Publié : 19 avril 2018

L’intelligence

L’ ailuainche

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo avril 2018

L’ ailuainche

« È fât di s’né po bïn djâsaie, d’l’ailuainche cheûffât po bïn écoutaie ». Voili ç’que diait, ïn djoué, ç’t’ André Gide. È bïn âdjd’heû i me d’mainde bïn ch’vent che les dgens n’aint p’ pre-dju aich’bïn l’ailuainche [l’intelligence] que le s’né ! Pole s’né, vôs n’èz ran qu’d’ ôyi ïn pô les radiojâsichtes que s’entraipant dains yôte djouén’lou tchairaibia. Vôs peutes âchi eûvri vôte boéte è ïnmaîdge. An n’sairait pus comptaie les fâtes de frainçais qu’faint les télévoé-tichtes. Pus prés d’vôs, ôtes ïn pô ç’ que diant les dgens dains lai vie, ç’ que diant vôs afaints que r’veniant en l’hôtâ, obïn vôs véjïns qu’péssant ènne boussèe tchie vôs. En ïn mot, è
N’fât p’ brâment d’temps po compâre qu’lai faiçon qu’an s’échprïnme âdjd’heû, aich’bïn qu’les chudjèts qu’an djâse, ryevant pus des béochïns qu’des chev’yijies dgens. Po l’ailu-ainche, ç’ ât encoé pé ! Nôs vétçhans dains ïn monde laivoù qu’tchétiun crait qu’è sait tot, qu’è comprend tot, qu’ran n’y’ étchaippe ; an ont predju l’seinche des boûenes de l’hann’lâ l’ailuainche. Saivoi vétçhie en boinne ailuainche daivô les âtres, mains, ç’ ât di véye temps ! Ah ! enfïn, è y’ é l’airtifichiâ l’ailuainche ! Tot l’monde mâçhe ç’t’ échprèchion en totes les sâces, sains saivoi d’quoi qu’è s’aîdgeât, ne qu’ç’ ât âdjd’heû l’encâse de quâsi tos les eu-nivèrchâs probyèmes … L’ailuainche ât aichochièe en l‘ hanne, ran qu’an l’hanne. Po les bétes an n’dairait p’ djâsaie d’ailuainche, mains ran qu’d’ ïnchtïnct. C’ment qu’vôs voérïns qu’ïn valmon d’moéchés d’totes soûetches d’ oubjèctes, r’layies i n’ sais p’ c’ment, feuche ailué ? Dâli, an comprend soîe qu’l’ airtifichiâ l’ailuainche ât mâ nammè. Mains vôs rébièz qu’ces qu’se siejant de « ç’t’airtifichiâ l’ ailuainche » vôs moinnant poi l’ bout di nèz ! Ç’ ât yôs qu’ïnmaîdgïnant vôs portâbyes qu’vôs n’se sairèz pus péssaie, totes ces tabiattes qu’vôs afaints sont les premieres vitçhtïnmes, tot ç’t’ ïntrenèt qu’l’ iconanmie s’sie, po aigranti son tchiffre d’aiffaire chus l’dôs des poûeres p’tétes dgens qu’nôs sons. L’hanne ât dev’ni ïn poûere beûjon qu’engoule sains froingnie tot ç’ qu’lai pub yi môtre. I échpére qu’les dgens s’ront ïn djoué capâbyes de faire étchèc és daindgies que m’naichant l’hann’lâ l’aiveinture. 

J-M. Moine

L’intelligence

« Il faut de l’esprit pour bien parler, de l’intelligence suffit pour bien écouter ». Voilà ce que disait, un jour, André Gide. Eh bien aujourd’hui je me demande bien souvent si les gens n’ont pas perdu aussi bien l’intelligence que l’esprit ! Pour l’esprit, vous n’avez qu’à écouter un peu les journalistes de la radio qui s’encoublent dans leur charabia quotidien. Vous pouvez aussi ouvrir votre poste de télévision. On ne saurait plus compter les fautes de français que font les journalistes de la télévision. Plus près de vous, écoutez un peu ce que vous disent les gens dans la rue, ce que vous disent vos enfants qui rentrent à la maison, ou bien vos voisins qui passent un moment chez vous. En un mot, il ne faut pas longtemps pour comprendre que la façon dont on s’exprime aujourd’hui, aussi bien que les sujets dont on parle, relèvent plus des béotiens que de personnes civilisées. Pour l’intelligence, c’est encore pire ! Nous vivons dans un monde où chacun croit qu’il sait tout, qu’il comprend tout, que rien ne lui échappe ; on a perdu le sens des limites de l’intelligence humaine. Savoir vivre en bonne intelligence avec les autres, mais, c’est du vieux temps ! Ah ! enfin il y a l’intelligence artificielle ! Tout le monde mêle cette expression à toutes les sauces, sans savoir de quoi il s’agit, ni que c’est aujourd’hui la cause de presque tous les problèmes universels … L’intelligence est associée à l’homme et à lui seul. Pour les animaux on ne devrait pas parler d’intelligence, mais seule-ment d’instinct. Comment voudriez-vous qu’un tas de morceaux de toutes sortes d’objets, reliés je ne sais pas comment, soit intelligent ? Alors, on comprendra que l’intelligence artificielle est mal nommée. Mais, vous oubliez que ceux qui utilisent « cette intelligence artificielle » vous mènent par le bout du nez ! Ce sont eux qui imaginent vos portables dont vous ne sauriez plus vous passer, toutes ces tablettes dont vos enfants sont les premières victimes, tout cet internet dont l’économie se sert, pour augmenter son chiffre d’affaire sur le dos des pauvres petites gens que nous sommes. L’homme est devenu un pauvre benêt qui avale sans hésiter tout ce que la publicité lui montre. J’espère que les gens seront capables de faire échec aux dangers qui menacent l’aventure humaine.

J-M. Moine