Par : Fleury LJ
Publié : 17 décembre 2011

Eric Matthey, Les moûetches, Les mouches

Bulletin de l’Union des patoisants en langue romane n° 28, 2011

Les moûetches

Lucas, ç’ât l’nom d’not’ pt’ét végïn qu’aivait, en ci temps-li, envirvô cïntçhe ans. Da tot p’tét è s’ât tot comptant botè è aimaie les bétes. É les aimait totes, sains faire de diff’reince, qu’ çoli feuche ïn tchait, ènne vétche, ïn oûegé, ïn poûechon obïn ènne aichatte o ènne airaingne.

Ïn des pus gros piaigis d’ci boûebat était d’m’aiccompaignie dains les étales è les tchaimpois à l’entoué de tchie nôs po voûere les roudges-bétes è pe les tchvâs. Qu’é f’seuche bé obïn qu’ é pieuveuche nôs paitchïns les dous, des bottes és pies è ïn soûetat en lai main. È botait son âtre p’téte main dains lai mïnne è pe, nôs tchem’nïns è traivoi lai caimpaigne è pe les bôs tot en djasaint pe en raicontaint des fôles. C’qui vôs peus dire, ç’ât qu’le piaigi était po moi, ach’gros qu’po lu … craibïn meinme encoé pus !

Dïnche nôs allïnt main dains lai main, d’ènne péture en l’âtre, d’ènne fèrme en ènne âtre fèrme en envellaint âchi les leudges de tchaimpois. Ènne dolaidge boussè obïn ïn péssou dains ïn murat traivoichie nôs moinnait dains les tieûmainnes laivousqu’ tchaimpoiyïnt vétches, dgeneusses, djements è polons. Ènne çhait’rie en ènne roudge-bète poi chi, ïn moéché d’ socre obïn d’pain en ïn tchvâ poi li, mon p’tét compaignon è pe moi, nôs s’craiyïns en pairaidis. Mains c’que m’ f’sait encoé l’pus piaigi, ç’ât qu’ ci p’tét boûebat était curious d’ tot. È m’pôsait sains râte tot pien d’ quèchtions. È v’lait tot saivoi chu les bétes, les piaîntes, les aibres, tot c’qu’était d’ lai naiture. I vôs diré qu’des côps c’n’était p’ aigie d’ répondre. Tiaind qu’è d’maindait :

« Eric, poquoi les vétches aint quaitre tçhitçhes dâli qu’les djements n’an aint qu’doues ? »

Qu’ât-ce qu’vôs v’lez qu’i yi répondeuche che non qu’lai naiture les aivait fait dïnche ! Obïn encoé :

« Eric, c’ment çoli s’fait qu’ les tchievres è pe les vétches aint des écoûenes è pe qu’les aînes obïns les tchvâs n’en aint’pe ? ».

« Li, ç’ât encoé ènne beurlïndye d’lai naiture » qu’i yi diôs. (I y’ airôs bïn âchi poyu dire qu’ él airrivait meinme, qu’poi côps des dgens en poétcheuchïnt, … mains çoli ç’ât ènne âtre hichtoire !!!).

Aidonc, voili qu’ ïn côp, poi ènne bélle reûssue de tchâtemps, nôs s’trôvïns entouérè d’moûetches qu’nôs envirtôlïnt atoué d’lai téte. È y aivait d’l’oraidge qu’ s’ainnonçait, é f’sait brâment touffe è pe ces bétattes s’ môtrïnt aitchairnè. Di côp mon Lucas me d’mainde :

« Dis voûere Eric, en quoi èlles sont utiyes, les moûetches ? ».

« É bïn te vois, Lucas, qu’i yi réponjé, les môuetches sont utiyes ïn pô c’ment neurr’tûre po les oûegés, mains chutôt po nôs empoûej’naie lai vètiaince. En ïn mot, po nôs emmiedgaie ! ».

Oh, i voiyôs bïn qu’ è n’était pe d’aiccoûe d’aivô mai répyique. Po lu, les moûetches daivïnt aivoi ènne pus grosse utiyitè dains lai naiture. Dâli nôs s’sont coidgie les dous duraint ènne boussiatte djunqu’â môment laivousqu’ nôs airrivainnes voi ènne grosse fiatte dôs laiqué ènne rotte de vétches s’était botè en l’aissôte di s’raye. Lées aitôt étïnt endiaîlè, encoé bïn pus qu’nôs, poi les moûetches è les taivains. Élles tcheussïnt ces tchairvôtes de bétes ès gros côps d’quoues pe en aidgitaint lai téte. Dâli, voili mon p’tét Lucas qu’me dit, aiprès aivoi bïn musè :

« É bïn moi, i l’ sais en quoi les moûetches sont utiyes. Élles sont utiyes po muchqu’laie les quoues des vétches ! ».

Les Foulets, le 20 de djanvie 2011

Eric Matthey


Les mouches

Lucas, c’est le nom de notre petit voisin qui avait, en ce temps-là, environ cinq ans. Depuis tout petit il s’est mis à aimer les bêtes. Il les aimait toutes, sans faire de différence, que ça soit un chat, une vache, un oiseau, un poisson ou une abeille ou bien même une araignée.

Un des plus grands plaisirs de ce gamin était de m’accompagner dans les écuries et les pâturages pour aller voir les vaches et les chevaux. Qu’il fasse beau ou qu’il pleuve nous partions les deux, des bottes aux pieds et un bâton à la main. Il mettait son autre petite main dans la mienne et puis nous cheminions à travers la campagne et les bois tout en parlant et en racontant des contes. Ce que je peux vous dire, c’est que le plaisir était pour moi aussi grand que pour lui … peut-être même encore plus !

Ainsi nous allions main dans la main, d’une pâture à l’autre, d’une ferme à une autre ferme en visitant aussi les loges de pâturages. Un clédar poussé ou un « passoir » dans un mur traversé nous menait dans les communaux où pâturaient vaches, génisses, juments et poulains. Une caresse à une vache par ci, un morceau de sucre ou de pain à un cheval par là, mon petit compagnon et moi nous nous croyions au paradis.

Mais ce qui me faisait encore le plus plaisir, c’est que ce gosse était curieux de tout. Il me posait sans cesse tout plein de questions. Il voulait tout savoir sur les bêtes, les plantes, les arbres, tout ce qui se trouvait dans la nature. Je vous avouerai que des fois il n’était pas aisé de répondre. Quand il me demandait :

« Eric, pourquoi les vaches ont quatre pis alors que les juments n’en ont que deux ? ».

Que voulez-vous que je lui réponde sinon que la nature les avait faits ainsi ! Ou bien encore :

« Eric, comment ça se fait que les chèvres et les vaches ont des cornes et que les ânes ou bien les chevaux n’en ont pas ? ».

« Là, c’est encore un caprice de la nature », lui dis-je. (J’aurais bien pu lui dire aussi qu’il arrivait même que parfois des gens en portent, … mais ça c’est une autre histoire !!!).

Or, voilà qu’une fois, par un bel après-midi d’été, nous nous trouvions entourés de mouches qui nous virevoltaient autour de la tête. Il y avait de l’orage qui s’annonçait, il faisait très étouffant et ces bestioles se montraient acharnées. Du coup mon Lucas me demande :

« Dis voir Eric, à quoi elles sont utiles, les mouches ? ».

« Et bien tu vois Lucas, lui répondis-je, les mouches sont utiles un peu comme nourriture pour les oiseaux, mais surtout pour nous empoisonner l’existence. En un mot, pour nous emmerder ! ».

Oh, je voyais bien qu’il n’était pas d’accord avec ma réplique. Pour lui, les mouches devaient avoir une plus grande utilité dans la nature. Alors nous nous sommes tus les deux durant un petit moment jusqu’à l’instant où nous arrivâmes près d’un grand épicéa sous lequel un groupe de vaches s’était mis à l’abri du soleil. Elles aussi étaient endiablées, encore bien plus que nous, par les mouches et les taons. Elles chassaient ces charognes de bêtes à gros coups de queues et en agitant la tête. Alors, voilà mon petit Lucas qui me dit, après avoir bien réfléchi :

« Et bien moi, je le sais à quoi les mouches sont utiles. Elles sont utiles pour muscler les queues des vaches ! ». CQFD !

Les Foulets, le 20 janvier 2011

Eric Matthey

Eric Matthey, les Mouetches, 111217 -  PDF - 52.3 ko
Eric Matthey, les Mouetches, 111217