Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Pages d’histoire > Vie quotidienne > Veyes môdes de tchie nos, Merv’lie, Val Terbi , 2.
Par : Fleury LJ
Publié : 31 octobre 2012

Anciennes coutumes de chez nous

Veyes môdes de tchie nos, Merv’lie, Val Terbi , 2.

Julien Marquis

Patois du Val Terbi, Mervelier

Véyes môdes de tchie nos.

info document -  PDF - 184.9 ko

Dains l’ temps el Vâ Tairbi, canme lé z’ âtres pairties di paiys aivait sé véyes môdes. Dâ lai dieie, è s’int fouermant to perju.

Coitchi tôt â fond di vâ, Mairvelie è vardè pu lontan tieu lès z’âtres villaidges lès môdes di temps péssai. Ecoutais banne véye granmère nô racontait dains son djasè sîmpie ma che piaijint quéques sôvni dlai viie d’son djuene temps :

- Tiain i étô eune djueue baichatte ai yè pu de soissante ans tiain lè toits d’nos mâjons étint ainco queurvi avô dès échandlattes an n’oyait-pe neut è djo le brut dès z’avions, lès trompattes dès z’autos è an n’était-pe empojnè pai lai poussiir tie sorievant chu louet péessaidge. Ai faisai mouaiyou vivre tie mitnaint. Y n’veupe dire tiaivô to loue z’ invantions di diaile, l’élaictricitai, lai radio el cinéma è to les âtres djenatcheries an n’ faîpes pu souè po traivillie è po s’inchtrure. Lès afaints sont pu malins aijebïn tieu dains mon temps dains nos câras, mains i crais bïn tieu nos z’étïns aincos meu tie loue. An n’aimusait-pe titie duemouène canme lè djuenes de mitnaint, mains en l’occâsion an saivait quanmainme étre djoyua.

Lai permieire féte de l’annan c’était l’Bon An. To l’monde était dains lai djoe. Quéques bons vivants comamcïnt djâ lai fête lai voye. Dains to lès ménaidges lai moueter avait fait di tenieu. El soi to l’monde était â cabarait po boire in bon vare. An tchaintait ai peu an dainsait canme dès bïneyerous. Eune senainne pu tard, è Rois lès afaints allînt tchaintait dains to lès mâjons po diainie quéques petès sous.To lai vâpran an voyait cé rotes de bouebas è de petètes baichattes râdi d’ïn car an l’âtre di villaidge po répétai lai mainme tchainson. Les djeunes bouebes faisïnt lai tornan l’soi.Tiain çattie ai l’aivïnt raiméssaie eune pére de sous ai faisînt eune banne marande. Tiétiun aivait di piaiji d’lès oyus tain ai tchaintïnt d’bon tieue.

Ais fayait aittandre djaint’an lai Carème po poyait raivoi eune féte. Eul duemouène aipré lès Ceindres c’était lès Feyes. To l’monde es’rélâdjait d’allai voi l’fue. Lès afaints aivïnt raiméssai des brainsses dains lai côte. Es lès z’ aivïnt iuvattait chu ïn crâ derrie l’villaidge.El duemouone lai vâpran, di temps tieu lès pu djuenes allïnt paitlai di sa bô pai l’villaidge, eune demé-dozainne de bouebes montait lai heutte. C’était ïn prou malaijie traivail. An chaitt, an n’aivait soi. Stu tieu s’était mairiè l’derrie dains l’annan en était po payie ai boire. Y vô garantâ tiai an nè tieu nlai étînt-pe dains loues sulès. Airo neu, to lès dgens di villaidge dâ lès popons djaintie ès veyes fannes étïnt raissanbiai dito di fue. An l’anpranniait, lès éplues voulïnt to di lairdge. Ïn po pu loin lès bouebe virïnt loues fayes de tia bïn satchi â fo. Ai ny aivait ran d’pu bé. Pairvoi lès nuef an mannait lè tchia â yé peu an nallait tote lài rote boire ïn tchavé â cabarait. Lès djeuenes aipeu lès véyes tchaintïnt, dainsïnt djaintie bïn tait lai neu.

C’était l’bon temps. To l’rechte ed l’euvéie, el soi an d’mourait an l’hotâ, a car di fue ou bïn chu l’forna. Lès bouebes allïnt â lôvre. An raicontait dès ichtouères di véye temps. Lès pus malïns épayurïnt cé tiêtïnt in pô an lai banne foi an yi faisaint ai rcrar tot sôertes de bétiges. An pailai d’lechpret d’lai Côtatte tieu faisait ai rittai cè t’allïnt ai Véiermes, dès dairis, di foulta, dès djenatches è mainme di diaile. Ai y en è tieu n’osïnt pu allais feu l’soi. Lès baichattes felïnt, coujïnt louet trôssé. An naivait ainco d’lai banne toile, di bon trâss aipeu di midjlin dain l’temps. An nétait-pe oblidgie de ratquenaie tos lès djos. L’Héri tchu l’mére frisè venait racontaie ses chtances aipeu sès sovnis di Sonderbond. Ai yen botait ïn pô di sïn mains ais nyi f’ayaipe dire tieu c’ nétait-pe verais. Ai s’engernoait po to d’bon. Voili canmant an s’péssait l’temps.

Ai yaivait aijebïn les beugnats aiprès lès fannéjons, aipeu lai Sïnt Mairtïn a ivô l’boudin, l’tenieu ai le revira.

Vô voites bin tieu mâgrès tot not t’temps vayait bïn stu. An nieujait-pe lès feuilles tos lès djos mains y vos aichurait tieu lai viie aivait sès bailes sans. Ais m’an ancrâ tie tos cé môdes d’mon djuene temps saint dînche perju. Sâ bin dannaidge.

Voili sotieu lai banne véeye Tiaitrin nos ès dit. A car de ses euyes eune laigre coulait tot bâlemant chu sai fidiure raintri canme eune pommate à bon temps.

Julien Marquis

Date non signalée, mais dans les années 1950

Sonderbond  : guerre du Sonderbund, 1847

voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Sonderbund