Publié : 4 mars 2016

La laitière et le pot au lait

Lai laitiere èt l’potat d’ laicé

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ, le 4 mars 2016

Lai laitiere èt l’potat d’ laicé

Perratte, chu sai téte, aiyaint ïn potat d’ laicé

 Bïn pojè chu ïn couss’nat,

Échpérait airrivaie sains poène en lai vèlle.

Ladgiere èt coûetche vétie, èlle rittait è grants pas ;

Ci djoué-li, èlle aivait mis, po étre pus agile

 Sïmpye goénon èt piaits soulaies.

 Not’ laitiere dïnche gôpèe

 Échtimait dje dains sai musatte

Tot le prix d’ son laicé, quoi faire d’aivô les sôs,

Aitchetait un cent d’ûes, en r’tirait trâs covèes ;

Èll’ se bèyait di mâ, tot allait des fïns meus.

 Èll’ dyait : È m’ât aijie

D’éy’vaie des puç’nats atoé de mai mâjon.

 Lo R’naîd n’ les pâré p’tus, i m’aitchet’rai ïn pou.

Engraichie ci pou n’ me côt’ré qu’ïn po d’ son.

Èl était, tiaind qu’i l’eus d’ènne boènne grantou.

En l’ revendaint i m’ ferai des étius.

Niun ne m’empâtcheré d’ botaie dains not’ étale

Ènne vaitche èt son vé,

Qu’i vois dje mit’naint sâtaie â moitan di tropé.

Li-d’chus, lai Perratte sâte âchi, tote hèy’rouse.

Lo laicé tchoét ; aidûe vé, vaitche, poûe èt covée ;

Tote penaude, lai daime, léchaint li sai foûetchune

 Vait s’éstiujaie en son hanne

 Que poérrait bïn lai corridigie.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.4 Mo

La laitière et le pot au lait

Perrette, sur sa tête ayant un Pot au lait

 Bien posé sur un coussinet,

Prétendait arriver sans encombre à la ville.

Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;

Ayant mis ce jour-là pour être plus agile

 Cotillon simple, et souliers plats.

 Notre Laitière ainsi troussée

 Comptait déjà dans sa pensée

Tout le prix de son lait, en employait l’argent,

Achetait un cent d’ œufs, faisait triple couvée ;

La chose allait à bien par son soin diligent .

 Il m’est, disait-elle, facile

D’élever des poulets autour de ma maison : 

 Le Renard sera bien habile,

S’il ne m’en laisse assez pour avoir un cochon .

Le porc à s’engraisser coûtera peu de son ;

Il était quand je l’eus de grosseur raisonnable ;

J’aurai le revendant de l’argent bel et bon ;

Et qui m’empêchera de mettre en notre étable,

Vu le prix dont il est, une vache et son veau,

Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?

Perrette là-dessus saute aussi, transportée.

Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;

La Dame de ces biens, quittant d’un œil marri 

 Sa fortune ainsi répandue,

 Va s’excuser à son mari

 En grand danger d’être battue.

 Le récit en farce en fut fait ;

 On l’ appela le Pot au lait.

Jean de La Fontaine (1621-1695)

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">