tïns-te d’aidroit ! Rote tes mains de tes baigattes ! Moétche-te, te n’vois pe que t’és d’lai nitçhe ! Coidge-te tiaind qu’les aidultes djâsant. Révije-me dains les oeûyes tiaind qu’i t’fais ènne remairtçhe ! » En pus, è n’ suppoétche pe (...)

  • Tchïn métchaint - Juin 2015

    Paru dans LQJ du 19 juin 2015
    Tchïn métchaint
    Lai vave Mairia vit tot d’pai lai dains sai maijenatte d’lai Vie de Bonfô. Çoli fait dj’ vïngt ans qu’ son hanne ât moûe. Ses afaints s’ faint di tieusain po lée, les véjïns aich’bïn.
    Qu’ât-ce qu’i richque ?
    D’avô tot ço qu’an voit !
    Niun ne m’veut pâre. Çtu que m’ pârait, è m’raippoétch’rait tot comptant. Qu’ât-ce qu’è f’rait d’aivô ènne véye cment moi ?
    Èt peus vos sous ?
    Oh bïn, po ç’qu’i aî.
    Vôs èz vu dains lai Feuille d’adj’d’heu, lai bainque de Boncoét (...)

  • L’échpéraince - Juin 2015

    Paru dans LQJ du 26 juin 2015
    En marge du 23 juin..
    photo de Vatré, en couverture intérieure de son Glossaire, réimpression 1986.
    Simon Vatré, auteur du célèbre glossaire, était aussi un Jurassien convaincu. Dans le poème ci-dessous, qu’il a lui-même mis en musique, il exprime son amour pour le Jura et son espoir de le voir accéder à l’indépendance. Copie conforme.
    L’échpéraince
    Pairôles et musique de Simon Vatré (1888-1972)
    Cognâtes-vôs ci bé paiyis 
    Dâs trop longtemps entchïnnè ?
    Nôs demaindans en (...)

  • Des prodjets de vaicainces - Juillet 2015

    Paru dans LQJ du 3 juillet 2015
    Des prodjets de vaicainces
    Les condgies di tchâtemps aippreutchant. En l’école, ç’ât quasi lai fïn des coués. Les régents moénant yos éyeuves en lai piscine, èls orgainisant des toués è pie ou bïn è véyo, ès vaint tchaibounaie des cévrelas ch’ le fûe. « Voili les vaicainces, pus de péniteinces, aidûe les daivois, eurdjâsans patois ! »
    Dains totes les faimilles, an s’aipprâte è paitchi. È y en é que vaint en Espagne, po s’ bronzaie â s’raye ch’ le châbye, d’âtres, pus rétches ou bïn (...)

  • Ènne nûevainne po lai pyeudge - Juillet 2015

    Paru dans LQJ du 10 juillet 2015
    Ènne nûevainne po lai pyeudge Dains le temps, an f’sait des nûevainnes po obteni lai pyeudge. L’abbé Paul Beuret était ïn afaint des Roudges-Tieres. Èl é dit sai premiere mâsse dains lai graindge de ses poirents. C’était le Kulturkampf qu’é léchi des bïn croûeyes seuv’nis dains les mémoûeres.
    L’abbé Beuret feut nanmè tiurie des Breuleux. C’était ïn hanne qu’aivait les pies chus tiere. Èl y eut ènne grante chatchou. I crais qu’ c’était en 1893. Les pouches étïnt quasi veuds. È (...)

  • Tchétçhun sai r’çatte - Juillet 2015

    Paru dans LQJ du 17 juillet 2015
    Tchétçhun sai r’çatte
    Â paiyis des crâs, è y aivait ïn grant tchaimp d’ fraîjes. En lai bèlle séjon, tchétçhun poéyait rempiâtre ses crattes ou bïn ses say’tats, faire é poisaie sai tieuyatte èt paiyie.
    I tieuyôs des fraîjes d’aivô mai fanne. C’était ènne bèlle vâprèe de djuillèt. Nôs étïns tote ènne rotte, craibïn doze, tyïnze. En tchéque tieuyou sai laingne. Â bout di tchaimp, les dyïmbardes des tieuyous èt peu lai caboénatte d’lai paitronne. Èlle aittendait les clieints drie sai (...)

  • Ébâbéch’ment, récâméch’ment - Juillet 2015

    Paru dans LQJ du 24 juillet 2015
    Ébâbéch’ment, récâméch’ment
    Comment notre patois exprime-t-il la surprise et l’étonnement. Chorpris et ses variantes ne présente pas grand intérêt, car trop proche du français. Ce n’est autre que le mot surpris patoisé.
    Voici, en revanche, d’autres mots ou expressions plus authentiques, attestés autant par l’usage que par les glossaires. I seus ébâbi de savoi qu’èl ât moûe. Je suis étonné de savoir qu’il est mort (Simon Vatré). Ébâbi dérive du verbe français ébaubir, (...)

  • Dires de djuillèt - Juillet 2015

    Paru dans LQJ du 31 juillet 2015
    Dires de djuillèt
    Djâsaie di temps, ç’ât djâsaie de ran, qu’an dyait. Yé bïn, ci vardi, i veus vôs djâsaie di tchâtemps.
    És moûechons, sat gairguesson.
    En djuillèt, ne cape ne coétch’lèt.
    Airboé di maitïn rémeud les m’lïns, airboé di soi réchue les borbèts.
    Tchâd djuillèt, frâs djuiïn, dyère de biè, mains di bon vïn.
    Se djuillèt ât d’aibondaince, le poûerere airé sai pitaince.
    Le s’raye de djuillèt rempyât lai tiaive èt le tchéfâd.
    Roudge maitïn, soi pyeudjou.
    Se le tchâtemps (...)

  • Guillaume Tell - Août 2015

    Paru dans LQJ du 7 août 2015
    Guillaume Tell
    Djeannot aivait aidé ïn coutelat dains sai baigatte, d’aivô d’lai chnoûere, des aigattes, des ptèts sous, des cocréyattes, èt peus tot ïn commerce. È n’aivait p’ de croûeyes musatte, èt ne v’lait p’ aittaiquaie le p’tét maigaisïn di coénat, lai pochte ou bïn lai Raiffeisen. Tot ço qu’è vlait, c’était djûere d’aivô son couté. È copait ènne trique de coudri po faire ènne rieme, des raims po faire ènne caboénatte, mains ço qu’èl ainmait l’pus c’était d’faire des aircs èt peus (...)

  • Ènne raite ! - Août 2015

    Paru dans LQJ du 14 août 2015
    Ènne raite !
    Te dairôs t’ mairiaie, Isaibèlle. T’ n’és pus tote djûene.
    I n’aî p’ le temps.
    Ç’ât vrai qu’èlle n’é p’ le temps. Èlle traivaiye chés mois l’an, le rèchte di temps, èlle voiyaidge. Èlle ât aidé ch’ lés quaitre vies. Èlle é travoéchè tote lai Suisse è pie, dâ Boncoué djuqu’è Chiasso. Èlle é paircôri l’Europe en moto. Èlle é fait quasiment l’ toé di monde. Èt peus aidé tote d’ pai lée. Qu’èlle troveuche ïn compaignon en tch’mïn, ç’ât pôssibye, niun n’en sait ran, èlle n’en dit (...)

  • Mon véjïn, ç’ât ïn r’naid - Août 2015

    Paru dans LQJ du 21 août 2015
    Mon véjïn, ç’ât ïn r’naid
    Ces expressions qui font référence aux animaux :
    Ç’ât d’lai miedge de p’tèt l’oûejé. / Èl ât boqué c’ment ïn aînne. / Mai bionde ât réchâle c’ment ïn aigné. / Çtu-li, èl ât fie c’ment ïn môtretiu. / S’te l’aivaîs vu ch’vantzaie c’ment ènne lievre. / I aî dremi c’ment ïn yoûere.
    Eurvenians en nos motons. / È n’ fât p’ nayaie l’ poûechon. / È breûye c’ment ïn ptôs. / Ce n’ât pe és véyes sindges qu’an aipprend è faire les grïnmaices. / Bânitçhat c’ment ènne târpie. / Pâre le (...)

  • Long pyaingnaint long vétiaint - Août 2015

    Paru dans LQJ du 28 août 2015
    Long pyaingnaint long vétiaint
    C’était ç’ qu’an aippele tchie nôs ènne écregneule. D’ lai pus crevatte soûetche. Tiaind qu’èl ât tchoé â monde, lai boénne fanne é dit : « Éh bïn çtu-li, è n’ veut p’ allaie tchiere és étoules. » Çoli v’lait dire : Ci mâl’rie d’ nitiou n’ veut p’ teni djunqu’en l’èrbâ. Èl é cheurvétiyu, ci Djeain-Yâde, èt peus bïn en d’li. Ce feut aidé ïn afaint malingre. « È n’ crât ne è n’ creve », dyïnt les dgens.
    Èl eut totes les mailaidies d’ l’afaince. Cobïn d’ neûts sai (...)

  • Ènne grosse naiviatte - Septembre 2015

    Paru dans LQJ du 4 septembre 2015
    Ènne grosse naiviatte
    Ïn véye n’é dains son tieutchi qu’ènne grosse naiviatte. Chi grosse qu’è n’ peut lai tirie.
    Fanne, vïns m’édie ! breuye le véye.
    Lai fanne airrive èt tire chi foûe que le véye se béskéye dains ses sabats. Mains çte diaîlasse de naiviatte d’moére en piaice. Èls aipp’lant â ch’coé yot’ nitiouse.
    Lai beusse ât coéradgeouse. Èlle s’aigrïmpe en lai graint-mére, lai fanne en son hanne, le véye en sai naiviatte. Ét tos les trâs tirant taint qu’ès poéyant. Le tchïn (...)

  • Le ch’crèt - Septembre 2015

    Paru dans LQJ du 11 septembre 2015
    Le ch’crèt
    Cment qu’è yi faiyait di foin po ses bétes, Thiophile ât montè â tchéfâd d’aivô ènne étchiele. Èl en é fotu en vâ quéques braissies. Tiaind qu’èl é vlu eurdéchendre, pus d’étchiele. « Ç’ât mon vâlat l’é r’botè en piaice. Hé, Zidore, t’és li ? » Pe d’ Zidore, pe d’étchiele. « Çoli n’ fait ran, qu’è s’ dit. I m’veus léchie tçhissie. » Mains dâ tchéfâd djunqu’â sô, è y é cïntye bons métres. Mon Thiophile ât mâ tchoé èt s’ât toûeju lai tchevéille drète. È n’poéyait pus se r’yeuvaie. (...)

  • Sai driere envietaince - Septembre 2015

    Paru dans LQJ du 18 septembre 2015
    Sai driere envietaince
    L’Anselme des Crâts ât tot â bout di rôla. È râle que çoli vôs r’mue djunqu’és tripes. È n’ djâse quasi pus, ïn mot de temps en temps qu’an n’ comprend pe. Sés l’oeûyes raivoétant l’ plafond. Hyie, le tiurie yi é bèyie les dries saicrements. Mit’naint, l’Anselme ât en oûedre po péssaie d’ l’âtre sens. Son téchtament ât dains l’ tirou d’ lai tâle de neût, d’aivô son rét’lie èt peus sai boéche.
    Ènne dyïmbarde se râte d’vaint lai mâjon. Ç’ât l’méd’cïn. « (...)

  • Les serïndious di Petét Paîgre - Septembre 2015

    Les serïndious di Petét Paîgre
    Sous ce titre, Jules Surdez évoque une revue de pompe d’autrefois. (Le Jura, 26 juillet 1941)
    E y aivaît la Serïndye le saimmedi lai vâprèe. E me fât encoé rire tiaind qu’i me raivise cment que se péssait l’aippeul des serïndious et cment qu’en échtiusait ces que ne réponjïnt pe.
    Le véye mérelie ! - El ât li.
    Le bouebe â Mairtchâ ! - Le voici que vïnt.
    Le Pierrat des Boeûtchïns ! - El ât ci.
    Le Djeânat des Biassons ! - Aitot.
    Le Yâde di Moeulïn. - I m’aimoenne.
    Le (...)

  • Ïn raitèt tchie lés éléphants - Octobre 2015

    Paru dans LQJ du 2 octobre 2015
    Ïn raitèt tchie lés éléphants
    Ïn djûene raitèt airait vlu étre éléphant.
    Tchétçhyun yi conséyait de se môtraie pus saidge
    Èt peus d’creuj’naie son p’tchu sains musaie d’lai soûetche.
    Mains èl était boquè, note petèt raitèt . « I veus, qu’è diaît aidé, étre éléphant o ran. »
    Aiprés bïn dés éffoûes èt peus bïn di commèrce,
    En lai fïn not’ gregyou é r’ci son paipie.
    È s’boté tot comptant è tçheri ènne piaice.
    Le cirque était tot piein. Le zoo n’était p’d’aiccoûe.
    « Ïn éléphant pionè ? (...)

  • Ïn fignolou ch’lai mèe - Octobre 2015

    Paru dans LQJ du 9 octobre 2015
    Ïn fignolou ch’lai mèe
    Ïn djâsou raicodgeaire, f’saît ènne virie ch’lai mèe D’aivô des vrais meurnés èt peus des fâs sciençous. È r’vije ïn bairquotie que poétche ïn sayat d’ sope Èt djâse d’aivô lu. Le djûene aivoué que, bïn qu’è feuche évoindgeou, È ne feut djemais en l’écôle.
    Laîs-moi, mon poûer’ petèt, yi dié d’aivô encrâ L’hanne que djâsait trop hât T’és predju le tie de ton temps. Â moins saîs-te yére èt peus ïn pô graiy’naie ?
    - I n’en é piep’ l’ècmencement. I (...)

  • Lai bosse di commerce - Octobre 2015

    Paru dans LQJ du 16 octobre 2015
    Lai bosse di commerce
    Ci Dio ne dyaignaît p’ grant cment vâlat tchie les grôs paiyisains o bïn cment copou dains l’ bôs d’lai tyeumene. Sai fanne traivaiyait dains l’aitelie de pieres di vlaidge. D’aivô yos dous diaîdges, èls aivïnt di mâ d’envoûedre. Cïntçhe afaints è neurri, vêti, çoli côte. Bïn svent, lai ménaidgiere n’aivait p’ prou po paiyie en lai kaufhoûje èt dmaindait â boutiçhèt de maîrtçhaie ses dâts ch’ le livrat.
    Èls aivïnt ïn tieutchi que yôs feunichait les lédyumes, (...)

  • La vente aux enchères - Octobre 2015

    Paru dans LQJ du 30 octobre 2015
    La vente aux enchères
    L’Alcide ât moue. C’était ïn véye bouebe qu’aivait rôlè sai bosse d’vaint que d’ fini ses djoués dains sai caboénatte. An l’voyait â Tchvâ Bianc, le capet vissè ch’le capiron, lai pipe â moére. È câse de ses rhumatisses, è trïnnait les guiboles ét s’appûyait chus sai cainne. À cabairèt, è commandait ses trâs décis qu’è treûyait tot bal’ment. È poéyait d’moéraie ènne hoûere, les oeûyes viries â pyaifond.
    Des yassous l’invitïnt en yote tâte :
    Nôs n’ sons qu’ (...)

  • Ènne dgenâtche - Novembre 2015

    Paru dans LQJ du 30 octobre 2015
    Ènne dgenâtche
    Lai vave Tiénatte de Drie-lai-Vèlle pésse po étre ènne dgenâtche. Les croûeyes landyes dyant qu’èlle pochéde ïn gremoûere, qu’èlle le conchulte po faire di mâ, èt qu’èlle djete des soûes. Les dgens en aint pavou.
    Ïn djoué, le Torin pésse dvaint tchie yée d’aivô sai dgement. Lai Tiénatte ât sietèe ch’ le bainc â dvaint l’heus.
    T’és ènne sacrée bèlle polniere poi-li, Torin.
    Ne t’aippreutche pe, véye dgenâtche, ou bïn i t’ fôs ïn côp d’ rieme.
    Lai Tiénatte fait des (...)

  • Le tchêne èt l’époulat - Novembre 2015

    Paru dans LQJ, le 13 novembre 2015
    Le tchêne èt l’époulat
    Le Tchêne ïn djoué dyé en l’Époulat :
    « Vôs èz bïn des réjons d’aitiujaie lai Naiture ;
    Ïn Oujelat po vôs ât ènne poisainte tchairdge.
    Lai pus ptète brije que, des côps,
    Fait frognie la faice de l’âve,
    Vôs borge è béchi lai téte :
    Di temps que mon cervé, eur’channaint â Caucase,
    Ne s’contente peus d’râtaie les rés di s’raye,
    Tïnt bon tiaind choçhe le grôs temps.
    Tot vôs ât Vent di Diaîle, tot me sanne Brijatte.
    Hèy’rou s’vôs étïns nè en lai sôte d’mai (...)

  • Ïn probyème de ç’ temps-li - Novembre 2015

    Paru dans LQJ, le 20 novembre 2015
    Ïn probyème de ç’ temps-li
    C’était â bon véye temps, bïn dvaint les dyïmbardes, les oûjés d’ fie, lai laivimaidge èt le laividjâse. L’ raicodjaire cheumât ïn probyème en ses grants éyeuves.
    Ïn tchairtou vait d’ Boncoèt è Poérreintru d’aivô son tchie tchairdgie èt son aitt’laidge. È fait dous yûes en l’hoûere. Ïn âtre tchairtou vait de Poérreintru è Boncoét. È n’é ran chu son tchie è étchiele èt peus ses dous roncïns dgeaimbant vite. Ès faint dous yûes èt dmée en l’hoûere. Laivou (...)

  • Predju dains l’cie - Novembre 2015

    Paru dans LQJ, le 27 novembre 2015
    Predju dains l’cie
    Ïn hanne cheurvoule l’Aidjoûe dains ènne montgolfiere. Lai bije çhioche. Èl ât ïn pô predju. È déchend sains s’ pojaie. Dôs ses pies, ïn paiyisïn r’fait sai çhojûre.
    Bondjoué, l’hanne. I m’ seus predju, qu’è m’ sanne.
    Yè, vôs n’èz p’ de câtche ?
    Lâmoi, i é tot rébyè en paitchaint, mes yunèttes, mon saic, mes câtches, tot. Ât-ce que vôs peutes me dire laivou qu’i seus ?
    Poidé ô. Vôs étes dains ïn bailon è dieche métres de hâtou.
    I l’ sais aich’ bïn qu’ vôs. (...)

  • Lo poûejon - Décembre 2015

    Paru dans LQJ, le 4 décembre 2015
    Lo poûejon
    Çt’ Eulalie s’ rend tchie l’aipotiçhaire.
    Bondjoué, chire. I voérrôs di cyanure.
    Qu’ât-ce qu’vôs dites ? Di cyanure ! Vôs r’bôlèz ou bïn ! Vôs n’y étes pus ! Vôs saites ç’ que ç’ât, lo cyanure ? Ç’ât ïn poûejon, dés pus daindgerous. Ènne pïncèe d’ cyanure dains ïn voirre d’âve seûffit po envie ïn hanne tot comptant â ceim’tére. I n’ai p’ le drèt d’ vôs vendre ci produt. Ç’ât contre lai loi. I piedrôs mai paitente, o pé encoé, i finirôs à Witzwil. Èt peus vôs è Hindelbank. Que çoli (...)

  • Lo R’venyaint - Décembre 2015

    Paru dans LQJ, le 11 décembre 2015
    Lo R’venyaint
    Inspiré du Revenant, de Jean Rictus (1867-1933)
    Dés côps, i m’ dis, tiaind qu’i vâdye
    È drète, è gâtche èt sains échpoir,
    Tiaind qu’i n’ai pus l’ drèt d’ me sietaie
    Ou bïn de dremi chu les baincs ,
    *
    I m’ dis : Tot d’ meinme, s’è r’venyait !
    Tiu çoli ?... Bïn quoi ! Vôs l’ saîtes bïn,
    Lo vendrecksèle de Galilèe,
    L’ Rossat â tiûre pus grant qu’ lai Vie !
    *
    S’è r’venyait pie, l’Aigné sains taitche ;
    Ç’tu qui pus taîd meûré ch’ lai croux
    È trent’-trâs ans, (...)

  • Lattre â Pére Nâ - Décembre 2015

    Paru dans LQJ, le 18 décembre 2015
    Lattre â Pére Nâ
    Dites-me voûere, les afaints, qués crômas vôs échpérèz eurcidre è Nâ 
    Lo grôs Damien, qu’aivait di mâ d’ çhoûeçhaie foûeche qu’él était mota, dyé : « Ènne gâgui ! » Nôs ains tus riè cment des bossnats. Lo Fédo, qu’était dj’ trébéyat, v’lait ïn kvehr po allaie bratçhaie lai Raiffeisen. Lai Stéphanie ne v’lait ran di tot. « I ai dj’ bïn prou. È fât sondgie és poueres afaints que n’ mandgeant p’ en yote faim èt que sont mâ vétis. »
    Lai régente s’ât toénèe vâ moi :
    Èt peus (...)