Par : Fleury LJ
Publié : 26 octobre 2012

Le crieur public

Le taboèrnou

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 26 octobre 2012.

Les vaitches aivïnt lai churlaindye. An ons daivu les botaie en quairantainne. Oûedre di préfèt. Pus quèchtion d’les moénaie en pétûre.

Le mére é tchairdgi le taboèrnou d’ainnonçaie lai novèlle.

– Voili ton paipie, taboérnou. Bote tes breliçhes èt peus yé !

– I n’é p’fâte de ton paipie.

Le taboérnou s’râte ch’lai piaice di môtie.

– Aivis : Èl ât défendu de moénaie les roudges bétes en pétûre.

Le mairtchâ, ïn coûey’nou, heûle le criya :

– Ç’n’ât p’dïnche qu’te dais dire. Bèye-me ton papie ! Te vois, èls aint écrit : Èl ât défendu de moénaie les bétes des Roudges en pétûre.

– Po chûr que t’és réjon. È fore son paipie dains sai baigatte èt peus porcheut sai toénèe.

– Aivis : Èl ât défendu de moénaie les bétes des Roudges en pétûre.

Ce feut quasi lai dyiere â vlèdge.

En raison de la fièvre aphteuse, les bovins (les rouges bêtes) sont en quarantaine. Suite à l’intervention du forgeron, le crieur public corrige son annonce.

info document -  MP3 - 1.4 Mo

info document -  PDF - 83.3 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">