Publié : 22 février 2018

Les jouets

Les djôtats

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo février 2018

Les djôtats

I me d’mainde, tiaind qu i vois âdj’d’heû, ïn pô n ïmpoétche laivou, tos ces valmons de djôtats, che les afaints po léqués an n’râte pe d’orinaie totes soûetches de nanvâtès, sont vrâment hèy’rous. L’contrére s’rait vârtâbyement ïn combye. Yun d’ces d’ries djoués, i seus t’aivu en vèlle po aitch’taie ç’ qu’è fât po l’ménaidge. C’ment qu’i étôs brâment tchaîrdgie po r’montaie djainqu’ tchie nôs, i m’seus sietè chus ïn bainc en ènne chtaichion di buch. Ïn djûene coupye airrivé daivô dous boûebats d’è pô prés trâs pe quaitre ans. Tchétçhun aivait sai bâdrutche : lai bâdrutche di pus p’tét l’afaint était bieuve, ç’té di pus grôs était roudge.
L’pus grôs aivait âchi sai loulatte. I yôs d’maindé ch’ ès v’lïnt m’bèyie yôs bâdrutches. Tchétçhun des afaints r’boussé sai bâdruche d’ènne âtre san. C’était bïn çhaî po moi, âtiun ne m’lai v’lait bèyie. Mains, aiprés ènne couétche boussiatte, l’pus grôs m’tendé sai loulatte. I le r’mèchié mains y’ i dié qu’mes deints n’étïnt pus prou boinnes po poéyait tchelaie daidroit. En ôyaint djâsaie lai mére, i compregné qu’les dous airïnt v’lu aivoi lai bieuve bâdrutche. Po conchôlaie l’pus grôs, an y’ aivait aitch’tè ènne tcheulatte. Di sait d’lai mére, les afaints soûetchïnt des trésoûes : des p’tétes dyimbardes, des piutches, des bétes, des pieces de « légos », …. Ès les trïnnïnt ch’ le bainc, ch’ le baintchâ po mairtchous, les tchaimpïnt, les r’pregnïnt, … I aivôs bïn pavou qu’yun des dous se f’seuche aiccretchie poi les dyïmbardes que péssïnt tot prés, ch’ lai vie. Tot d’ïn côp, l’pus grôs pregné ènne vaitche en bôs qu’ai-vait des écoûenes, p’ èl en bèyé ïn bon côp en lai bieuve bâdrutche que s’éçhiaffé ! Qué l’aif-faire. Le pére rité daivôs l’tchioni des afaints â maigaisïn. Bïntôt è r’vegné daivô ènne âtre djâne bâdrutche, pe, ènne loulatte ! Mit’naint, c’était raippé (match nul). Nôs montainnent tus dains l’buch qu’allait dains nôte coénat. Ç’te faimille déchendé di buch bïn d’vaint qu’i n’feuche en lai « Pitçhatte di Djoué ». I m’musé en ç’ qu’i aivôs vétçhu, è y’ é bïn grant, tiaind qu’mon tiujïn était v’ni tchie nôs (èl aivait envirvô mon aîdje) è Mont’gnez. Nôs étins sietè, les dous, de tchétçhe san d’mon grand’pére, en lai tâle d’lai tieûjainne. C’ment qu’mon grand-pére aivait ènne veûde boéte è enfuattes, è lai boté ch’ lai tâle. È voiyé bïn qu’nôs l’airïns v’lu les dous. È nôs dié : « pe d’midye (convoitise) ! çoli fait aidé di mâ… ! » Pe, è r’boté lai boéte dains sai baigatte !

J-M. Moine

Les jouets

Je me demande, quand je vois, aujourd’hui, un peu n’importe où, tous ces tas de jouets, si les enfants pour lesquels on ne cesse de créer toutes sortes de nouveautés, sont vraiment heureux. Le contraire serait véritablement un comble. Un de ces derniers jours, j’ai été en ville pour acheter ce qu’il faut pour le ménage. Comme j’étais beaucoup chargé pour remonter jusque chez nous, je me suis assis sur un banc, à une station de bus. Un jeune couple arriva avec deux petits garçons d’à peu près trois et quatre ans. Chacun avait sa baudruche : la baudruche du plus petit enfant était bleue, celle du plus grand était rouge. Le plus grand des enfants avait aussi sa lolette. Je leur demandai s’ils voulaient me donner leurs baudruches. Chacun des enfants repoussa sa baudruche d’un autre côté. C’était bien clair pour moi, aucun ne voulait me la donner. Mais, après un court instant, le plus grand me tendit sa lolette. Je le remerciai mais lui dit que mes dents n’étaient plus assez bonnes pour pouvoir sucer correctement. En entendant parler la mère, je compris que les deux auraient voulu avoir la baudruche bleue. Pour consoler le plus grand, on lui avait acheté une sucette. Du sac de la mère, les enfants sortaient des trésors : des petites voitures, des peluches, des animaux, des pièces de « lé-gos »… Ils les traînaient sur le banc, sur le trottoir, les jetaient, les reprenaient,… J’avais bien peur que l’un des deux se fasse accrocher par les voitures qui passaient tout près, sur la rue. Soudain, le plus grand prit une vache en bois qui avait des cornes, et il en donna un bon coup à la baudruche bleue qui éclata ! Quelle affaire. Le père courut avec le plus jeune des enfants au magasin. Bientôt il revint avec une autre baudruche jaune, et, une lolette ! Maintenant, c’était match nul. Nous montâmes tous dans le bus qui allait dans notre quartier. Cette famille descendit du bus bien avant que je ne sois au « Point-du-Jour ». Je songeai à ce que j’avais vécu, il y a bien longtemps, quand mon cousin était venu chez nous (il avait à peu près mon âge) à Montignez. Nous étions assis les deux, de chaque côté de mon grand-père, à la table de la cuisine. Comme mon grand-père avait une boîte d’allumettes vide, il la mit sur la table. Il vit bien que nous l’aurions voulue les deux. Il nous dit : « pas de convoitise ! cela fait toujours du mal … ! » Et, il remit la boîte dans sa poche !

J.-M. Moine