Publié : 5 janvier

Le nouvel an

Le bon an

Publié dans le Quotidien Jurassien le 5 janvier 2018

Le bon an

Bonsoi, tos les ménaidges,

Gros chires aich’ bïn que pouer’s dgens.

Nôs s’en v’nians poi le v’laidge

Vôs tchaintaie le bon an.

*

En lai toué di môtie,

L’heurleudge é fri mineût.

Po l’annèe qu’é cmencie,

Nôs vôs euffrans nos voeux.

*

Nôs d’maindans â bon Dûe

Tot ç’ que vôs f’ré piaiji :

Le bé temps po lai bûe,

Lai pieudge po vos tieutchis.

*

És hann’s qu’ainmant ïn voirre,

Que sont touedje égréyis,

Nôs yôs tyuéchans è boire,

Qu’ès feuchïnt rétenis.

*

És véyes baichatt’s ïn hanne,

és djuen’s ïn aimoérou,

Voili ço qu’è nôs sanne

Qu’an yôs peut souhaitaie d’moyou.

*

És boûeb’s que sont v’nis véyes

Sains l’ septiem’ sacrement,

Nôs yôs tyuéchans les cséyes

Tiaind les djûen’s se mairiant.

*

És grand-pér’s, és grand-mér’s

Que sont derie l’ foéna,

Des véyes djoués sains misére,

Di foin piein yos sabats.

*

Enfïn an vôs lai souhate,

Boènne èt heureuse en tus.

Que n’ feuche dj’mais paitte èt maitte

Vot’ boéche ni vot’ vertu.

D’après Paul Moine, Revue jurassienne, 1949

Note

Égréyi, desséché, disjoint.

Réteni, resserré. Signifie aussi constipé.

Ci tiuvé ât égryi, è l’ fât réteni. Ce cuveau est disjoint, il faut le resserrer.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo

Le nouvel an

Bonsoir, tous les ménages,

Gros riches ainsi que pauvres gens.

Nous venons par le village

Vous chanter le nouvel an.

*

À la tour de l’église,

L’horloge a sonné minuit.

Pour l’année qui a commencé,

Nous vous offrons nos voeux.

*

Nous demandons au bon Dieu

Tout ce qui vous fera plaisir :

Le beau temps pour la lessive,

La pluie pour vos jardins.

*

Aux hommes qui picolent,

Au gosier toujours sec,

Nous souhaitons qu’ils boivent

A en être constipés.

*

Aux vieilles filles un homme,

Aux jeunes un amoureux,

Voilà, nous semble-t-il,

Le meilleur qu’on peut leur souhaiter.

*

Aux garçons vieillis

Sans le septième sacrement,

Nous leur souhaitons de vibrer

Quand les jeunes se marient.

*

Aux grands-pères et grands-mères

Blottis derrière le fourneau,

Des vieux jours sans misère,

Du foin plein leurs sabots.

*

Enfin on vous la souhaite,

Bonne et heureuse à tous.

Que jamais ne soit molle et faible

Ni votre bourse ni votre vertu.

D’après Paul Moine, Revue jurassienne, 1949


La chronique patoise du QJ en direct :