Par : Fleury LJ
Publié : 27 décembre 2012

Eribert Affolter, RFJ, 23 décembre 2012

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 23 décembre 2012

Auteur : Eribert Affolter

Thème : Un sapin de Noël

info document -  MP3 - 5.2 Mo

Rfj 23 décïmbre 2012

Aimis di patois bondjoué.

Les pus bèlles hichtoires ècmençant aidé dïnche : « Ėl était ïn côp » (il était une fois) Èt oh ! I veus vôs raicontaie lai fôle de c’te fiatte qu’ât d’veni impoétchaint è case de Nâ.

« I seus tot hèyerou dains lai côte de lai san di Bôs des Essert Perrin. Bïn â soraye, d’aivô des caimairades brâment dgentils, i n’demainde que de vivre tot pien. I é pèssaie des annèes hèyerouses, ènne djuenance siejainte (agréable) et i vorôs que tot çoli d’moreuche dïnche.

Mains voili, lai crouyetè d’ïn copou an ât déchidè âtrement.

Ênne vaprèe ïn hanne métchaint d’aivo ènne haitchatte pèsse à long de moi. È m’révise d’ïn eûye provoqou, m’brainle lai tchoupe, me r’vire dains tos les sans, èt s’en vait. I m’muse dadon que ç’n’ât’p po adjed’heû èt me r’bote è èchpéraie.

Mais ç’n’ât’p l’aivisaîye d’ci copou. D’aivô enne graingne di diale, ès vïnt me pâre pai lai téte èt m’frit ïn mâ côp tchu mon trontchat. Voili, i veus finis dains ènne tchemnèe d’ïn hôtâ de gros obïn d’vains lai dvainture d’ïn maigaisïn. È m’prend d’dos son brais èt s’en vait. An dirait qu’èl ât djôyou d’aivoi dérobaie âtçhe ès son véjïn. I seus li brancbalaie d’en san de l’âtre, tot trichte, ne saichaint’p l’aivoù i veus fini mes djoués. C’ât lai roûe-neût, lai boussèe l’aivoù les bregants allant faire les crouyes besaignes.

Aiprès avoi cheuyait ïn sentie nôs airrivant ès d’vaint l’heu d’ènne majon. Mon raflou m’fot d’do le tchairie d’aivô les boérés des tchvâs, les utis di tieurti, les saits de pomattes èt tote lai rimbambèlle d’ènne hôtâ de paiyisaint. I m’seus dit que ç’ât les drieres boussiattes de mai vétchiance èt i aî brâment de poènne de fini mes djoués dains ènne tâ véye r’mije.

Le djoué d’aiprés ènne rote d’afaints v’niant me pâre èt m’aimoinant dains le poye. È fait tchad. I m’sens d’nové piein de vétçhaince. È m’drassant dains ïn care èt ècmencant de m’botaie, tot poitchot, des lumieres, des bôles de Nâ, des tchaindelles èt peus des loitchries.

I é t’aivu de lai tchaince de tchoire dains ènne rote l’aivoù les afaints ainmant yos pairents et l’aivoù les pairents éyeutchants bïn yos afaints.

Po moi, lai vétçhaince é t’aivu couéte mains i n’seus’p graingne poche qu’i se tchoit tchi des dgens hèyerous, que paitaidgeant que n’révisant’p les âtres de hât èt que bèyiant atoué de yos di bonhèye èt de lai djoue ».

Voili, i vôs tchvâ de bèlles fétes de Nâ èt peus lai saintè po l’annèe que vïnt.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


23 décembre 2012

Amis du patois bonjour.

Les plus belles histoires commencent toujours comme ceci : « Il était une fois ». Eh Oui ! Je veux vous raconter l’anecdote de ce petit sapin qui est devenu important à cause de Noël.

« Je suis tout heureux dans la forêt du côté des « Essert Perrin ». Bien au soleil, avec des camarades très gentils, je ne demande qu’à vivre paisiblement. J’ai passé des années heureuses, une jeunesse agréable et je voudrais sur tout cela continu.

Mais voilà, la méchanceté d’un bûcheron en a décidé autrement.

Un après-midi un homme avec une hache passe près de moi. Il me regarde d’un air provocateur, me secoue les cheveux, me retourne dans tous les sens, et s’en va. Je pense alors que ce n’est pas pour aujourd’hui et me remets à espérer.

Mais ce n’est pas l’avis du bûcheron. Avec une rage du diable, il vient me prendre par la tête et m’assène un méchant coup sur mon front. Voilà, je finirai dans la cheminée d’une maison de riche ou bien dans la vitrine d’un grand magasin. Il me prend sous le bras et s’en va. On dirait qu’il est joyeux d’avoir volé quelque chose à son voisin. Je suis transbahuté d’un sens de l’autre, tout triste, ne sachant où je vais finir mes jours. C’est le crépuscule, moment où les brigands font leurs mauvaises besognes.

Après avoir suivi un sentier devant le huis d’une maison. Mon voleur me lance sous le hangar avec les colliers des chevaux, les outils de jardin, les sacs de pommes de terre et toute la ribambelle d’une maison de paysan. Je me dis que ce sont les derniers instants de mon existence et j’ai beaucoup de peine de finir mes jours dans une telle remise.

Le lendemain une bande de gosses vient me prendre et m’emmène dans la chambre. Il fait chaud. Je me sens de nouveau plein de vie. Ils me dressent dans un coin et commencent de me mettre, tout partout, des ampoules électriques, des boules de Noël, des bougies et des friandises.

J’ai de la chance de tomber dans une famille où les enfants aiment leurs parents et où les parents élèvent bien leurs enfants.

Pour moi, la vie a été courte mais je ne suis pas fâché parce que je suis tombé chez des gens heureux qui partagent qui ne regarde pas les autres de haut et qui donnent autour d’eux du bonheur et de la joie ».

Voilà, je vous souhaite de belles fêtes de Noël et puis la santé pour l’année qui vient.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui, bon dimanche et bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter