Par : Fleury LJ
Publié : 1er octobre 2011

Pain d’anis de grand-mère

Pain d’ainis de graind-mére

La Babouératte, la Coccinelle

Pain d’ainis de graind-mére

500 gr. de socre

500 gr. de fairainne

4 ûes

¾ d’ïn paiquet de yeuvure en podre

1 tchelîerèe è sope d’ainis (entie)

Môessyaie pe pétri le tot, po obteni ène paîte que s’éleûche soie.

Aivo ïn rolat de blantchie, éleûchè lai paîte po obteni ène épâssou d’ïn centimétre è demé, peus aivô de petéts empouétches-pîeces, décopaie des fidjûrines.

Déposaie ces derrieres su ène pyaique gainie de paipie è paîtisserie (paipie sulfurisé).

Les léssie soitchies dains ïn poiye loidgîerement tchâdaie, ène neût.

Etchâdaie le foué è cent vïnt degrés.

Embrure lai pyaique, putôt en bés di foué, deuxîeme étaidge, peus léssie tcheure quairante menutes.

Ces loitcheries se voidjant ène lôndge boussiatte dains ène boûte en fé bïn cyôte.

Ne pon môessyaie les pains d’ainis aivô d’âtres mouéreries, ès peurdjant loûe saivu.

Éprovèz lai réçatte, ç’ât ène loitcherie des fïne-meux  !

Lai Babouératte

Pain d’anis de grand-mère

500 gr. de sucre

500 gr. de farine

4 œufs

¾ d’un paquet de levure en poudre

1 cuillerée à soupe d’anis (entier)

Mélanger et pétrir le tout, pour obtenir une pâte qui s’étende facilement.

Avec un rouleau à pâtisserie étendre la pâte pour obtenir une épaisseur d’un centimètre et demi, puis avec de petits emporte-pièces découper des figurines.

Déposer ces dernières sur une plaque à gâteau garnie de papier à pâtisserie (papier sulfurisé).

Les laisser sécher dans une chambre légèrement chauffée une nuit.

Préchauffer le four à cent vingt degrés.

Introduire la plaque, de préférence au bas du four, deuxième étage, puis laisser cuire quarante minutes.

Ces gourmandises se gardent un bon moment dans une boîte en fer bien fermée.

Ne pas mélanger les pains d’anis avec d’autres biscuits, ils perdraient leur saveur.

Essayez la recette, c’est une très fine gourmandise !

La Coccinelle

Marie-Louise Oberli-Wermeille

Juin 2010