Par : Fleury LJ
Publié : 21 décembre 2012

Noël à Muriaux

Nâ è Meuriâ

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 21 décembre 2012.

Ès nôs aint aippris â catéchitçhe que Djésus ât nè è y é dous mille ans dains ènne bâme de Palèchtine. I l’é craiyu brâment longtemps, mains mitnaint, i n’en seus pus se chûr. Ç’ât qu’i vïns d’heurtaie ïn cadre saingnè Coghuf, vôs saîtes, ç’t’airtiste qu’é léchi Baîle po vivre tchie les Taignons. « Nâ è Meuriâ « , qu’él é graiyenè â fond. Ç’n’ât p’ènne bâme, mains ènne poûere leudge.

E y é des sapïns tot atoé. An d’vine Mairie à crepéchons d’aivô Djôsèt aippoyè chus sai cainne. L’afaint doûe. Po l’rétchâdaie, ïn bon picre Taignon yi çhiote dechus. Pô l’moment, lai sainte faimiye ât tot pâ soi, mains ès v’lant bïntôt v’ni tus, bèyie l’bondjoué en çt’afaint, des Bôs, di Çhiôs di Doubs, d’Laidjoux, de poitchot. Ès sont dj’en tch’mïn, des véyes, des afaints, des fannes, des hannes, des payisains, des eurlogies, des chires en dûemoène, des poûeres dgens. « Qu’ât-ce qu’vôs dites, qu’èl ât rveni ? » Es ritant trétus è Meuriâ.

Une nativité peu connue due à Coghuf.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo

info document -  PDF - 92.5 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">