Publié : 10 juillet

Histoire du Gros Louis

Hichtoire di Gros Louyis

Didier Gigon

Hichtoire di Gros Louyis

Un joué, le Gros Louyis beye ïn côp d’flée en son n’veu, le denis Boichat bouebe d’lai Mairie di PeupéP’tignat po y demaindaie d’allaie tçhrie son tchvâ tot chur dans l’tchaimpoisdi PeupP’gnat,po ïn enterre’ment d’lai vâprèe. Bïn chur ci Denis lu rimpouane d’aiccoué. E trove le tchvâ, le condut en l’hôtà, l’emborle d’vaint l’heu pe vait â vlaidge po l’aipiaiyie â tché des môes. Malheyrousement le tchev’a ècmence d’allaie è gâtche, è droite, de tirie de totes les sens è peu de yevaie le tçhu. Ci pouere Denis n’y comprend ran di tot. Èl aippeule lai Mairie, fanne d’Elie Joly, éy’vou d’roncïns que demoere â long. Ensouène ès n’poyennent ran tchaindgie. Notre pore Denis tot puéraint feut oblidgie d’ainnonçie lai novelle és dgens di môtie. Les quaitres fôssoyous pouétchennent le vé di môtie djeuqu’a ceumtire.
Tot simpyement el aivait pris le crouye tchevâ !!!! Ci tchevâ n’était djemais aiyu déboérré !

Didier Gigon

Histoire du Gros Louis

Un jour le gros Louis donne un coup de téléphone à son neveu, le Denis Boichat, fils de la Marie du Peupéquignot pour lui demander d’aller chercher son cheval certainement dans le pâturage du Peupé, pour un enterrement l’après-midi. Évidemment le Denis lui répond que oui. Il trouve le cheval, le conduit à la maison, lui met le collier puis va au village pour l’atteler au corbillard. Malheureusement le cheval commence à aller dans tous les sens, de tirer de tous les côtés et de lever le cul (ruer). Ce pauvre Denis n’y comprend rien du tout. Il appelle la Marie, femme d’Elie Joly, éleveur d’étalons qui habite à côté. Ensemble ils ne purent rien faire. Notre pauvre Denis, tout pleurant dû annoncer la nouvelle à la famille à l’église. Les quatre fossoyeurs portèrent le cercueil de l’église au cimetière.

Tout simplement il avait pris le mauvais cheval !!! Ce cheval n’avait jamais été débourré !

Didier Gigon