Publié : 17 juin 2016

Le journalisme

L’ dgiryiâyichme

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo juin 2016

L’ dgiryiâyichme

I aî yé l’ âtre djoué dains lai feuye qu’ yun d’ ces chéyébres proufèchous d’ âdjd’heû vierèvait ïn dgiryiâyichte en ïn embossou. Vôs saîtes tus ç’ que ç’ ât qu’ ïn embossou. Ç’ ât yun d’ ces ïnchtruments d’ pivatouse frame daivô c’ment qu’ ïn tyau â bout qu’ vôs s’ sèrvâtes po voi-chaie, poi éjempye, ïn litçhide dains ènne botaye. I crais putôt qu’ ci proufèchou airait daivu vierèvaie ïn moudranne dgiryiâyichte en ïn crelat. Ïn dgiryiâyichte ât défïnmeu ch’ è
s’ compoétche c’ment qu’ ïn embossou ; è djâse de tot sains ran tchoisi, sains maigouéye. An
n’ yi peut dj’mais r’preudgie âtçhe. Mains, ch’ ïn dgiryiâyichte se compoétche c’ment qu’ ïn crelat, ç’ ât dâli qu’ ècmençant les probyèmes. Poch’que ç’ ât lu l’ crelat : ç’ ât lu que n’ léche ran péssaie que ç’ qu’ è veut ! È s’ pèrmât d’ bèyie d’ l’ ïmpoétchainche en des rans di tot. Çoli n’ yi fait ran d’ péssaie dôs coidge des è-djos qu’ an n’ sairait noéraie. Ci dgiryiâyichte chiôche le tchâd pe l’ fraid ch’lon ses dgen’lâs conv’niainches. È fait tot po piaîre en lai pubyic op’nion, po lai çhaitaie. È tchoisât le tch’mïn d’ l’ aîgietè : ses biats d’ feuyichte, ses raipports de radiodjâsiste, ses télébeûyichtiques émichions couant tus è vâ-l’ âve, vaint tus dains l’ seinche de l’ oûere, po â mons n’pe déraindgie les yéjous, les ôyatous, les laivibeû-yous qu’ n’ en aittendïnt p’ aitaint. Dïnche, è s’ veut poéyait eur’tendre c’ment qu’ïn pou
ch’ lai viratte di môtie… D’ nôs djoués, l’ ïnmaîdgie preusse ïnfye les tchois, les déchijions d’ note déguéyeinne sochietè que rite è s’ éssoûeçhiaie aiprés les sôs, les loijis, l’ aîgietè, lai gloûeriôle. È n’ y’ en é pus qu’ po l’ orine : nôs afaints sont des dgénies, nôs aipprentis sont des grôs sciençous…. Âdjd’heû, an fait f’mi de tot : d’ lai saidgeinche d’ nôs véyes dgens
qu’ sont dépéssè poi tot, qu’ n’ aint pus ran è nôs aippâre. An fait f’mi di réchpèt en cofonjaint tchie-brida pe feurrèye : lai vie és brijous ... ! An fait f’mi des naiturâs boûenes, l’hanne ât dev’ni ïn dûe. I m’muje daivô réchpèt en lai moûe de ç’te djûene fanne qu’ é bét’ment échpôjè sai vie po faire ïn échpyoit dains lai montaigne.Ch’ vôs piaît, dgiryiâyichtes, musètes â mâ qu’ vôs peutes faire en nôte djûenenche qu’ n’ é ran qu’ d’ eûyes que po vôs !

J-M. Moine

Le journalisme

J’ai lu l’autre jour dans la presse qu’un de ces célèbres professeurs d’aujourd’hui comparait un journaliste à un entonnoir. Vous savez tous ce que c’est qu’un entonnoir. C’est un de ces instruments de forme conique dont vous vous servez pour verser, par exemple, un liquide dans une bouteille. Je crois plutôt que ce professeur aurait dû comparer un journaliste moderne à un crible. Un journaliste est excellent s’il se comporte comme un entonnoir ; il parle de tout sans rien choisir, sans magouille. On ne peut jamais lui reprocher quelque chose. Mais si un journaliste se comporte comme un crible, c’est alors que commencent les problèmes. Parce que c’est lui le crible : c’est lui ne laisse passer que ce qu’il veut ! Il se permet de donner de l’importance à des riens du tout. Cela ne lui fait rien de passer sous silence des événements qu’on ne saurait ignorer. Ce journaliste souffle le chaud et le froid selon ses convenances personnelles. Il fait tout pour plaire à l’opinion publique, pour la flatter. Il choisit le chemin de la facilité : ses billets de journaliste de presse écrite, ses rapports de journaliste de radio, ses émissions télévisuelles coulent toutes au fil de l’eau, vont toutes dans le sens du vent, pour au moins ne pas déranger les lecteurs, les auditeurs, les téléspecta-teurs qui n’en attendaient pas autant. Ainsi il pourra pavoiser comme un coq sur la girouette du clocher… De nos jours, la presse imagée influence les choix, les décisions de notre société décadente qui court à s’essouffler après les sous, les loisirs, la facilité, la gloriole. Il n’y en a plus que pour la créativité : nos enfants sont des génies, nos apprentis sont de grands hommes de science… Aujourd’hui, on fait fi de tout : de la sagesse de nos vieilles gens qui sont dépassés par tout, qui n’ont plus rien à nous apprendre. On fait fi du respect en confondant liberté et anarchie : la rue aux casseurs… ! On fait fi des limites naturelles, l’homme est devenu un dieu. Je songe avec respect à la mort de cette jeune femme qui a bêtement exposé sa vie pour faire un exploit dans la montagne. S’il vous plaît, journalistes, pensez au mal que vous pouvez faire à notre jeunesse qui n’a d’yeux que pour vous !

J-M. Moine