Publié : 12 juin 2015

Disparition

È y é ïn mychtére

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 12 juin 2015

Le ptèt Fèrnand pésse ses condgies tchie son graint-pére Anselme qu’était régent dains ènne de ces ptètes écôles d’lai Montaigne. L’Anselme é voidgie totes soûetches de mainies de son péssè d’raittèt. Èl ât aidé en train d’eurprendre çt’afaint chus tot : « Tïns-te d’aidroit ! Rote tes mains de tes baigattes ! Moétche-te, te n’vois pe que t’és d’lai nitçhe ! Coidge-te tiaind qu’les aidultes djâsant. Révije-me dains les oeûyes tiaind qu’i t’fais ènne remairtçhe ! » En pus, è n’ suppoétche pe les fâtes de frainçais. Lai fanne de l’Anselme, lai boènne Rosa, trove qu’è vait trop loin : « Léche-le voûere tranquille, te l’endoéreules d’aivô tes prïncipes. Di côp, è n’ veut pus v’ni tchie nôs. »

Èl ât médi. Ès sont en lai tâle. Èls aint fini lai prayiere poi ïn signe de croux.

- Maindge tai sope, Fèrnand, dit lai graint-mére Rosa.

- I n’ai p’de tyuyiere, répond l’afaint en patois.

- Cment qu’te dirôs en frainçais ? quèchtionne le véye régent.

- J’ai pas de cuiller.

- Ç’n’ât p’djeute. Ô èt peus eurtïns bïn : « Je n’ai pas de cuiller. Tu n’as pas de cuiller. Il n’a pas de cuiller. Nous n’avons pas de cuiller. Vous n’avez pas de cuiller. Ils n’ont pas de cuiller. »

Le p’tèt rèvoéte son graint-pére tot émaiyi :

- Mains, Pépé, laivou qu’èlles sont péssèes totes ces tyuyieres ?


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.6 Mo

Disparition

Le petit Fernand passe ses congés chez son grand-père Anselme qui était instituteur dans une classe unique des Franches-Montagnes. De sa carrière d’enseignant, Anselme a conservé nombre de manies. Il reprend l’enfant à tout propos : « Tiens-toi droit ! Enlève tes mains de tes poches ! Mouche-toi, tu ne vois pas que tu as la nique au nez ! Tais-toi quand les adultes parlent. Regarde-moi dans les yeux quand je te fais une remarque ! » En outre, il ne supporte pas les fautes de français. La femme d’Anselme, la bonne Rose, trouve qu’il exagère : « Laisse-le donc tranquille, tu l’agaces avec tes principes. A la fin, il ne voudra plus venir chez nous. »

Il est midi. Ils sont à table. Ils ont fini la prière par un signe de croix.

—  Mange ta soupe, Fernand, dit la grand-mère Rose.

—  I n’ai p’de tyuyiere, répond le gosse en patois.

—  Comment dirais-tu en français ? questionne le vieil instituteur.

—  J’ai pas de cuiller.

—  Ce n’est pas correct. Écoute et retiens : « Je n’ai pas de cuiller. Tu n’as pas de cuiller. Il n’a pas de cuiller. Nous n’avons pas de cuiller. Vous n’avez pas de cuiller. Ils n’ont pas de cuiller. »

Intrigué, le petit regarde son grand-père.

—  Mais, Pépé, où donc sont passées toutes ces cuillers ?


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">