Publié : 15 septembre

Aimé témoigne du temps passé. 3

Aimé témoingne di véye temps. 3.

l’micou, Michel Cerf, 10 juin 2017

Paru dans l’Ajoie, 170610

Aimé témoingne di véye temps. 3

- Dites-me Aimé, è y é brâment d’âve dains l’Allaine, d’rie tchie vôs. Dire qu’an ât è poinne è dous kilométres de lai dou (source)…

- Ç’ât da tiaind ès aint fotu l’âve de lai Nods aivô l’Allaine. Lés Poérreintru ne lai v’lant pu. Ès diant qu’èlle n’ât pu boénne. I n’sais’pe ç’qu’èl en fât musaie, mains è m’sanne qu’è yi vïnt pu d’écume qu’aivaint. I m’sovïnt, tiaind i étôs djûene, an ravoétait lés traites eur’montaie lai r’vière. Ç’té que s’allait coitchie dains ïn p’tchus... bïn s’vent se r’trovait dains nôs aissiettes !

- I muse que tot en tranvoichant lo v’laidge, è s’y trovait dés dgens qu’utilijïnt lai foûeche de l’âve po émeûdre yôs maichines.

- Tot prés, li en tchu è y aivait dous raîsses (scieries), lés Kobel èt pe lés Mercier, èt pe, ci-d’dôs, lai fonderie d’mon grant-pére. Él aivait conchtrut ènne étiujatte (écluse) po aimoinnaie l’âve tchu sai rûe è aubes.
En déchendaint lo v’laidge è s’y trovait enco l’mairtchâ. Dains sai foûerdge, èl aivait dés rûes â piaifond que r’bèyïnt lai foûeche aivô des corroûes.

- È y aivait craibïn achi ïn m’lïn ?

- Lo m’lïn, èl était brâment pu bé , en déchendaint lo v’laidge.

- Lés dgens yi aimoinnïnt yôt biè ?

- Pe ran’que lo biè... è poyait meudre lés nouches (noix) èt meinme lés yainds (glands). Mains c’était bïn chur aivô lai graînne, l’oûerdge, lo biè, qu’èl aivait l’pu è faire.

I aî di mâ d’ïnmaidginaie tot l’dégrâ (profit) qu’an poyait tirie d’ïn chi p’tèt reû. Lai naiture ât bïn faite : l’âve, è poinne utilijèe poi ïn ôvrie, peut siedre de nové po ènne âtre bésaingne. Che l’sô ât ïn pô roid (en pente), an lai moinne laivoû an en on fâte. Dains l’bé di v’laidge de Tchairmoiye, djeûtement, ès aivïnt creûyi ïn cainâ po aimoinnaie ènne paitchie d’l’âve de l’Allaine djainqu’en ènne tieliere (tuilerie) bïn coignu dains tot l’paiyis.

I ne v’lôs’pe tçhittie Aimé, sains aivoi ïn pô djasaie polititçhe. Voili qu’è m’raiconte que l’Dosèt Barotchet, ïn tiusïn de sai fanne, dénait ïn djoé aivô grant peutou (grand appétit) dains ïn cabarêt de D’lémont. Ç’était di temps de lai yutte po l’cainton di Jura. Voili qu’airrive dains l’cabarêt ïn pro-biernois bïn coignu, ïn hanne de Bure... Vôs m’crairait s’vôs v’lèz, mains, tot d’ïn côp, not’ Barotchèt n’aivait pu faim !

C’ment mon envèllie aivô Aimé s’ât péssè di temps dés vôtes po l’présideint d’lai Fraince, è r’veniait aivô ïnchichtaince tchu tos lés tridoéyaidges que sont dénoncies poi lés graiyenous de djoénâs.

- Dites-me, vôs craîtes qu’è y en d’moére dés diridgeaints que sont bians c’ment lai nadge ? Ès en v’l’ant aidé pu... ès s’dairïnt bïn musaie qu’ç’ât l’bïn qu’bote mâ ! Mon Dûe ç’qu’è m’aittaidge qu’ès euchïnt f’ni d’votaie…

Voili qu’âdj’d’heû l’présideint ât nammè, son govern’ment ât ïnchtallè, tot dairait allaie meû aivô lés promasses que nôs aint fait cés novés politicous. Mains lai quèchtion d’Aimé tchu lés « diridgeaints bians c’ment lai nadge » demoére... Trâs dgens di nové govern’ment sont dje aitiujies d’aivoi, dains l’péssè, aivu dés compoétch’ments que frisant l’tridoéyaidge !

L’micou