Publié : 11 janvier

Les cabarets

Les caibairèts

Lou François de Banv’lai, François Busser, Union des Patoisants en Langue Romane

LES « CAIBAIRÈTS »

L’âtre djouè qu’i étôs chu lou maîrtchie, i aî ôyi tot d’ïn côp enne grôsse voûe que m’récriait : « Eh ! mains ç’ât encouè ïn Caibairèt c’tu-ci ! »
Çoli m’é churpris et émeilli, pouèchqu’i aivôs quasi rebiè ci véye sobritçhèt qu’an botait è mon grant-pére et peus, dâs todje, è ses anchétres. Ci churnom v’niait de loin po chur, mains poquoi ?

 v’laidge, c’ment tot poitchot, an trôvait brâment de cés p’téts noms po décognâtre les faimilles, ou bïn po r’djannaie djentiment. An diait : « tchie l’Biainc », « tchie l’Grôs », « tchie l’Sat », tchie l’Montriniere », « tchie l’Dépieûmè », « tchie Fenchli », « tchie les Puc’nattes », ç’ât bïn aîjie d’en compâre lai râjon.
Mains po les « Caibairèts », i n’craiyôs pouè qu’è y é t’aivu dïnnai des pilies d’bistrot tchie nos dgens. Tiaind qu’i étôs boûebat çoli m’sannait michtérieû et ïn pô offeinchaint. Aipré i aî saivu l’échpyicâchion.

Dains lou temps è y aivait todje ïn caibairèt â v’laidge, mains c’n’était pouè ïn métie, putôt enne faiçon d’faire di bïn è lai tieum’nâtè. Dâli ci caibairèt tchaindgeait d’hôtâ, è n’démoérait pouè todje en lai meinme piaice. Lou sobritçhèt était aivu béyie dains l’môment qu’è s’trôvait tchie nos dgens, et peus èl ât réchtè dains les mémoûeres djunqu’â mitnint.

En voirtè, i aî encouè vu lou bistrot tchaindgie d’mâjon, et i muse qu’è n’raippoétchait pouè brâment d’sôs è caibairtie, que f’sait bïn chur âchi lou paiyisain. Atoin des quèques tâles di poiye an treuyait tot sïmpyement des voirres de biainc, de roudge, des botayes de biere, des câlices de gotte, poi-côps di Ricard. Çoli n’rempiâchait voûere lai tchâssatte di pâtron, mains vôs peûtes compâre qu’les dgens en aivïnt fâte : lou traivaiye d’lai tiere était malaîjie, érouéynaint. An s’raitrôpait li po djasaie, pâre des novèlles, rebiaie les ennus, lai sôle, djûere ès câtches. Lou poiye se rempiâchait lou saim’di et peus lou dûemoinne et lou traiyïn poyait durie bïn grant dains lai neut, â moitan de l ‘épâsse f’miere di touba.

Mitnint an r’dit c’ment enne s’nieûle : « l’âve ât lou moiyou des breuvaidges » et, yün aipré l’âtre cés yûes de répét aint çhô yotes pôtches. Cré bïn qu’ç’ât enne aivaincie po lai saintè, mains in veus tirie mon tchaipé è cés caibairties qu’aint eûffri, duraint des ceintnies, ïn pô de sôlaidg’ment et de tchâlou ès aîmes et ès coûes. Dïnnai des dgeurnâtions de pôres dgens aint poyu t’ni l’côp.

En lai fïn ci sobritçhèt de « Caibairèt » n’ât pouè malaîjie è poétchaie !

Lou François de Banv’lai