Par : Fleury LJ
Publié : 18 novembre 2013

Denis Frund, RFJ 17 novembre 2013

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 17 novembre 2013

Auteur : Denis Frund

Thème : Le Jura, notre coin de pays et le prochain vote du 24 novembre 2013

info document -  MP3 - 6.3 Mo

----

Patois RFJ du 17 novembre 2013 ( En direct)

Aimis di patois, bïn l’ bondjo ! Po l’aivni de note Jura, ç’ât lai driere que soènne. Eh ! ô, dûemoinne que vïnt, en ç’t’houre, les djûes s’raint faits. È d’moère ènne p’téte snainne po musaie en ç’ qu’an peut, en ç’qu’an dait faire, po note câre de tiere.
Maintni les frontieres dïnche ou bïn s’ botaie â traivaiye po épeurvaie, â touè d’ènne tâle, de r’botaie ensoinne note bé paiyis.
Bïn chur qu’an peut compâre que po des üns, ç’n’ât p’ aijie de rébiaie ço qu’s’ât péssè dains les annèes 70. Mains adjd’heû, è fât révisaie dvaint, è fât musaie en nos djûenes, è n’ sie è ran de rémeudre le péssè. È y é tot piein de dgens – i n’ veus p’ tos les citaie, mains i muse és chires Jean-Daniel Ruch, ambassadeur é Belgrade, Marco Giglio, ïn djûene de Thoune èt peus aijebïn en ci René Prêtre, méd’cïn des tiûeres, cognu dains l’monde entie, èt peus ci Jean-Claude Péclet, djouérnaliste â Maitïn, dains lai feuille de ci dûemoinne, é gray’nè ïn biat chu le voirtâbye endjûe de ci vôte – qu’invitant tos les Jurassiens é faire le bon tchoix, aifïn de nanmaie ènne aissembyèe conchtituainte po conchtrure ïn nové cainton, pus grand, pus bé et pus foûe. Che çoli ne pyait p’, è sré aidé prou tôt de dire nian et de dmoéraie c’ment nos sons adjd’heû.
Potchaint, è y é âtche qu’ me fait bïn di tieusain, ç’ât ci vôte des tçheûmunes. I echpère qu’an n’ veut p’ aivoi fâte d’en airrivaie li, çoli srait lai fïn d’ l’unitè di Jura. Laivou sont-ès les dgens d’lai trâjieme foûeche des annèes 70 ? Ç’ât bïn dannaidge qu’an n’ les oyeuche pe mitnaint !
Voili, che ç’ n’ât p’ ainco fait, i vos invite è allaie vôtaie. Et po fini, i vos veus tchaintaie ïn tchaint qu’é po titre : Mon bé Jura.
Ç’ ât l’ Djôsèt Barotchèt de Sïnt- Ochanne qu’aivait gray’nè les pairôles et ç’ât c’ t’ Ernest Beuchat de Cofaivre qu’aivait composè lai dyïndye.

(tchaint)

Voili, aimis di patois. Ç’ât tot po ci côp. I vos souate ïn bon dûemoinne, po des üns ïn bon r’virat de Saint Maitchïn et i vos r’troveré le heute de décembre, dje, et ô, po le drie côp d’l’annèe.

Soyhîeres, le 14.11.2013
Denis Frund


Traduction de la séquence « patois » RFJ du 17.11.2013

Amis du patois, bien le bonjour ! Pour l’avenir de notre Jura, c’est la dernière qui sonne. Eh ! oui, dimanche prochain, à cette heure, les jeux seront faits. Il reste une petite semaine pour penser à ce que l’on peut, à ce que l’on doit faire, pour notre coin de pays. Maintenir les frontières en l’état ou bien se mettre au travail pour tenter, autour d’une table, de remettre ensemble notre beau Pays.

Certes on peut comprendre que pour certains il n’est pas facile d’oublier ce qui s’est passé dans les années 1970. Mais aujourd’hui, il faut regarder devant, il faut penser à nos jeunes, il ne sert à rien de ressasser le passé. Il y a un grand nombre de personnes – je ne vais pas les citer toutes, mais je pense à Messieurs Jean-Daniel Ruch, ambassadeur à Belgrade, Marco Giglio, un jeune de Thoune, et puis aussi René Prêtre, médecin des coeurs connu dans le monde entier, et puis Jean-Claude Péclet, journaliste au Matin, dans l’édition de ce dimanche, écrit un article sur le véritable enjeu de ce vote – qui invitent tous les Jurassiens à faire le bon choix, afin de nommer une assemblée constituante pour construire un nouveau canton, plus grand, plus beau et plus fort. Si cela ne convient pas, il sera toujours assez tôt de dire non et rester comme nous sommes aujourd’hui.

Pourtant, il y a quelque chose qui me fait bien du souci, c’est le vote des communes. J’espère qu’on ne va pas avoir besoin d’en arriver là, cela serait la fin de l’unité du Jura. Où sont-ils les membres de la troisième force des années 70 ? C’est bien dommage qu’on ne les entende pas maintenant !

Voilà, si ce n’est pas encore fait, je vous invite à aller voter. Et pour finir, je vais vous chanter un chant qui a pour titre : Mon bé Jura.
C’est Djôsèt Barotchèt de Saint-Ursanne qui avait écrit les paroles et c’est Ernest Beuchat de Courfaivre qui avait composé la musique.

.......

Voilà, amis du patois. C’est tout pour cette fois. Je vous souhaite un bon dimanche, pour certains un bon « revirat » de Saint-Martin et je vous retrouverai le 8 décembre, déjà, et oui, pour la dernière fois de l’année.

Soyhières, le 14.11.2013
Denis Frund