Publié : 22 mai

Fidélité

Fidéyitè

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 22 mai 2020

Fidéyitè

Ès n’étïnt qu’ les quaitre â Cafè d’ lai Pochte en çte tchâde vâprèe de mai, quaitre hannes mairiès que djâsïnt d’ lai fidéyitè. Le premie aivouait sains vergangne qu’èl aivait trompè sai fanne dâ l’aicmence di mairiaidge. Ès pailïnt librement, sains lai pavou d’étre djugès, èls étïnt entre aimis, èt peus èls étïnt tot d’ pai yos dains ci cabarèt quasi veud, peu d’âtres airoiyes que l’ai sommiche que s’en fotait complètement, ottyupèe è yére ïn roman-photo.

Le doûejieme ne s’en tyirait pe mâ non pus. Des aiventures, Dûe sait s’èl en aivait aivu. Le trâjieme dyait : « S’i vôs contôs totes mes infidéyitès, nôs en arïns po ïn bout d’ temps. Nôs s’rïns encoè ci en lai çhioûejuere. »

« En ton touè, Victor », que dyènnent ensoénne les trâs aimis.

- Yé bïn, moi, dyé l’ Victor, i seus d’moérè aimoérou d’ lai meinme fanne dyurant pus d’ quairante ans.
- Toi, Victor, te n’serôs djemais allè è gâtche ! s’échclaime le premie.
- È d’âtres, porcheut l’doûejieme. T’ nôs prends po des afaints d’ tiûere ? T’ n’és djemais fait de ficelle en tai fanne ?
- Te n’ veus p’ nôs faire è crère que t’ n’és djemais trompè tai Paulette, inchichte le trâjieme.
- Mai Paulette, mai Paulette ! Protèchte Victor. Qu’ât-ce qu’èlle é è voûere li d’dains. Èlle n’en é djemais ran saivu.

Notes
en lai çhioûejuere, à la fermeture
allaie è gâtche, aller à gauche, être infidèle
faire de lai ficelle en sai fanne, tromper sa femme


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.8 Mo

Fidélité

Ils n’étaient que les quatre au Café de la Poste en cette chaude après-midi de mai, quatre hommes mariés qui discutaient de la fidélité. Le premier avouait sans vergogne qu’il avait trompé sa femme dès le début de leur mariage. Ils parlaient sans retenue, sans crainte d’être jugés, car ils étaient entre amis, en outre le cabaret était quasiment vide, pas d’autres oreilles que celles de la sommelière qui d’ailleurs était totalement indifférente à leur conversation, occupée qu’elle était à lire un roman-photo.

Le deuxième ne s’en tirait pas mal non plus. Des aventures, Dieu sait s’il en avait eu. Le troisième enchaînait : « Si je vous racontais toutes mes infidélités, nous en aurions pour longtemps. Nous serions encore ici à la fermeture. »

« Â ton tour, Victor », dirent ensemble les trois amis.

- Eh bien, moi, dit Victor, je suis resté amoureux de la même femme durant plus de quarante ans.
- Toi, Victor, tu ne serais jamais allé à gauche ! s’exclame le premier.
- Â d’autres, poursuit le deuxième. Tu nous prends pour des enfants de chœur ? Tu n’as jamais fait de ficelle à ta femme ?
- Tu ne veux pas nous faire croire que tu n’as jamais trompé ta Paulette, insiste le troisième.
- Ma Paulette, ma Paulette ! proteste Victor. Qu’est-ce qu’elle a à voir là dedans ? Elle n’en a jamais rien su.

Notes
aller à gauche, être infidèle
faire de lai ficelle, même sens