Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Pages d’histoire > Coutumes > La Toussaint, faire enne tchïnne daivô nos mains
Publié : 11 janvier

La Toussaint, faire une chaîne avec nos mains

La Toussaint, faire enne tchïnne daivô nos mains

Lou François de Banv’lai, François Busser, Union des Patoisants en Langue Romane

FAIRE ENNE TCHÏNNE DAIVÔ NOS MAINS

I
Ç’ât ïn dimouênne d’septïmbre. Lés djoués d’vignant couétchats. D’lai tyaive s’endvïnt lai sentou dés poirattes qu’an é fini d’tirie hyé. Dains lai tyeujeune lés totchaies d’bloûeches çhérant dâ tot è maitïn. Dains quéques djoués : aidûe totes lés bésignes d’lai campaigne ! ! ! I vais r’devni ïn « lycéen » d’lai velle. Lou traivaiye se f’ré dains lai téte, lés mains v’lant dampie servi è graiyenaie : ès s’raint târes et biaintches.
Pouètchant, mitnant i seus fie d’lés aivoi dures, daivô d’lai couanne, c’ment ïn vrâ paiyisïn ! I révise et i seus djôlou dés mains di grant-pére, que çhalant tot bâlement dés pammes po faire d’lai felmousse.
Bïntôt, i n’vois pus qu’lées et i sondge.
« Voili dés mains que vodjant lés mairques de totes lés bésignes qu’ès aint aiccompyies dâ tiand qu’lou grant-pére était ïn p’te boûebat. Es sont grôsses, lairdges c’ment dés pâles, lés doiyats vaint d’traivie. Es sont ïn pô toûedjus, c’ment aipiaitis pai tos lés utis qu’ès aint tenis : lai fâ, bïn chur, et peus les maintches de tchairue, lou çhain, lai tran po dj’taie, lai foûertche po tchairgie, détchairdgie lés tchés, lai pieutche, lou crô po lés poirattes ; et peus dains lou bôs : lai coignie, lai chârpe, lai sciatte, lou pésse-poitchot. Combïn d’seillots de laicé ès aint traîts cés mains ? Cés mains foûetches et saivainnes qu’aint tirie d’lai tiere lai neûrreture d’cïnçhe afaints, lés sôs po en enviere trâs ès écôles, tote lai rétchaince de l’hôtâ et d’lai faimille ! Es aint fait âchi lou paysaidge di v’laidge, lai biâtè di finaidge.
E y en é que mépréjant lés mains mairtçhèes poi l’ôvraidge. Mains qu’ât-ce qu’ès craiyant cés beûjons ? Lés mains di grant-pére, breûlèes di s’raye et di dgeal, ès aint âchi saivu bôtaie â monde lés poichelats, lés vélots, lés pouleus, çhaitie et brecie dés neûts entieres les afaints que ne v’lant pouè dremi. Es aint saivu ainmaie et prayie.
Ïn djoué, ès vaint dev’ni bièves et roides tchu lai lessue, mains, po chur, lou Bon Dûe vait âchi lés aidmirie et lés pâre dains lés sïnnes »
II

Adjedeu, ç’n’ât pouè ïn djoué c’ment lés âtres. Lai naiture sanne dains sés pus bés haîyons : lai lumiere di paitchi feûs reuchele tchu lou voirdgie : lés celéjies, lés poiries, lés pammies nôs eûffrant tote lai biâté de yots çhios qu’étiafant c’ment aitaint de djoyouses écaquelaies.
Adjedeu, ç’ât lai féte que nôs ramoncele atoin d’nos poirants, enne féte qu’é lai tieulèe di s’raye : yots naces d’oûe !
Aipré lai mâsse, lou repés bïn airrôsè, lés dichcoués et lés tchainsons, nôs voichi d’feûs po lés photos. Lou Robert et lai Biantche sôriant è moitan d’yots afaints et pt’es afaints. Es s’bèyant lai main, en maçhiaint yots doiyats : imaidge de l’aimoé sïmpye et foûe. Mon r’dyaîd s’aittairdge tchu cés mains eunies, que n’se ressannant dyère pouètchant.

Lou pére é dés bièves mains, londges et douçattes : dés mains qu’aint chutôt t’ni lai pieume, lés paipies, virie lés paidges dés dictionnaires. Mains qu’aint racoudgè lou bïn et lou bé, dés mains aipaidgies que diant lai bïnf’saince, lai pâtience, lai saidgence, mains qu’n’aint djanmais fri niun. I lés raivoéte et i les sens encouè tiand, dains mon p’te yé d’aifnat, i lés teniôs po m’endreumi. Cés mains, ès n’aint pouè voyu sèrvi lés nazis qu’s’étïnt ïnchtallès dains l’Ailsace : ès sannent in pô çhailes, pouètchant ès aint bïn traivaiyie po ïn monde d’aimitie et de djeûtije.
Et voili cïnquante onnaies qu’lés mains d’lai manman n’aint pouè tçhittie cés di pére ! I lés r’dyaidge âchi cés mains pus couétches, pus lairdges, pus rêtches : mains d’maîtrâsse d’écôle, qu’aint taint fait d’bésigne po nôs éyeuvaie et nôs aiyeutchie. P’te boûebat, i lés revisôs que virïnt lou m’lïn è cafeta, que coujïnt, que tchassenïnt, que f’sïnt lai bûe. Pus taîd, i lés aidmirôs âchi è tieutchi, tiand i aippregnôs è t’ni lés utis. Cés mains m’aint dïnnai môtrè lou piaîji d’traivaiyie lai tiere, d’trovaie lou bonhèye dains lou saivoi et dains l’ôvraidge dés brais…
Lés poirants sôriant po lés photos, nôs sôrians tus atoin d’yôs, pouèchque yots mains nôs aint condus dains lai craiyaince d’ïn moyou aiveni po lés bouènes v’lantès. Es nôs r’bèyant l’exempye qu’ès aivïnt dje tchie yots poirants : lou simpye coraidge, qu’empoitche pouè lai pidie.

III

An peut l’dire : ïn vrâ djouè d’Tôssaint ! Ç’ât c’ment enne grije tçhevètçhe que boûetche lou cie, lou bôs, lou finaidge, lou v’laidge et c’céimetére lavousqu’i seus entrè, lai téte pienne de seuv’nis. Ïn p’te oûere métchaint bousse dés voulots d’nadge, fraids paip’ras qu’s’aiccretchant è mon mainté et més biaincs pois.
Pouè d’brut ! Pouè d’tieulèes : lés musattes sont totes po cés qu’nôs aint tçhitties…
I seus d’vaint lai fôsse dés poirants, que s’sont r’trovès ciro et qu’poyant se r’posaie ensoinne po tôdje, ravoétie lou visaidge di Bon Dûe aipré yot grante vétiaince rempiâchue de poénes et de djoûes.
I m’révije c’ment ès s’sont endreumis tot balement : lou pére po ecmencie, ïn bé maitïn de djuïn, et peus ché onnaies aipré lai mére, dains enne londge neût d’nôvembre. I m’révije d’sés deries mouts, que dyïnt tote sai bontè : ès sont çhoulès dains mon tiûere, daivô son derie sôri. Elle était bïn véye, èlle aivait pus d’nonante, mains dâdon lou monde ât veûd, nôs sont tus d’venis oûerfenats. Me, lou tchyâni, i n’sairôs rébiaie c’ment èlle m’é çhaiti, serrè dains sés brais. I sens yot tchalou, i oye lai musitye de sés baîjats !
Tot c’te vétiaince de daivoi et de tendrasse, po aibouti è c’ceimetére, dôs c’te dure piere ! Poquoi lai moûe détrut tot c’qu’ât aivu bé et bon ? Poquoi lou bonhèye s’évadne et d’vïnt vit’ment ïn seuv’ni, et aipré pus ran ?
Mains voichi qu’airrivant dains l’ceimetére lai féye et peus sés trâs boûebats. Lou pus djûene vïnt tot content vé moi ; è bote sai main dains lai mïnne et m’envirjône de son baidgelaidge. I n’sais pouè trou c’qu’è raiconte, mains è m’sanne qu’è m’dit : « coraidge, è fât qu’te me r’bèyeuche ce qu’t’és r’çi di grant-pére, de tés poirants. Les dgeûrnâtions s’cheûyant, nôs ains tus fâte de cés d’aivaint, d’yot craiyaince dains l’aimoé di Bon Dûe, d’yot fiaince dains l’aiveni. E fât nôs aippâre è r’yevaie lai téte tiand qu’nôs s’rains dains lai détrasse, è fât nôs aippâre è ainmaie not’ v’laidge et ses dgens ! »
Lai p’tete main qu’i tïns, ç’ât lai promasse qu’nôs n’vlans djanmais meuri compiètement. C’te main, elle vait âchi granti, oûevraie, ainmaie, prayie et r’allaie dains l’éternitaie. Elle ât ïn pô predjue dains lai mïnne, tchâde et târe, i lai sens que r’mue et m’gataye tot balement. Pus taîd, èlle âchi veut pâre dïnnai enne p’tete main et lai tchïnne n’s’airrâtré pouè !
I meûjure dâli tote lai çhailance et tote lai foûeche dés hannes qu’nôs sons : çhailes d’vaint lai moûe, foûes dains nos tiûeres.
Et, po fini, voichi qu’me r’vïnt ïn seuv’ni d’mai djûenence :
Ïn âtre djouè d’Tôssaint dains cte ceimetére de Banv’lai, i raivoétôs mon grant-pére, lou François qu’aivait bïn lés octante et qu’prayait d’vaint lai fôsse de sai fanne, môtche dâs grant temps. Dés laîgres muattes tchoéyïnt dains sai motchetaitche, sains râte. E s’cajait et è pûerait, lu qu’i cognéchôs c’ment ïn djoyou, è m’sannait tot po ïn côp, brijie, tchaindgie. I m’seus aippretchi : « Grant-pére, lai Rélie è paitchie è y é dôze onnaies, poquoi qu’te pûeres mitnaint ? »
E m’é répondju : « I é t’aivu lou bonhèye d’ainmaie tôdje lai mïnme, nôs ains fait enne bélle vétiaince ensoinne, ran n’poré m’rôtaie çoli. Ç’ât l’Bon Dûe l’maître, mains qu’ât-ce-que ç’ât qu’doze onnaies ? Mon tiûere n’sairait tchaindgie. »
En m’révijaint ci djoué, i seus brâment raissenédè et i m’dis : « Enne vétiaince d’hanne, çoli n’vât, cré bïn, ran ; mains ran n’vât enne vétiaince d’hanne. »

François BUSSER