Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou > Ci patois qu’an ainme taint dâ laivoû ât-ce qu’è vïnt ?
Publié : 19 août

Ce patois qu’on aime tant, d’où vient-il ?

Ci patois qu’an ainme taint dâ laivoû ât-ce qu’è vïnt ?

Michel Cerf, l’Micou

Paru dans l’Ajoie

Ci patois qu’an ainme taint dâ laivoû ât-ce qu’è vïnt ?

I aînme meu raivoétie ç’que veut aidveni que d’beuyie en drie èt me laimentaie tchu l’péssaie.
Poétchaint, po ç’qu’ât de lai laindye, de not’ bé patois, ç’ât en se r’virant ènne boussèe en drie qu’an comprend c’ment èl ât airrivè djainqu’en nôs. Nôs raicènnes compregnant ach’bïn lés côtumes, l’aimoué de nos tchaimps, de nôs bôs, totes nôs craiyainces, mais chutôt l’eûsaidge d’ènne laindye.
Totes soûetches de peupyes aint fait de ci care de tiere ço qu’èl ât âdjd’heû. Tus aint léchie dés traices, mais ç’ât dains lai laindye qu’an lo r’mairtçhe lo meu. Lés Romains que sont aivus dains lés premies è envahi nôs vâs aint léchie brâment de mots è poinne r’manuès poi lai cheute. Â long dés siecles, lés dgens aint faiç’naie lai laindye aivôs yôs diffreints accents, aippoétchaint des novés mots o lés empruntaint an d’âtres peupyes qu’étïnt v’nis di nord. Dés côps, not’ patois è voidgè dous mots po ènne meinme tchôse, mains dés mots aivô ènne raiceinne bïn diffreinte. Dïnche, afaint (enfant) vïnt di latin, infans, mains nôs utilijans achi ïn mot v’ni di nord, bouebe, (que veut dire achbïn enfant que garçon.)
Lés dgens de lai tiere aivïnt les mots de yôs méties. Cés qu’aint vétçhu â long d’ènne eur’viere aint léchie les mots de lai pâtche o de lai naividiaichion... D’âtres mots sont aivus aimoinnès poi dés dgens de péssaidge o des envayéchous.
Dains lés péssès siecles, lés dgens n’aivïnt’pe de dymbarde. Ès ne voyaidgînt’pe brâment. Pe de radio non pus po répaîre lo meinme djâsaidge voû qu’an feuche...
Lo roi de Fraince qu’aivait brâment de mâ è compare lés dgens de son grant paiyis déchidé ïn djoué que dains totes lés provïnces de son reyaume, lés dgens s’rïnt oblidgies de djasaie lai meinme laindye. Ç’ât lai laindye de Paris que feut tchoisie èt totes lès âtres feunent défeindues. Ç’était poétchaint dés djasaidges « è paît entiere », meinme che èlles n’étïmpent aidé graiyenèes : de vartabyes patois.
Çoli é pris bïn grand. Lo patois ât d’moérè lai laindye di tiûere èt è s’ât aidé trovaie des dgens po l’chôtni èt l’aippare ès afaints. Lés govern’ments aint poétchaint épreuvè de lo zïndyaie en défendaint de djasaie patois dains lés écôles. Dains lés faimilles, lés poirents ne l’djasïnt quasi pu po qu’â moins yôs afaints ne feuchent pe montrès di doigt èt péssaie po dés poûeres paiyisains... Ènne tiulture d’ènne grante valou è dïnche richquè de péssaie en lai traippe.
Dains d’âtres paipies, i vôs djaseraî des pus impoétchaintes dgens qu’aint chôtnu not’ patois dains l’Jura èt en Aîdjoûe.

L’micou

Ce patois qu’on aime tant, d’où vient-il ?

J’aime mieux envisager l’avenir que regarder en arrière et me lamenter sur le passé.
Pourtant, pour ce qui est de la langue, de notre beau patois, c’est en se retournant un moment en arrière qu’on comprend comment il est arrivé jusqu’à nous. Nos racines comprennent aussi bien les coutumes, l’amour de nos champs, de nos bois, toutes nos croyances, mais surtout l’usage d’une langue.
Toutes sortes de peuples ont fait de ce coin de pays ce qu’il est aujourd’hui.Tous ont laissé des traces, mais c’est dans la langue qu’on le remarque le mieux. Les Romains, qui ont été parmi les premiers à envahir nos vallées ont laissé beaucoup de mots, à peine modifiés par la suite. Au cours des siècles, les gens ont façonné la langue avec leurs différents accents, apportant des mots nouveaux ou les empruntant à d’autres peuples venus du nord. Parfois, notre patois a gardé deux mots pour une même chose, mais des mots d’une origine bien différente. Ainsi, afaint (enfant) vient du latin, infans, mais nous utilisons aussi un mot venu du nord, bouebe, (qui veut dire aussi bien enfant que garçon.)
Les gens de la terre avaient les mots de leurs métiers. Ceux qui ont vécu le long d’une rivière ont laissé les mots de la pêche ou de la navigation... D’autres ont été amenés par des gens de passages ou des envahisseurs.
Dans les siècles passés, les gens n’avaient pas de voiture. Ils ne voyageaient pas beaucoup. Pas de radio non plus pour répandre le même langage où qu’on soit...
Le roi de France qui avait beaucoup de mal à comprendre les gens de son grand pays, décida un jour que dans toutes les provinces de son royaume, les gens parleraient la même langue. C’est la langue de Paris qui fut choisie et toutes les autres furent interdites. C’était pourtant des langues « à part entière », même si elles n’étaient pas toujours écrites : de véritables patois.
Cela a pris très longtemps. Le patois est demeuré la langue du coeur et il s’est toujours trouvé des gens pour le soutenir et l’apprendre aux enfants. Les gouvernements ont pourtant essayé de le faire disparaître en interdisant de parler patois dans les écoles. Dans les familles, les parents ne le parlaient presque plus pour qu’au moins leurs enfants ne soient pas montrés du doigt et passer pour de pauvres paysans. Une culture d’une grande valeur a ainsi risqué de passer à la trappe.
Dans d’autres articles, je vous parlerai des personnes les plus importantes qui ont soutenu notre patois, dans le Jura et en Ajoie.

Racines latines : lai vie, la route
l’hôtâ, la maison où on habite
Racines germaniques : lai gasse, la ruelle
chmellaie, rosser, battre
Créations spécifiques : lai moirande, le souper
lai boéte que djase, la radio
l’oûejé de fie, l’avion

info document -  PDF - 63.7 ko