Par : Fleury LJ
Publié : 26 février 2014

Lai Brebre

Bernard Chapuis

Ecouter le texte enregistré par l’auteur, Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 10.9 Mo

Èlle bret’nait donc. Gnan pe c’ment cés véyes d’lai Mâjon d’véyes que chneuquant aidé po trovaie ç’qu’èls aint dos lai main. « Mes breliçhes ? Tiu ç’ât qu’m’é pris mes breliçhes ? I les aivôs léchies li èt peus èlles n’y sont pus. - Mai pipe ? Tiu ç’ât qu’m’é eurcaitchi mai pipe ? Soeur, vôs n’airïns p’vu mai pipe ? »

Ço qu’èlle bret’nait, c’était des prayieres. Qu’ât-ce qu’èlle en é bretnè des Avés Maria ! Qu’ât-ce qu’èlle en é édyegn’lè d’cés tchaip’lats ! Les pautrenates se cheûyïnt. Èlle tçheûyait po ses lapïns des
târpèlois ch’les crâts en bredoyiaint les Râpronobis. An l’aipp’lait lai Brebre.

D’aivô totes cés mich’marèes, èlle airait daivu étre des fïns moyouses. Mains lâs-moi ! Lai perfection, an n’lai trove pe ch’lai tiere. Lai Brebre était c’ment tchétçhiun d’nôs, ènne poûere fâtouse.

Élle aivait po l’bïn des âtres ïn beurlïndye qu’èlle ne poéyait p’eurteni èt peus, tot en bret’naint ses oréjons, èlle rodâyait.

Le tirou d’pieres l’é cheurprije dains son voirdgie. Èlle empiachait de bloûeches son d’vaintrie. « I vôs sailue, Mairie, pieinne de grâces ... »

Lai fanne di boétchie l’é aittraipèe dains les grej’nies. Èlle tieûyait, tieûyait, èt prayait. Ç’ât dïnche que faint les étoènés. Èlle aivait dj’ïn d’mé sayat de roudges petèts fruts, roudges et ronds c’ment les graïns de son tchaip’lat. « Vôs étes b’nâchue enmé totes fes fannes ... »

Le banvaîd l’aivait tcheussie de son oeûtche, drie les tchênaies. Èlle aivait dj’ tirie feû dous rétis.
« B’nâchue sïns vôs, Raînne di Pairaidis ! »

Meinme le blantchie l’aivait fotèe feû di tchairri. Èlle s’aivoinnait, çte tieulottèe, droit ch’lai tasse de bôs sât. Èlle en aivait dje piein les brais. « Prayièz po nôs, Sïnte Mére de Dûe ! »
- Fotèz l’camp tot comptant, cré nom de Dûe ! qu’é breuyè le blantchie, dains ènne roingne de tos les diaîles.

Djunqu’è not’ chire que s’ât piaint de ses aidgéch’ments. Ïn djoué – qu’i vôs dieuche – èlle é aittendu qu’le tiurie feuche è tâle po l’dédjûenon aiprés lai p’tète mâsse. Lai voili qu’s’enfeule droit dains l’tieutchi, en tripaint les raintchattes de pierchi. È foûeche de pâije et de mujatte, not’ chire aivait grôtè è faire è crâtre cintçhe aspèrdges. Ïn vrai miraitçhe dains not’ coénat. Èlle yaince, èt frrt èt han ! vôs les airraitche tot comptant.

Lai Brebre aivait ènne vaitche qu’èlle moénait paiturie â bout d’ènne yondge poi chi poi li â long des tch’mïns. An lai voiyait dâ tot â maitïn, son b’ni tchaip’lat dains lai main.

Èlle pochédait ènne piâintche En Brije-Tiûere. C’était ènne étrissnie piece de tiere, ïn quart de djouénâ, è poéne. Ïn riban d’hierbe ailondgie, véjïn di pran de l’eur’cevou.

Yé bïn, i aî vu, moi qui vôs djâse – si n’l’aivôs p’vu de mes oeûyes, i n’oujerôs le raippoétchaie – i aî vu çte Brebre faire tchaimpoiyie sai roudge béte ïn djoué de tchâtemps. Èlle se teniait chu sai gresèye, en lai frontiere, rvisaint les boûenes. Sai bâfrouse de vaitche paîturait ch’le prè di véjïn.

Ét tot en survoiyaint sai béte, èlle prayait, prayait, prayait. Élle dyait ses pautrenates. Lai vaitche maindgeait l’hierbe des âtres. « C’ment que c’était en l’ècmence, mitnaint èt peus dains les siecles des siecles. »

Lai vaitche aivainçait, en lai vniainne, de balmouse goulèe en balmouse goulèe. Lai Brebre dyait ses prayieres. Ét peus, tiaind lai vaitche moûejait chu son ran, èlle l’enviait maindgie âtre paît, ch’lai tiere de l’eurcevou, d’ïn côp d’sabat dains son nairi. « Ç’ât toûedge aitaint d’ménaidgi. Dûe sait b’ni ! »

An m’ont dit qu’lai Brebre ât moûe brâment véye. Èlle tchaintoérne â pairaidis, sains que pus niun ne lai beûyeuche. Li-enson, qu’ès dyant, pus d’airtçhelons. Èt peus po cés commis ch’lai tiere, ès vôs baiyant mijéricoûedge. Â cie, sai vaitche yi feut dvaint lée. Les voili mit’naint ensoéne.

Tot chu que, dains sai grante bontè, Dûe yi é poidg’nè en çte Brebre tos ses ptèts laircïns de poi chi.
Élle ât mit’naint bïnhèy’rouse, d’aivô tote lai rote des sïnts. I n’crais p’qu’è feuche rantiunou, ci dûe des s’rayes èt peus des yunes. I en seus tâl’ment convaintçhu qu’è m’airrive meinme d’aidjoutaie lai Brebre és Rapronôbis : « Sïnte Brebre di Pairaidis, bèyietes vidyoure en mes rétis ! »

Bernard Chapuis, texte

Marylène Valle, illustration