Publié : 1er octobre 2018

Fête cantonale du patois, 16 septembre 2018

Fête cantonale di patois, 16 septembre 2018

Reflets de la fête du patois aux Genevez

LQJ, 17 septembre 2018

RFJ

Le patois en fête aux Genevez

ça djase patois aux Genevez

Canal Alpha

reflets de la fête des Genevez


Ecouter le sermon du chanoine Jacques Oeuvray


Discours du président de la fédération des patoisants jurassien

Maurice Jobin

Rébiaie l’patois, ç’ât ébieugi ïn aivoi 

FETE CAINTONALE 2018

Dgens d’lai campaigne, dgens d’lai vaile, dgens de tchie nôs, dgens d’lai Frince.

C’ât po moi ïn hanneur èt ïn piaiji tot pairticulie de vôs aippotchaie lo bondjoè d’lai Fédéraçhion des patoisaints di Cainton di Jura, dains çi bé v’laidge, ès Dgen‘vés, tchez les « taiyes-fromaidge ».

I me rédjôyaie de me r’trovaie d’aivo vos po paitaidgie ensoinnne ènne belle féte.

Tôt çi maitin, ïn tchâl’rou aityeuye po faire coégnéchaince èt pô paitaidgie ïn café.

Aiprès, è môtie ; ènne bèlle mâsse tchaintaie pai lai chorale des patoisaints des Fraintches-Montaignes, diridgie pè lo chire Joseph Queloz de Saïnt-Brai, aivo compétience. I ‘rieuve aitôt lo pianichte François Lopinat da Coérdgenaie.

E y aivai di monde è môtie, des dgens po prayie, po tchaintaie, po lo seuvni di péssaie, pô écoutaie lo chire chaloune Jacques Oeuvray èt peu s’aissôciaie en çte tçhaitoûejieme féte di patois di Cainton.

I r’méchie lai rote des patoisaints « Lès Taignons » pô lès bés tchaints èt lo chalone Jacques Oeuvray, tiurie de Lorette è Poér – reintru qu’réponje aidé ènote d’mainde.

Et peu, dâ l’môtie è lai comm’nâ, ïn bé cortèdge emm’naie pai lai fanfoére d’Laidjoux / Lès Dgen’vés.

Nôs se sont retrôvaie po parre l’aipéritif. Enne p’téte paitchie d’dyndye d’lai fanfoére. Enne tote bèlle prèchtâchion.

Adj’d’heû, po lai aimoireux de note paitrimoinne ç’ât ïn môment impotchaint. Po l’vétchaince d’son djâsaidge, lo patois è fâte de raissembyaie qu’ces qu’ l’cognéchant.

L’Jura, l’bré d’ènne var’tâbye cevlisâchion. Coli ât chur, lès dgens di nord c’ment lès dgens di sud aint po traîts tçheûmuns, ènne dichpojichion d’echprit, c’ment de tiûre, tiu les poètchent va d’âtres yûes èt ses peupyes, dïnche qu’ïn imprèchion onje d’aippairtchaince tiu l’r’laye â péssè èt è ses valous.
L’patois fât pairchie de çi paitrimoine qu’nôs anchétres, d’geûnâchion en d’geûnâchion, nôs aint léchie, en bïn seingne, aivô l’d’voide lo maint’ni sains fouéchfô.

El nôs aippairtnian è pé d’fidiurie dains l’Conchtituçhion di Cainton, qu’d’minde è politiçhe d’vadjaie èt d’aivaintaidjie è l’eur’praindge, è lai chneûqu’rie èt è l’mije en valou di paitrimoine di Cainton, chûr di patois.
Sangnou d’maint’ni çte tiulture èt de vadgaie çe raîre t’coué di péssè, note Fédéraçhion é indg’niaie en 2008 ïn « Fèrnie d’patois » compôjaie d’ensoingnants (es) èt d’patoisaints (es) aifïn d’prepôjaie dès ambûes d’patois dains lès écôles di Cainton.

I r’méchie daime Agnès Surdez d’Laidjoux èt peu lo chire L.-Joseph Fleury, d’Coertchaipoix, dous breutchèts di patois. I salue daime lai nôvelle coordinatrice di Réseau patois, daime Audrey Chèvre d’Alle.

In maîtchie d’prêchtâchions é t’aivu sïngnaie d’aivô lès ôffices d’raicoédgèye èt d’l’tiulture dï Cainton.

Rémeûyeuchant lès bèlles landyes d’nôs péres, çté di nord, l’landye d’oïl èt çté di sud, l’landye d’oc. Qu’vétieuchïnt nôs veilles djâsaidge.

L’landye di péssè nôs fains coégnâtre chutôt ïn trésoue chu lo vétyie de nôs grôs-papons. Landgaidge di peupye, vrâ, frant, l’s’euvni èt lès côtumes en r’dyaid âs séjons di temps péssaie.

Dgens d’l’ai tiere di Jura, ènne aivijaîye è l’édyaîd d’nôs anchétres tiu se r’coégnéchiaies en djâsan l’patois.

Mitnaint, en défendaint lo patois, nôs ain è tiure d’botaie en note djûnence èt en ces qu’cheudraint, çe qu’moi èt vôs échtiman c’ment ïn trésou, d’étre ètèchie en son franc-pailaie, tchie lès dgens de çi câre de tiere èt d’lai Frince véjïnne.

Tus, nôs nôs aimans nôs r’trovaie po des lôvraies, des vâpraies, des djâseries, po des boussaie d’pyaiji, d’rédjôéchaince, d’aimitie èt d’djoue.

Maidaimes, méchires, en vôs djâsan, i peu vôs aichurie qu’vétche ènne boussaie foûe de cte féte.

I veu r’venit chu tiere. Po l’èvni, po l’vèye pailaie di Jura, lai landyie d’nôs ancétres ât en dandgie. Lo sâvaie di patois pésse pai ènne grainde vidgilaince.

E d’vin urdgent d’incitie les djûnes è détieuvre èt èpâre lo patois aifin d’sâvaie ïn paitrimoine hichtorique. E l’ât impotchain d’baiyie lès possibilitaie ô affeints d’chôrpâre le véye pailaie d’note carre de tiere.

I vôs d’minde d’èchurie aitôt lè réyeuve, d’moiraie ètentit en lai traidichion èt de défendre nôs rècennes.

Faire tchaintaie en nôs aroiyes nôs véyes saivois en patois, note pailaie d’âtan, ât ènne taîtche des pu rédjôéchainne.

E fât coégnâtre son péssè po compâre l’aivni.

I raipeule lô sîte internet www.djâsan.ch  ; y vôs encoraidge d’l’déceuvri.

Adj’dheû, c’ât lai féte ; lo Bon Due ât d’aivô nôs, ïn bé soraye qu’nôs baille ïn pô de tchalou po rétchâdè nôs tiures.

I voi d’bèlles vétures, d’bés coch’lats, d’bèlles raubes. Y voi d’bèlles tâles bïn décôraies. Des dgens qu’djâsans, qu’ain di piaiji de s’r’trovaie ensoinnne. Lai nonne di médi s’préseinte bïn. Vôs aie trétu toutchi ïn bé eurtieuyrat d’fête aivô brâment d’tèchtes patois. I ai encoé âtche è vôs dire, de boinnnes pairôles : « boére en lai chource d’lai tiulture anchètês dière neuri nôs raicennes èt baillie des r’paies en ïn peupye en lôdayie d’son identitaie »

Maidaimes, méchires, i veu èrrataie d’dichcutaie, i ai l’gairgueson qu’vïn tô sa.

Bouenne féte, brâment d’pyaiji. I vôs r’méchie d’m’aivoi écoutaie.

Maurice JOBIN
Préjideint d’lai FPCJ

Lès Dgen’vez, le 16 sèptembre 2018

(avant le dessert)

I salue lès amboés d’lai Fédérachion des patoisaints di Cainton
qu’sont d’aivô nôs :

M.-Louise Oberli, d’Saign’leudgie,
Anaîs Froidevaux di Conâye, C. Monnot, de Poérreintru,
Denis Frund, d’D’lémont, Guy Seuret, d’Tchaiyon,
Jean-Paul Fleury, d’Baîch’couét, Régina Voirol, d’Baîch’couét
Eribert Affolter, di Nairmont, Raymond Wiser, d’D’lémont,
Yose Salzmann, d’Dgen’vez. sont échtiussaies.

I r’méchie l’chire François Rossé, d’Boncoét, préjideint di jury
caintonal di concoé littétaire d’lai tiulture, pô son traivaille. ; âchi
daime Francine Girardin, d’ Saigne’leudgie èt l’chire Michel Dominé
d’Vityes.

I d’minde è François Rossé, Francine Girardin èt è Michel Dominé
d’veni allon d’moi pô toutchie ïn p’tét crôma. Y vôs d’minde de lès
aippiâdgie.

I r’méchie daime Pauline Queloz, de Saïnt-Brais, députèe, préji – deinte di djouè èt son comitaie po l’bon traivaille, po aivoi aichurie
ç’te bèlle envèllie. Compyiment è Pauline po son dichcoué offichiâ,
en petchi, en patois.

I d’minde è Pauline Queloz d’veni allon d’moi po toutchie ïn p’tét crôma. Y vôs d’minde de l’aippiâdgie aitôt.

Encoé âtre t’chose.

Enne premiere, ïn aimboé di Gouvernement di Cainton q’ai pri lai
pairôle, mais ç’n’ât pe n’impoétche tiu ; ïn taignon, ïn véyâ des coés
d’patois qu’ai fai son tchemin. Chire David Eray, minichtre/préjideint
i te r’mécie po ton méssaidge en patois.

Mitnaint, nôs poyans pâre l’déssietche èt lai cheute aivô lès ainima-
chions, d’lai dydye, des djâsaidges èt pô boire des voirres.

Çhôjure d’lai féte.

I r’mèchie daime Anne Froidevaux èt Gabriel Voirol, préjideinte
èt viche-préjideint di Parlement di Cainton aitôt daime Christine
Salvadé, cheffe d’lai tiulture di Cainton loûes préseinces.

I r’mèchie lès diridgeous Jean-Marc Christe, d’Vaindlïncoét, Joseph
Queloz, lai pianichte Yolande Nési èt l’aiccordéonichte Bernadette
Fleury ; l’ainimatrice des afaints Agnès des « cramias » ; lès pré-
sentous di djoé Yose Salzmann èt peu Eribert Affolter

I vôs d’minde des aippiâdgéchments poé l’aimicale des taignons.

I vôs beille è ènne âtre envèllie, en 2021, è Poérreintru. I prôfite
d’lai préseince di chire Gabriel Voirol, mère di yûe, po faire péssaie
l’méssaidge.

Boinne fïn d’féte. A ïn âtre côp. Maurice JOBIN, préjideint FPCJ

info document -  PDF - 144.9 ko

Article du Quotidien Jurassien

info document -  PDF - 1.6 Mo