Par : Fleury LJ
Publié : 24 septembre 2012

Un qui se donne de l’importance

Ïn sacré gaig’loi

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 12 octobre 2012.

Le dgén’râ Guisan était d’péssaidge dains lai Courtine. È dit en son chauffeur :

- Aipppointè, vôs m’conduirèz djuqu’â Bèll’lay. Di temps qu’i seus ci, i m’en v’allaie faire ènne petète visite en ces malaites, èt peus bèyie l’bondjoué en çt’Alphonse Dubail qu’é faît l’écôle de recrue d’aivô moi. Ci poûere hanne, è n’é p’aivu d’tchaince. Èl é t’aivu des grôs dépés èt peus èl ât v’ni malaite d’lai téte. È y é faiyu l’botaie dains ç’te mâjon.

A l’hopitâ, le cherïndiou vait tçhri çt’Alphonse.

– Salut, qu’yi dit le dgén’râ. Te n’me r’coégnâs-pe ?

– Nian, i n’vôs é djemais vu.

– Mains chié. Guisan. Nôs étïns dains lai meinme tchaimbre. I seus mit’naint en lai téte de l’armèe.

– Oh, que fait mon p’tèt Dubail, çoli vôs veut bïn péssaie. Tiaind qu’ès m’ont fotu ci-d’dains, moi, i étôs Napoléon.

Le pensionnaire de l’hôpital psychiatrique se prenait pour l’empereur.

info document -  MP3 - 1.3 Mo

info document -  PDF - 145.3 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">