Articles

  • Ïn sondge - 3 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 3 janvier 2020
    Ïn sondge
    Ce sonnet de Sully Prudhomme (1839-1907) adapté en patois dit en langage poétique à quel point nous sommes tous interdépendants.
    Le laboérou m’é dit en sondge : « Fais ton pain, I ne te neurris pus : graitte lai tiere et vangne. » Le téch’raind m’é dit : « Fais tes haiyons toi-meinme. » Et le maiçnou m’é dit :« Prends lai pâlatte en main. »
    Tot d’ pai moi, aibaind’nè de tote lai tyeum’nâtè, I vâdyèyôs poitchot drèt c’ment ïn réprovè Et tiaind qu’i (...)

  • Ïn conscienciou gabelou - 10 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 10 janvier 2020
    Ïn conscienciou gabelou
    Dains ïn temps pe chi loin, è y aivait encoé des gabelous dains les pochtes les pus retyiries.
    Ïn djouè, l’Osias airrive en lai dv’ane de Déridèz en véyo. D’vaint son dyidon, èl avait attaitchi ènne caîssatte pieinne de sabye. C’était â toué di Markus de posaie lai dyaidge. Ci Markus, que v’nyait d’ l’âtre sens d’ lai Sarine, était ïn tot bon bogre, mais chtrèngue chu l’ réglement. È n’ léchait ran péssaie. Tos ses caim’rades airïnt (...)

  • Dains lai pochte de Montsev’lie - 17 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 17 janvier 2020
    Dains lai pochte de Montsev’lie
    Â cieutchie de Sïnt-Marcel, è soènne lai d’mée des chés. Lai Bèrtha ât en r’taid. Lai conchultation tchie l’ méd’cïn des eûyes é dyurie pus grant que prévu. Sai pochte po Mèrvelie paît taintôt. È yi fât ritaie po ne pe lai manquaie. Mains voili, son méd’cïn des eûyes yi é eurcommaindè de n’ pe faire d’effoûe. En pus, ritaie d’aivô tos ces cabas, ç’ ât richquaie d’ se fotre poi tiere èt d’ brijaie ses novèlles breliçhes.
    Èlle (...)

  • Ïn sèrvice - 24 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 24 janvier 2020
    Ïn sèrvice
    Ïn incoégnu fïn pyein soénne tchie l’ Alcide en pyeinne neût. L’Alcide s’yeuve, euvre les lâdes èt d’mainde : Qu’ât-ce te m’ veus ? L’hanne, que l’Alcide ne peut p’ voûere dains la neût, yi répond : Vïns m’ boussaie ! È fât que te v’nieuches me bousssaie. L’Alcide, fô d’ raidge : In n’ te coégnâs pe. Èl ât les trâs di maitïn. Dains dous houres, i m’yeuve po allaie â traivaiye. Fos l’ camp èt peus léche-me dremi.
    È r’touène â yét. Sai fanne qu’é tot oûyi (...)

  • Di tot bon femie - 31 janvier

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 31 janvier 2020
    Di tot bon femie
    Tot en tchairdgeaint son tchairat d’ femie, le Lolèt se dyait : « I n’ veus p’ en aivoi prou. Oh, i n’ veus p’ manquaie de brament, mains ç’ât chûr qu’i n’ veus p’en aivoi prou. » È yi faiyait encoé femaie ïn p’tèt quart Ch’lai Foérêt èt peus dous djouénâs en l’Aidyaisse. Poi d’chu ses breliçhes, è beûyait le gros femie d’ l’Albért. Lu en aivait è r’vendre, èt peus di bé. Ès s’entendïnt bïn tos les dous.
    L’Albért soûetchait djeutement d’ l’étâle. (...)

  • Èt çoli r’aicmence - 7 février

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 7 février 2020
    Èt çoli r’aicmence Voili mon probyème, Dottoè. I m’ seus botè è boire. I aî predju mon traivaiye. Mai saintè s’en ât r’senti. Li-d’chu, mai fanne é predju patience ét èlle m’é tyitie. Èt peus ? Èt peus i seus v’ni vôs conchultaie. Vôs s’ sovïntes. Vôs m’èz gremoinnè. Vôs m’èz dit qu’i daivôs me r’pâre en mains èt peus râtaie d’ boire. Râtaie d’ boire ! Ç’ât aigie d’ dire. I n’ poéyôs p’ y airrivaie tot d’ pai moi. Vôs m’èz envie â Çhios-Henri. È y aivait li-enson des (...)

  • Le Roi é fait tamboérïnnaie - 15 février

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 14 février 2020
    Le Roi é fait tamboérïnnaie
    Le Roi é fait tamboérïnnaie Po voûere totes ces daimes Èt lai premiere qu’èl é vue Yi é voulè son aîme. Mairtyi, ât-ce que te lai coégnâs ? Tiu ât çte jolie daime ?
    Le mairtyi yi é réponju : Chire Roi ç’ât mai fanne. Mairtyi, t’és pus hèy’rou que moi D’aivoi fanne chi bèlle. Se te velôs me l’aiccoédjaie, I me tchairgerôs d’èlle. Chire, se vôs n’étïns pe le Roi, I en tirerôs vendgeince. Mains poéchque vôs étes le Roi, En votre (...)

  • Le r’méde di sïnt èrmitre - 21 février

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 21 février 2020
    Le r’méde di sïnt èrmitre
    Dains l’ Bôs d’ Rôbe, è dous pas de Dev’lie, vétyait ïn sïnt èrmitre. È maindgeait ç’ qu’è trovait d’aiprés lai séjon, des moûres, des mouchirons, des noujèlles, des faînes, des aiméres, Po aipaijie sai soi, l’âve çhiaire d’ènne soûeche. Ses pus protches véjïns, c’était ïn coupye de tchairboénous. L’hanne n’aivait qu’ïn défât : è triquait sai fanne. Â djouè d’âdj’d’heû, lai fanne s’rait aivu â tribunâ, mains dains ci temps-li, les fannes (...)

  • Londye vétyaince - 28 février

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 28 février 2020
    Londye vétyaince
    En lai Mâjon d’ véyes des Çlégies, è y é ènne cent’niere qu’é encoé tote sai téte. Vôs dairïns voûere çte mémoûere. Èlle se sovïnt d’ son régent qu’était si chtrèngue èt que triquait les afaints. Èlle se sovïnt d’ lai Mob, tiaind qu’è y aivait tos ces soudaits â v’laidge. Èlle se sovïnt qu’ès n’aivint p’ de téléphone en l’hôtâ èt peus qu’è faiyait ritaie tchie l’ véjïn â Coénât po téléphonaie. Ç’ât ïn piaiji d’ l’oûyi raicontaie.
    Lai Césarie que (...)

  • Délicieux archaïsmes - 6 mars

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 6 mars 2020
    Délicieux archaïsmes
    Les archaïsmes sont des mots sortis de l’usage, considérés aujourd’hui comme vieillis et la plupart du temps absents des dictionnaires usuels. Ceux que notre patois a conservés nous rappellent les richesses de l’ancien français.
    Pour s’informer de la date, on dit : Qué quantieme nôs sons ? Quel quantième sommes-nous ? N’est-ce pas préférable à : On est le combien ? Ènne dgerènne, une poule, correspond à l’ancien français géline. Simon (...)

  • Ïn chéduyaint malkeusse - 13 mars

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 13 mars 2020
    Ïn chéduyaint malkeusse
    Le Torin é t’aivu ïn grave aiccident. Les méd’cïns aint daivu yi copaie ènne tchaimpe. Èls yi aint botè ènne tchaimpe de bôs en lai piaice. Bïn chûr qu’è n’ât pus ataint dégaidgie qu’aivaint. È n’ sairait baittre ci tchaimpion malkeusse qu’é sâtè quasi dous mètres chu ènne seule tchaimpe. L’aivantaidge, ç’ât qu’ mit’naint è peut prévoûere le temps meu qu’ lai météo.
    Le Torin é r’pris son traivail. Èl é fait transformaie sai dyïmbarbe. En ses (...)

  • Yivrat d’écôle - 20 mars

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 20 mars 2020
    Yivrat d’écôle
    Tiaind qu’ le pére s’ât piondgie dains le bulletïn d’ sai baichatte de saze ans, èl ât v’ni enraidgi, è s’ât yevè, èl é breûyè : « Fos l’ camp, d’vaint qu’i n’ te foteuche ènne trifouillèe. Te crais qu’ ç’ât d’aivô dïnche des notes que te veus décreutchi tai maituritè ? Voili ç’ que ç’ât d’ faire lai dôbe â yûe de te pyondgie dains tes étyudes. »
    Lai baichatte yi é ryié â moère èt èlle ât montèe dains sai tchaimbre. Le lend’main maitïn, èlle n’ât p’ déchendue (...)

  • Ènne visite en l’hôpitâ - 27 mars

    Publié dans le Quotidien Jurassien le 27 mars 2020
    Ènne visite en l’hôpitâ
    Le diridjou d’ lai faibrique ât coégnu po son métchaint caractére. È dyeule aidé. En l’hôtâ, è file doux ; ç’ât sai fanne que poétche lai tiulatte. De çoli, è ne s’en brague pe. Mains dains l’ujine, ç’ât lu l’ chèf, èt èl le faît è saivoi. Pe de recoégnétchaince, peu d’encoraidg’ment. En çtu que s’ bèye de lai poéne, é s’ contente de dire :« T’airôs poéyu faire meus. »
    Lai Bébèle, qu’ât graiy’nouse dains l’entreprije dâ dieche-heûte ans èt qu’é (...)