Par : Fleury LJ
Publié : 30 septembre 2013

Denis Frund, RFJ 15 septembre 2013

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 15 septembre 2013

Auteur : Denis Frund

Thème : l’anniversaire du QJ et la revue

Un appel à voter le 24 novembre

info document -  MP3 - 3.6 Mo

Version originale, telle qu’enregistrée préalablement

Aimis di patois, bondjo. Ci drie djûedè, i seus allè aippiâdgi ci Thierry Meury, é Môtie, po son chpèctâtche : « Lai Crije chu le t’gneu, le totché. » Tot l’monde è aiyu di piaiji, meinme che des côps, an rit ïn pô djâne, poche que ci Thierry, vos l’ saites bïn, è n’é p’ fraid és yeuyes tiaind qu’él ât chu scéne. Tote lai rotte é bïn djûe, l’envèllie churprije Kohler aij’bïn.

C’t’ humoérichtique chpèctâtche ât aiyu botè chu pie po fétaie les vint ans di QJ. È y en é aiyu po tot l’monde, les Poérreintrus, les Trissous, les Taignons et aij’bïn cés di Jura-Sud. Ço qu’i aî r’teni, ç’ât ço qu’ci Thierry é dit en lai fïn és dgens qu’étïnt li : « Allèz votaie le 24 nôvembre, aivô vot’ tiure mains aij’bïn aivô vot’ echprit. »
Ç’ât ïn pô ço qu’ é voyu dire, bïn chur en étaint pus chérious, ci Jean-Daniel Ruch, dains son dichcouè d’lai driere féte di peupye é Dlémont. Le chir Ruch vïnt d’Eschert tot près de Môtie et èl ât mitnaint ambassadeur é Belgrade. Voili tchétiun qu’é lai téte chu les épâles. Potchaint, èl était d’ l’âtre sen, di temps des vôtes qu’aint cheuyè l’23 djuïn 1974. Le QJ é bïn fait d’ pubyiaie tot son dichcoué dains 3 feuyes d’lai s’nainne qu’vïnt d’ péssaie. Çoli fait brâment d’bïn de tot yére et de r’mairtçhaie qu’é y è des dgens qu’aint poyu rébiaie les croûyes môments de lai p’tète dyierre des annèes 70. È y en é tot piein qu’dairïnt en pâre d’lai grainne, chutot cés que grèynant dains l’QJ et qu’sont ainco piein de rantiune et de métchaintè vis è vis di cainton di Jura et de ses haibitaints.

I me d’mainde des côps c’ment ât-ce pôssibye, tiaind qu’an ât v’ni â monde dains note Jura, ci bé câre de tiere, qu’an poyeuche d’moéraie che hèrgnou et che méprijaint.

I échpère qu’les djûenes v’lant ïn pô musaie en yote aiv’ni putô qu’cheudre les croûeyes aivijâles de dgens qu’r’nayant loute Jura. Po fini, adjd’heu, i vos veus yére en frainçais, po qu’vos compregnechïnt bïn, troès strophes d’ïn poéme graiynè pai Virgile Rossel, qu’ venyait de Tramelan,
eh ô !et qu’dait aivoi bïn d’lai poène en voiyaint taint d’Jurassiens qu’aint pavou d’ l’aiv’ni et qu’se déchirant c’ment des peulties.

(suit la lecture de ces 3 strophes, en français)

...et que vétçheuçhïnt nos patois et note Jura ryunifiè ! Voili mes dgens. Ç’ât â nos, â vos de boudgi mitnaint. Et c’ment l’è dit l’ chir Meury l’âtre soi, che aiprès le 24 an dmoère p’tèt, an veut aij’bïn d’moéraie coéyâts !

I vos souate ïn bon dûemoinne et i vos dis : « È dains troès s’nainnes ! »

Le 13 septembre 2013
Denis Frund


Traduction de la version intégrale, enregistrée le 13.09.2013 à RFJ.

Amis du patois, bonjour. Jeudi dernier, je suis allé applaudir Thierry Meury, à Moutier, lors de son spectacle : « La crise sur le gâteau. » Tout le monde a eu du plaisir, même si parfois, on rit un peu jaune, parce que Thierry, vous le savez bien, n’a pas froid aux yeux quant il est sur scène. Toute l’équipe a bien joué, l’invité-surprise Kohler aussi.

Ce spectacle humoristique a été mis sur pied pour fêter les vingt ans du Quotidien Jurassien. Il y en a eu pour tout le monde, les Bruntrutains, les Delémontains, les Francs-Montagnards et également ceux du Jura-sud. Ce que j’ai retenu, c’est ce que Thierry a dit à la fin aux spectateurs : « Allez voter le 24 novembre, avec votre coeur mais aussi avec votre esprit ».

C’est un peu aussi ce qu’a voulu dire, bien sûr en étant plus sérieux, Jean-Daniel Ruch, lors de son discours à la dernière Fête du Peuple Jurassien à Delémont. Monsieur Ruch vient d’Eschert, tout près de Moutier et il est actuellement ambassadeur à Belgrade. Voilà quelqu’un qui a la tête sur les épaules. Pourtant, il était de l’autre côté à l’époque des votes qui ont suivi le 23 juin 1974. Le Quotidien Jurassien a bien fait de publier son discours intégralement dans 3 éditions de la semaine passée. Cela fait vraiment du bien de tout lire et de remarquer qu’il y a des personnes qui ont pu oublier les mauvais moments de la petite guerre des années 70. Il y en a beaucoup qui devraient en prendre de la graine, surtout ceux qui écrivent dans le QJ et qui sont encore pleins de rancune et de méchanceté à l’égard du canton du Jura et de ses habitants.

Je me demande parfois comment est-ce possible, quand on est né dans notre Jura, ce beau coin de pays, qu’on puisse demeurer si hargneux et si méprisant.

J’espère que les jeunes penseront un peu à leur avenir plutôt que de suivre les mauvais conseils de ces gens qui renient leur Jura. Pour terminer, je vais vous lire en français, afin que vous compregniez bien, trois strophes d’un poème écrit par Virgile Rossel, qui venait de Tramelan,

eh oui ! et qui doit avoir bien de la peine en voyant tant de Jurassiens qui ont peur de l’avenir et qui se déchirent comme des pelletiers.

(suit la lecture des 3 strophes)

...et que vivent nos patois et notre Jura réunifié ! Voilà mes gens. C’est maintenant à nous, à vous de bouger. Et comme l’a dit l’autre soir Thierry Meury, si après le 24 novembre on reste petit, on veut aussi rester costauds !

Je vous souhaite un bon dimanche et je vous dis : « A dans 3 semaines ! »

Le 13 septembre 2013
Denis Frund