Par : Fleury LJ
Publié : 17 novembre 2010

Eribert Affolter, RFJ, 24 octobre 2010

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 24 octobre 2010

Auteur : Eribert Affolter

Eribert Affolter, RFJ, 101024 -  MP3 - 5.4 Mo
Eribert Affolter, RFJ, 101024

24 octôbre 2010

Aimis di patois bondjoué.

Lai Coquette, ç’te djement qu’aivait bu lai yune (la lune).

Ç’ât ènne hichtoire que c’Eric Matthey de lai Tchâ-de Fds m’é raicontè. Ôyi-t !

L’ Yâde, ïn bon paiyisain de lai Courtine, aivait è vendre ïn vélat èt dous eûv’nâs (porcelets). È s’en vait en lai foére de Saignedgie. Èl é aipiaiyie (attelé) sai Coquette, tchairdgie ses tras bétes chu l’piaité di tchie è bainc.

Tchu l’tchaimp d’foére él ïnchtalle ses p’téts poûes, aittaitche le tchvâ è i bèye ènne boénne aivoinnèe. È fait l’toué di tchaimp tot en churvoyaint ses bétes. È s’râte dvaint ènne raindgie de bèlles sorindjattes (pouliche) que v’niant tot drèt des Fraintches-Montaignes. È muse en sai Coquette qu’è farait bïn rempiaicie.

É dieche, aiprès aivoi brâment mairtchaindè d’aivô pus d’ïn paiyisain, son vélât ât vendu. Tiaint és eûv’nâs, ç’ât ïn cabairtie d’Montfâcon qu’les prend.

Voili qu’è fri médé â cieutchie di môtie. Not’ hanne s’diridge d’lai sen di v’laidge po nonnaie. Airrivè â cabairet di Soraye, è r’trôve d’âtres paiyisains. Ensoinne ès pregnant ïn bon r’seugnon (repas) bïn airrôsè. Pe, c’ment qu’èls aint tus fait d’boènnes aiffaires, pus ran n’preusse ! Ès djuant les cafés-gottes ès câtches pe encoé ïn o dous tchâvés. Tiaind qu’ès s’feunent encoé râtès â Jura, en lai Pochte, â Bellevue, lai neût ât li. Èls en ains prou, è fât s’rédure.

Mon Due ! Qu’ç’ât du d’grïmpaie chu l’bainc di tchie ! Enfïn ïnchtallè, not’Yade fait è chaquaie sai rieme (son fouet) è « hiu Coquette, lai vie ât bèlle ! ». È tchainte. Hèyerousement, son tchvâ coégnat le tch’mïn èt raimoéne tot d’poi lée son mâtre en l’hôtâ. D’vaint lai mâjon l’paiyisain désemboérle (dételle) le tchvâ, l’condut â bené po l’aibreûvaie. C’ti soi li, lai yune ât pieine…, le Yâde âchi ! Lai bôle s’raimoiye (rayonne) c’ment qu’dains ïn mirou chu l’âve di nô (de la fontaine) â long di meûté d’lai Coquette. L’hanne voit çoli djeûte â môment laivoù qu’ïn nuaidge pésse d’vaint lai yune en lai coitchaint. Dains son état, not’ boiyou ât chûr qu’lai béte é bu lai yune. È s’dépâdge d’lai raimoinnaie en l’étâle po y faire engoulaie (avaler) tote ènne botoiye de dgentiainne. Duraint ènne grosse paitchie d’lai neût é bacâle son tchvâ dains les tchaimpois po y faire è didgéraie c’te bôle. Ç’te poûere béte airait poétchaint bïn fâte qu’en lai boteuche dains son étâle èt qu’en y foteuche lai paix !

Mains c’n’ât’p’ tot ! Ne voili’p qu’çi gros teûné d’Yâde rècmence le djoué d’aiprès ! Le maitïn, è révise les bousêts d’son tchvâ po voûere che lai yune y srait. Pe d’yune ! Le voili qu’prend sai djement poi l’licô è lai r’pormene dains le v’laidge en raicontaint, è tiu qu’veut l’ôyi, son hichtoire d’yune. Duraint pu d’ènne snainne, ç’ât tçhétçhe djoué lai meinme tchôse : è révise les bousêts, fait è mairtchie c’te poûre Coquette qu’n’y comprend ran. Po fini tot l’monde en é prou d’ci beûjon d’Yâde èt ç’ât l’tieum’nâ (conseil communal) qu’ prend les tchôses en mains. Dains ïn permie temps, l’diaîdge (le garde) ât tchairdgie d’botaie, en coitchatte, duraint lai neût, ènne patiçhe de poûe dains l’bousêt d’lai Coquette po faire è craire qu’son tchvâ é r’fait lai yune. Çoli mairtche bïn pochque d’ïn djoué en l’âtre an n’ont pu ôyi djâsaie d’l’aiffaire.
Po qu’ çoli n’rècmenceuche pus è que c’te fotu yune ne r’tchoyeuche pu dains le b’né, an aint déchidè de botaie ïn toét chu ci nô. Voili, ç’ât dâs ci temps-li qu’an peut vouere ïn tot bé toét tchu le r’laivou.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


24 octobre 2010

Amis du patois bonjour.

La Coquette, cette jument qui avait bu la lune

C’est une histoire qu’Eric Matthey de la Chaux-de-Fonds m’a racontée. Ecoutez !

Claude, un bon paysan de la Courtine, avait à vendre un veau et deux porcelets. Il s’en va à la foire de Saignelégier. Il attelle sa Coquette, charge ses trois bêtes sur le plateau du char à banc.

Sur le champ de foire il installe ses petits cochons, attache le cheval et lui donne une ration d’avoine. Il fait le tour du champ tout en surveillant ses bêtes. Il s’arrête devant une rangée de belles pouliches venant tout droit des Franches-Montagnes. Il pense à sa Coquette qu’il faudrait bien remplacer.

A dix heures, après avoir beaucoup marchandé avec plus d’un paysan, son veau est vendu. Quand aux petits cochons, c’est un restaurateur de Montfaucon qui les prend.

Voilà qu’a sonné midi au clocher de l’église. Notre homme se dirige du côté du village pour dîner. Arrivé au restaurant du Soleil, il trouve d’autres paysans. Ensemble ils prennent un bon repas bien arrosé. Puis, comme ils ont tous fait de bonnes affaires, plus rien ne presse ! Ils jouent les cafés gouttes aux cartes et encore un ou deux demis. Lorsqu’ils se sont encore arrêtés au Jura, à la Poste, au Bellevue, la nuit est là. Ils en ont assez, il faut se réduire.

Mon Dieu ! Que c’est dur de grimper sur le banc du char ! Enfin installé, Claude fait claquer son fouet et « hue Coquette, la vie est belle ! » Il chante.
Heureusement, son cheval connaît le chemin et ramène tout seul son maître à la maison. Devant la ferme le paysan dételle le cheval, le conduit à la fontaine pour l’abreuver. Ce soir-là, la lune est pleine…..Claude aussi ! La boule rayonne comme dans un miroir sur l’eau de la fontaine à côte du museau de la Coquette. L’homme voit cela juste au moment où passe un nuage devant la lune en la cachant. Dans son état, notre saoulon est sûr que la bête a bu la lune. Il se dépêche de la ramener à l’étable pour y faire avaler toute une bouteille de gentiane. Durant une grande partie de la nuit il promène son cheval dans les pâturages pour y faire digérer cette boule. Cette pauvre bête aurait pourtant aimé qu’on la mette dans son écurie et qu’on lui fiche la paix !

Mais ce n’est pas tout. Ne voilà pas que ce gros benêt de Claude recommence les jours suivants ! Le matin, il regarde le crottin de son cheval pour voir si la lune n’y est pas. Pas de lune ! Le voilà qui reprend sa jument par le licol et la "repromène" dans le village en racontant, à qui veut l’entendre, son histoire de lune. Durant plus d’une semaine, c’est chaque jour la même chose : il regarde les crottins, fait marcher cette pauvre Coquette qui n’y comprend rien. Pour finir tout le monde en a assez de ce benêt de Claude et c’est le Conseil communal qui prend les choses en main. Dans un premier temps, le garde est chargé de mettre, en cachette, durant le nuit, une vessie de porc dans le crottin de la Coquette pour faire croire que son cheval à refait la lune. Cela marche bien puisque d’un jour à l’autre on n’entend plus parler de l’affaire.

Pour que cela ne recommence plus et que cette foutue lune ne retombe plus dans la fontaine, on a décidé de mettre un toit sur cette fontaine. Voilà, c’est depuis ce temps-là qu’on peut voir un toit sur les lavoirs.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter