Publié : 26 mars

Fiers Francs-Montagnards

Fies Taignons

Lai Babouératte, La Coccinelle

Fies Taignons

Nos sons rétches tchie nos és Fraintches-Montaignes : pon d’airdgent ; mains
d’aivoi les pus bés, les moiyous tchvâs di paiyis.
Moi qui seus vnie â monde de ci, y sais de quoi y djâse. Y ai péssè tote mai djûenasse dains ène férme voùé les tchvâs étaïnt ôdjoiyies po tos les traivés des tchaimps pe des bôs. Nyün ne djâsait de tracteur !
Po nos, nos tchvâs ç’ât ène rétchaince pus poisainte de lai sen di tchûr que çtu de lai bouéche !
Dains le temps, l’ouridgine, lai biâtè pe lai raice d’ïn tchvâ de férme n’étaïnt pon ïmpouétchaintes. Povu qu’è feuche aîsie pe couéyat â traivaiye seuffisait.
Tot é tchaindgie en bïn le djoué voùé ïn paiyisain, gros aimouéreux des tchvâs, s’ât pris d’aimitie po ïn marlie poutchi que niün ne vlait.
A premie cop d’eûye, ci marlie polôn ne brisait ren, cmen nos dians tchie nos.
Mains, Graind-Pére, aivô son saivoi-fait, sai paissyïnce pe tot pyein d’aimoué po ci polôn, en é fait ïn bé pe bon roncïn dains le péssè.
Fie pe aîse de son élevaidge, Graind-Pére ne poyait bèyie qu’ïn nom è paît en son tchvâ. Aiprés muserie, è se râté su « VAILLAINT » . È ne siésait è ren de tchri ïn âtre nom. Çtu-li côllait bïn en lai béte.
Pai lai cheûte, le roncïn Vaillaint feut bïn coingnu meinme feûs de tchie nos.
Adjd’heu, les élevous sont pus chtraingues dains le tchoix des roncïns po yôtes polnîeres.
Çte mainîere de traivaiyie é paiyie. Aiprés tot pyein de démairtches, nos tchvâs sont classies officiellement de raice « fraintches-montaignes ».
Note tchvâ é tot po pyaire : ène djôlie téte aivô des eûyes aidé en évoiye pe des aroiyes courieuses que trémolant en tchéque brut suchpèt. Ène byaintche bassnûre écyére son sevré. Sai meimbreure sains défât tcheuvrie d’ïn fïn pelaidge byond-roussat en fait ïn tot bé tchvâ.
Ç’ât ïn pyaisi de vôere ces tchvâs ritaie en rotte pe è tchie-bridâ, cômes en l’oûere dains nos péturaidges.
Aiprès çoli, émaiyites-vos que nos tchvâs « fraintches-montaignes »aint de lai rtyise endfeûs des frontîeres di Jura !
Crèbïn aint-éshèrtè ène gotlatte di saing de Vaillaint dains yôtes vouénes ? Allèz saivoi !

Lai Babouératte

Fiers Francs-Montagnards

Nous sommes riches chez nous aux Franches-Montagnes : pas d’argent ; mais d’avoir les plus beaux, les meilleurs chevaux du pays.
Moi qui suis venue au monde ici, je sais de quoi je parle. J’ai passé toute ma jeunesse dans une ferme où les chevaux étaient utilisés pour tous les travaux des champs et des forêts. Personne ne parlait de tracteur !
Pour nous, nos chevaux c’est une richesse plus pesante du côté du cœur que celui de la bourse !
Dans le temps, l’origine, la beauté et la race d’un cheval de ferme n’étaient pas importantes. Pourvu qu’il soit facile et costaud au travail suffisait.
Tout a changé en bien le jour où un paysan, grand amoureux des chevaux, s’est pris d’amitié pour un poulain de moindre qualité que personne ne voulait.
Au premier coup d’œil, ce moindre poulain ne cassait rien, comme nous disons chez nous.
Mais Grand-Père, avec son savoir-faire, sa patience et tout plein d’amour pour ce poulain, en a fait un bel et bon étalon dans le passé.
Fier et content de son élevage, Grand-Père ne pouvait donner qu’un nom à part à son cheval. Après réflexion, il s’arrêta sur " VAILLANT " . Il ne servait à rien de chercher un autre nom. Celui-là collait bien à la bête.
Par la suite, l’étalon Vaillant fut bien connu, même hors de chez nous.
Aujourd’hui, les éleveurs sont plus exigeants dans le choix des étalons pour leurs poulinières.
Cette manière de travailler a payé. Après maintes requêtes, nos chevaux sont classés officiellement de race « franches-montagnes ».
Notre cheval a tout pour plaire : une jolie tête avec des yeux toujours en éveil et des oreilles qui frémissent à chaque bruit suspect. Une liste blanche éclaire son front. Sa membrane parfaite couverte d’un pelage blond-roux en fait un très beau cheval.
C’est un plaisir de voir ces chevaux courir en bande et en liberté, crinières au vent dans nos pâturages.
Après cela, étonnez-vous que nos chevaux " franches-montagnes " aient de la requise en dehors des frontières du Jura !
Peut-être ont-ils hérité une gouttelette du sang de Vaillant dans leurs veines ?
Allez savoir !

La Coccinelle