Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Messes des patoisants et prières > Pradge po lai tiaitourjïeme féte caintonale jurassienne di patois Les (...)
Publié : 17 septembre 2018

Sermon et prières pour la troisième fête cantonale jurassienne du patois, les Genevez, 16 septembre 2018

Pradge po lai tiaitourjïeme féte caintonale jurassienne di patois Les Djeunevez – 16 de septembre 2018

Chanoine Jacques Oeuvray

{}

Pradge po lai tiaitourjïeme féte caintonale jurassienne di patois Les Djeunevez – 16 de septembre 2018

écouter le Chanoine Jacques Oeuvray

info document -  MP3 - 26.4 Mo

È faie bon étre ât monde é y voûere çhiaie ! Més boènnes dgens, é è faie bon
âchi djâsaie l’patois ! Vos n’le crète-pe ?
È faie bon se r’trovaie, se seveûni di péssaie é musaie l’aiveni, tchantaie, prayie en lai mâsse, maindgie ïn bout d’tchainbon, boire ensoènne ïn tchavé, ô… crèbin dou lés djouès d’féte !

Main, mïnt’nain ât Môtïe, nôs prayant pô r’merchiait l’Bon Dûe pô to ce que nôs aint r’çit tôt di temps d’cés annaies péssaies, pô cés qu’nôs aint tçhittie é qu’nôs aivïn bayïe yôte crayaince, yôte pailaie : ci patois que nôs r’bote encouè ensoènne adjd’heû !
Bartimée, le bouebe de ci Timée, airait bïn ainmait lu âchi vouere çhiaie. Ç’ât lai Boènne Novèlle de ci dûemoènne. È l’â sïetaie âlon di tchmïn. Eurtchaimpaie poi lés dgens, lu qu’éto èveuye. Tiaint qu’èl é aippris qu’çétait ci Djésus péssaie poi li, è sboté è breuyie : « Djésus, Bouebe de David aie pidie d’moi ! » Main lés âtres fesïnt to po qu’è s’coidjeuche. Main, Djésus l’é oûyi. È s’râte é dit és discpyes de l’aippelaie. Dâli, ci Bartimée. Tchaimpe son mainté é rite va lu.
Ç’t’èveuye â long di tchmïn, ç’ât l’imèdge de lai poueretaie, d’lai détrâsse. Sain son mainté, son seul bïn, è dè tot és âtres. Le tchmïn vou aivaince Djésus é lés dgens, nos ïnvite è mairtchi, é aivaincie, é trovaie atçhe de nové ; main ci pouere hanne â çhioulaie è tïere. Nos sont bïn dés côs cment lu è dmaindaie d’léde â Segneu : « Nos diant : prends pidïe d’moi ! » Tiaint qu’mon traivèye ne m’dit pu ran, tiaint qu’i seu cment ïn numro en l’usine, tiaint qu’i m’muse qu’i seu trop véye po r’trovaie ïn traivèye ou bïn qu’i n’seu-pe prou paiyïe.
Ïn po cment ci Quittè d’Tieûve qu’éto allaie â cirque Knie. Le drassou d’éléphant, aipré son numro, dié és dgens : i vouéro faire è sïetaie ç’t’éléphant main è n’veu ran oûeyi. Ç’tu d’aintre vos qu’le poérrait faire è sïetaie tchu ç’te sèllatte, i yi bèye cïnquante francs. A moins dïeche dgens épreuvènnent de l’faire sïetaie. Main niun n’y ât airrivaie. Dâli mon Quittè s’aivaince, vai va ç’éléphant, i soyeuve sai grosse araye, yi çhiouçhe âtçhe é roufe, l’éléphant tchoé l’tiu tchu ç’te sèllatte ! Le drassou yi dié : cment ç’que vos é faie ? I n’aie djmaie vu çoli. Qu’ât-ce que vos yè dit ? Oh, ç’ât tot sïmpye, qu’yi dié l’Quittè, i aie dit ç’qui dyaingnô poi mois en lai Minerva !
Le mainté d’l’èveuye, c’étot l’seul bïn di pouere. È l’é tot tyitie po cheudre le Chricht. Peu cment ç’t’hanne rètche dain lai boènne Novelle que n’l’é pe cheuyait poéch’qu’è l’aivaie de grans bïns, cment dit l’évangile. È peu nos, qu’és bïns nos enveloppant é nos empâtchant d’cheudre le Chricht ?
Yeuve te, è t’aippeule ! Aivaint d’voûere, è fat oûyi. Ç’tu qu’étot â long di tchïn, â long d’lai vie, se yeuve d’ïn cô é mairtche tchu le tchmïn, va lai vie. Dâli, Djésus yi dmainde : « qu’ât-ce que t’veu qu’i fseuche po toi ? » É bïn poidé, qu’i voyeuche !
Ïn po cment ç’te Mélie que n’voyaie pu bïn. El se déchidé d’allaie vouere le médecïn dés l’euyes. Dâli è yi dié : qu’ât-ce qu’è yé Mélie ? I n’voi pu bïn é i vouéro meu vouere. Le médecin dés l’euyes rèvouéte cés-ci é po fini è dit : i vos veu faire ènne pére de brelitçhes aivo dés vares progressifs po vouere de prè et po vouere da loin. Ah nian ! qu’yi réponjé ç’te Mélie. Lai Mady m’é dit : ne prends-pe dés dïnches brelitçhes, ç’ât dés casse-meûtée dain lés égraies ! É bïn, i vos en veu faire doues péres : ènne po vouere de prè, po yére, é peu yènne po vouere da loin. Ah nian, qu’yi dié lai Mélie. Ènne, çoli valaie. Bèyite-meu ç’te pére po vouere de prè. Mïntnaint qu’i seu en lai r’tréte, lés tchoses que sont loin, i aie l’temps d’lés allaie vouere de prè !
Vos l’saie-te bïn, l’èveuye n’ât-pe aidé ç’tu qu’en crè ! È peu, lés afaints voiyant bïn meu lés tchoses que nos. È l’aint lés euyes di tiure, d’lai bontèe ïn po cment Djésus. En dmaindaie en ïn afaint c’qu’étot ènne grand-mére. Èl é réponju : « ènne grand-mére, ç’ât ènne fanne que n’é-pe d’afaint en lé. Ç’ât po çoli qu’èl ainme lés afaints dés âtres. Lés grand-méres n’aint ran è faire : è n’aint qu’è étre li. Tiaint qu’en s’vait promenaie aivo yos, è mairtchant to balement : è n’diant djemais : aivaince, dépatche te ! Bïn svent, è sont grosses, main peu trop, po qu’è poèyeuchint étaitchi nos soulaies. È poéyant répondre en totes lés quechtions, cment cés-ci : poquoi lés tchïns n’ainmant-pe lés tchaits ? Ou bïn : poquoi qu’le Bon Dûe n’ât-pe mairiait ? Lés grand-méres sont lés seûls aiduy’tes qu’aint aidé l’temps. » Cment ci Bartimée, è nos fât dmaindaie en Djésus d’avoi dés euyes cment lés afaints qu’saint vouere aivos lés euyes di tiure, de lai crèyaince. Po Djésus, ran n’ât pu pressaint de vni en éde en ïn hanne dain le bsain. Ç’ât ç’qu’è lé faie to di temps d’sai vie : s’airrataint dvaint tché-que détrasse, è l’ât vni â dvain de tos lés dgens qu’étïnt râtaies po lés r’botaie en tchmïn poi tos lés temps. Ci pté Bian, en lécôle, aivaie bï vu çoli aivo sés eûyes d’afaint cment qu’i l’diot aivaint. Lai métrâsse yi dié : conjugue-me le verbe voûere en tos lés temps. Dâli, èl ecmence : i vois qu’è pieut, i vois qu’è veu faire bé, i vois q’è nadge !
L’aiveuye dmaindait de voûere, Segneu, qu’i voiyeuche ! Djésus yi bèye bïn pu, è yi bèye lai mairtche : vais, tai crèyaince t’é sâvaie ! En lai cheute de Bartimée, que not prayire feuche fouetche é pyaine de vie. Que nos voyeûchïnt cment è fat faire po savaie not bé patois é qu’è d’moéreuche bïn vétiaint. Adjd’heû, qu’nos sont en féte, demaindant ât Bon Dûe, de nos voidgeait aidé dain ç’ t’echprit po vivre libre dain le monde é en afaints de Dûe bïneyerous d’étre ât monde é di voûere çhiaie ! Ïn po cment ci Milo qu’vait voûere son médecïn é qu’yi dit : Dottoué, i crè bïn qu’i aie fâte de brelitçhes. Oh, i crè bïn qu’ô ! Vos étes ci d’vaint en lai bainque !
Y nôs tyuât en tus de bïn voûere ç’qu’ât âlon d’nos, tot pré sain ritaie en mé laivie. Dinche, nos airaint le piaigie de voûere les biâtaies di monde, d’édïe cés qu’en aint fâtes é de r’mèchiait le Bon Dûe po tot c’qu’è nos baiye, cment nôs le faint en ç’te tiaitourjïeme féte dés patoisaints tchi nos aimis Taignons.
Que se feûche dïnche !

Chanoine Jacques Oeuvray

Les textes en patois de la messe, écrits par Jacques Oeuvray

info document -  PDF - 1.1 Mo