Publié : 11 avril 2016

La nouvelle bonne

Lai neuve boniche

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ, le 8 avril 2016

Lai neuve boniche

Çte Lucie ainme les tchaits èt les tchaits l’ainmant bïn. An l’aippele "lai Mére és tchaits". Èlle en é des tot biancs, des tot nois, des gris, des fâves, des rossats, des p’tèts, des grôs. Èlle en é dains l’ poiye, dains lai tieujènne, dains l’allou, dans l’ dieûgnie, chu son yét. L’Oulri, son hanne, ne dit pus ran. Èl é compris qu’ çoli n’ servait è ran. « Poéche que t’ainmes meus tes tchaits qu’ ton hanne, te dremirés tot d’ pai toi d’aivô tes matous. Moi, i veus coutchi dains lai tchaimbre des aimis qu’ât quasi aidé veude. » Çoli fait ènne paire d’annèes qu’ès n’ dremant pus ensoènne.

Lai Lucie n’ât p’ è piaindre. Cment taiboéyon, l’Oulri dyaingne gros. È peut euffri ènne diaîchatte en sai fanne. Lai drie qu’èls aint aivu ât entrèe è Méjirez, és Çlégies. Lai Lucie, qu’é les côtes en long, ne poéyait p’ demoéraie sains diaîchatte. Èlle é botè ènne ainnonce ch’ lai feuille. È s’ât présentè ènne dgeintiye baichatte, que vïnt d’ènne fèrme di Çhô di Doubs.

- Vôs v’lèz vôs piaire ci. È n’y é p’ brament de traivaiye. Nôs n’ sons qu’ dous, mon hanne èt peus moi. Lu ât bïn svent feu. Vôs s’rèz neurrie, èt peus vôs airèz des bons diaîdges. È peurpos, vôs ainmèz les tchaits ?

- Oh, vôs saîtes, Daime, i seus d’ lai campaigne, i seus aigiere è aissôvi, i maindge de tot.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.6 Mo

La nouvelle bonne

Lucie aime les chats et les chats l’aiment bien. On l’appelle « la Mère aux chats ». Elle en a des tout blancs, des tout noirs, des gris, des fauves, des roux, des petits, des gros. Elle en a dans le salon, dans la cuisine, dans le corridor, dans le galetas, sur son lit. Ulrich, son mari, ne dit plus rien. Il a compris que cela ne servait à rien. « Puisque que tu aimes les chats plus que ton mari, tu dormiras toute seule avec tes matous. Moi, je vais me coucher dans la chambre d’amis qui est pratiquement inutilisée. » Ainsi, cela fait plusieurs années qu’ils ne dorment plus ensemble.

Lucie n’est pas à plaindre. Comme notaire, Ulrich réalise de gros bénéfices. Il peut offrir une servante à son épouse. La dernière à leur service a été admise à Miserez, à la Résidence des Cerisiers. Lucie répugne au travail. Elle ne pouvait donc rester sans servante. Elle a fait paraître une annonce sur le journal. Une charmante jeune fille s’est présentée. Elle vient d’une ferme du Clos du Doubs.

—  Vous vous plairez ici. Il n’y a pas beaucoup de travail. Nous ne sommes que deux, mon mari et moi. Il est souvent absent. Vous serez nourrie et vous aurez un bon salaire. A propos, vous aimez les chats ?

—  Oh, vous savez, Madame, je suis de la campagne, je suis facile à satisfaire, je mange de tout.

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">