Publié : 1er avril 2016

Chanson d’avril

Tchainson d’aivri

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ, le 1 avril 2016

Tchainson d’aivri

Aivri, le paitchi-feu euryut èt peus raimboiye ;

Aivri, lai neût raincaye èt l’hûvie ât laivi.

Lai lumiere ât poitchot dains les tchaimps èt les bôs.

Le djûene s’raye d’aivri me tchaîrme èt me çhorit.


I retrov’ mon afaince dains le çhiouçhe de l’hoûere.

Sains djemais eurpreudgie és boltius yos épeinnes.

I retrove lai djoûe dains les ranchats en çhoé,

Dains l’oûe di cie le soi, dains le bouss’rat que tchainte.


Ïn frelat de midyat saicole ses cieutchattes

Èt l’aimoé endremi s’ât révoyie d’ïn cop.

Les bieus l’oeûyes de mai bionde eursannant és prevenches

Dains mon voirdgie crâchant piein de paîtçhrattes biantches.


I mâçhe mai musatte en lai roûe-neût de l’âve

Tiaind les oujés çhôtant dôs l’aissôt’ des raimés.

Rôtans nos tchâd’s vétur’s, le bontemps ât veni.

Mains le mièle moquou m’é dit : Poûechon d’aigri !

Notes

le paitchi-feu euryut : le printemps rayonne

raimboiyie : briller

raincayie : râler, être à l’agonie

boltiu : églantier sauvage ; se dit aussi graitte-tiu

les ranchats en çhoé  : les talus en fleur

l’oûe di cie  : l’or du ciel

bouss’rat  : petite source

lai roûe-neût de l’âve : le clair-obscur de l’eau

le mièle moquou : le merle moqueur


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.2 Mo

Chanson d’avril

Avril, le printemps rayonne et brille ;

Avril, la nuit s’achève et l’hiver est loin.

La lumière est partout dans les champs et les bois.

Le jeune soleil d’avril me charme et me sourit.


Je retrouve mon enfance dans le souffle de l’air

Sans jamais reprocher aux églantiers leurs épines

Je retrouve la joie dans les talus en fleur,

Dans l’or du ciel le soir, dans la source qui chante.


Un brin de muguet secoue ses clochettes

Et l’amour endormi s’est éveillé soudain.

Les yeux bleus de ma mie ressemblent aux pervenches.

Dans mon verger croissent nombreuses les blanches pâquerettes.


Je mêle ma pensée au clair-obscur de l’eau

Quand les oiseaux sifflent sous l’abri des rameaux.

Enlevons nos chauds vêtements, le printemps est bien là.

Mais le merle moqueur m’a dit : Poisson d’avril !

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">