Publié : 16 janvier 2016

Souvenirs

Seuveniainces

Bernard Chapuis, L’Hôta n°38

Seuveniainces

Le souvenir revisite le passé
et l’irradie d’une lumière magique.

Daimphreux èt Niungnèz s’ toutchant. Çtu que n’ sait p’ ne voit p’ lai diff’reince. Mon pére, qu’ât nè en 1892, était blantchie è Daimphreux. È tieujaît l’ pain po les dous v’laidges. An dyait qu’è f’sait le moyou pain de tote l’Aidjoûe. De mai vie i n’en aî maindgi ïn moyou. Tiaind qu’i yi muse, i en aî encoé tot lai grie. È s’yeuvait és quaitre di maitïn, des côps és trâs. È botait â foué voi les cïntçhes. Çoli sentait bon dains tote lai mâjon èt peus djuqu’â d’vaint l’heus. Aiprés lai fouénèe, po profitaie d’ lai tchalou di foué, des fannes aippoétchïnt des toétchés è tieudre ou bïn des quatch’lats d’ pammes è soitchi. Mon pére dédjunait èt peus prépairait sai toénè. È n’aivait p’ de dyimbarde, èl aiccreutchait ènne remorque drie son vélo. È fs’ait ènne croux chus tchéque miche, è yi botait ïn nom. Marguerite, Lucie, Antoinette. È cognéchait le goût de ses clientes, çtée-ci v’lait son pain bïn tieut, çt’âtre pe trop..

Ïn temps, è y en aivait yun d’ Tieuve que yi f’sait concurreince. Èl était pus rètche que nôs. È v’niait d’aivô ènne tchairrate tyirie poi ïn noi tchvâ. Mai mére breûyait : « Dépâdge-te, Abel, d’vaint que çtu d’Tieuve n’airriveuche ! »

Nôs aivïns dous trâs vaitches qu’i voidgeos és tchaimps l’èrbâ. È les faiyait bïn cheurvoyie, po qu’èlles n’alleuchïnt p’ dains l’ traye ou bïn dains les bett’raves. Cobïn de côps i yôs aî ritè aiprés. Mai mére les traiyait maitïn èt soi èt peus nôs, les bouebes, nôs daivïns tus prâtaie main foûetche d’vaint que d’ paitchi en l’écôle. Tchétiun sai bésaigne, not’ gros botait feu l’ feumie, l’âtre poétchait le laissé en lai frutiere. Moi, i preniôs tieusain des laipïns. Dains lai vâprèe, nôs daivïns encoé fendre le bos po l’foué.

Mon pére ne rittait p’ â môtie, mains èl était crayaint. È y en é que promettant des sous en sïnt Antoène po r’trovaie yos breliçhes ou bïn yos çhiès. Lu n’aivait p’ les moyens. Po eurméchaie, è graiyenait chu ïn biat "Bon po ènne michatte de pain" èt tçhissait le biat dains l’ tronchat di môtie. È léchait â tiurie le tieusain de r’botaie le biat en çtu qu’en aivait fâte.

Mes poirents ne djâsïnt ran qu’ frainçais d’aivô nôs. Ès vlïnt qu’ nôs feuchïns bïn prépairès po l’écôle. Mains d’avô les dgens du v’laidge, le patois, qu’était yote premie yaindyaidge, repreniait le d’chus. Mon pére en cognéchait tos les ch’crèts. È le djasait qu’ çoli f’sait piaiji d’ louyi, èt meinme, è le graiyenait sains fâte.

Aidonc, mon pére aivait dous méties, paiyisain èt blantchie. En pus, èl était poète. È graiyenait des poésies qu’ èl eurcopyait dains ïn retieuyat d’aivô ènne noire tchevétçhe. È graiyenait aich’ bïn en frainçais qu’en patois. Cment qu’èl ainmait bïn, ses clientes, è n’ rébiait djemains yote anniversaire. « Tins, Mélie, cment ç’ât tai féte, i t’aî graiyenè âtçhe. » Lai Mélie v’niait roudge cment ènne graibeusse èt vite caitchait l’ paipie dains son dvaintrie.

 tchâtemps, lai Djulia, ènne de Tieuve, f’sait le toué di v’laidge d’aivô son tchairrat po vendre ses çliejes An yi en d’maindait ènne livre poi chi, ènne étçhéye poi li, che bïn qu’â bout di v’laidge è n’yi d’moèrait quasi pus ran, dous trâs çliejes â fond d’ènne cratte, qu’èlle baiyait és afaints.

Èlle s’en r’veniait en l’hôtâ tote hèyerouse. Èlle aivait dyaingnè sai djouènèe, èt chutot, èlle aivait djâsè, èlle aivait pris di bon temps.

Ïn djoué, qu’i msovins, c’était pendaint lai dyiere, d’vaint d’aicmencie sai touénèe, mon pére lai récrie :

- Râte-te, Djulia ! T ’n’és p’fâte d’allaie pus loin. I veus t’aitchtaie totes tes çliejes.

- Qu’ât-ce te dis, Abel ?

- Vends-me tes çliejes ! È m’les fât totes. Les soudaîts m’aint commaindè des toétchés és çliejes po ci soi. Yè bïn , te m’ les bèyes ou bïn quoi ?

- Nian !

- Èt poquai ?

- T’airés tai cratte s’ te veus, ran d’ pus. È m’en encrât, Abel, mains i n’ serôs. S’i t’ vends totes mes celiejes, qu’ât-ce qu’i veus fotre tote lai sainte vâprèe ?

Dâ qu’i aî poéyu, i aî bèyie ïn côp d’main po lai toénnèe. I poétchôs le pain dains ènne hotte drie le dos èt peus i m’ yainçôs ch’ mon vélo. L’Émile que traivayait en lai saibliere, ne rentrait qu’ le soi. È léchait ïn guichèt oeuvie, ïn po trop hât po moi. I preniôs mon élan, i vijôs l’ meus qu’i poéyôs, èt peus i yainçôs çte michatte poi çt’euverture. Le soi, l’Émile lai d’vait tçhri dains tot l’poiye, dos lai tâle, dos les moubyes.

Po allaie dâ l’écôle de Niungnéz djuque ch’ lai Côte, è faiyait travoichie lai Tieuvatte chus ïn ptèt pont sains murat. Ïn côp, i seus tchoé dains lai r’viere. Les bretèlles de mai hotte étïnt prijes dains l’ guidon. I m’ seus quasi nayè. Tos mes pains flottïnt chu l’âve. I les aî raippoétchès en l’hôtâ. Nôs n’ains p’ poéyu les vendre. Nôs les ains bèyis és poûes. Mon pére les é rempiaicis. È n’ m’ é p’ granmoinnè. Èl aivait brament de compregnoure.

Les clients qu’i trovôs en l’hôtâ me paiyïnt tot comptant. Les âtres allïnt â carnet, cment an dyait. I inchcrivôs lai somme dains ïn rteuyât èt peus ès paiyïnt en lai fïn di mois
Ci Djeain-Piere Grigou, lu, n’allait p’ â carnet, è m’ paiyait comptant, çoli n’ m’airrandgeait pe. È vétyait tot d’ pai lu dains ènne petète mâjon qu’ât aivu détrute. C’était ïn grippe-sou qu’airait écoértchè ïn pouye po en aivoi lai pé. Ē preniait tos les djoués sai michatte. Lai livre côtait trente-sept centimes. Ē me bèyait dous pieçattes de vïngt. Bin svent, i n’aivôs p’ lai mannaie po yi rendre. « Te m’ dais trâs centimes, que m’diait l’hanne. Te m’ les rappoétch’rés encoé adjd’heu. » Aiprés dénèe, i sâtôs ch’ mon vélo po raippoétchaie ces trâs roudges centimes.

Voi lai cïntyaintaine, mon pére é predju lai vue. Tchétçhe médi, i yi yéjôs lai feuille. Mes poirents étïnt aiboénnès â Jura. I ainmôs bïn çte feuille, chutot les fôles de Jules Surdez, ïn tot foûe cognéchou d’ not’ hichtoire èt peus de not’ patois.

- Tiu ât-ce qu’ât moûe ? me d’maindait mon pére.

Ïn djoué, è m’é d’maindè d’ l’condûere â cèm’tèrre. È seintaît le bord des tombes d’aivô sai biantche cainne.

– Tiu ç’ât, çtu-ci ?

I yi yéjôs le nom graiynè ch’lai piere.

- Ēt peus çtu-li ?

- Djeain-Piere Grigou

- Oh bïn, ci Djeain-Piere, c’était ènne sacrée peingnatte.

Aidonc è se pentche ch’lai tombe :

- Éh bïn, t’en és prou, mitnaint, des sous, Djeain-Piere ?

Çoli fait pus d’cïnquante ans que mon pére n’ât pus. Ïn djoué, èl ât paitchi sains brut po rtrovaie ci Djeain-Piere Grigou â paiys des Tarpies. De quoi ât-ce qu’ ès djâsant les dous ensoène ? E s’diant qu’ les sous ç’ n’ ât p’ le tot, cment çtée d’ Tieuve que vendait ses çliejes.

I muse encoé tchétçhe djoué en çtu qu’m’ é bèyie, dâivô lai vie, l’aimoé di paiyis èt peus l’airoiye di patois. I aî encoé dains l’ nèz lai cheintou d’ son pain.

Bernard Chapuis

En ènne djûene dôbatte

Poquoi, dis voûere ïn pô, Aigathe
Que te n’és pe voyu de moi ?
Ât-ce que te crais, pouere bâichatte
Que t’és aivu faie po ïn roi ?

Dâ que t’és ènne belle téte,
Des tot bés l’eûyes, ïn nèz bïn droit,
Ât-ce que te crais, pouere petéte,
Qu’è n’y en é pe de meux que toi ?

Abel Chapuis 1892 – 1962

A une jeune folle

Pourquoi, dis donc un peu, Agathe,
Que tu n’as pas voulu de moi ?
Est-ce que te crois, pauvre fille
Que tu as été faite pour un roi ?

Même si tu as une belle tête,
De très beaux yeux, un nez bien droit,
Est-ce que te crois, pauvre petite,
Qu’il n’y en a pas de mieux que toi ?

— -

N 38 traduction

Souvenirs

Le souvenir revisite le passé
et l’irradie d’une lumière magique.

Damphreux et Lugnez se touchent. Celui qui ne le sait pas ne voit pas la différence. Mon père, qui est né en 1892, était boulanger à Damphreux. Il cuisait le pain pour les deux villages. On disait qu’il faisait le meilleur pain de toute l’Ajoie. De ma vie je n’en ai mangé de meilleur. Quand j’y pense, j’en encore la nostalgie. Il se levait à quatre heures du matin, parfois à trois heures. Il enfournait vers les cinq heures. Cela sentait bon dans toute la maison et jusque dehors. Après la fournée, pour profiter de la chaleur du four, des femmes apportaient des gâteaux à cuire ou des quartiers de pommes à sécher Mon père déjeunait puis préparait sa tournée. Il n’avait pas de voiture, il accrochait une remorque derrière son vélo. Il faisait une croix sur chaque miche en la nommant : Marguerite, Lucie, Antoinette. Il connaissait le goût de ses clientes, telle voulait son pain bien cuit, telle autre pas trop.

Durant un certain temps, un boulanger de Coeuve lui faisait concurrence. Il était plus riche que nous. Il venait avec une charrette tirée par un cheval noir. Ma mère criait : « Dépêche-toi, Abel, avant que celui de Coeuve n’arrive ! »

Nous avions quelques vaches que je gardais aux champs en automne. Il fallait bien les surveiller, pour qu’elles n’aillent pas brouter le trèfle ou les betteraves. Combien de fois je leur ai couru après. Ma mère les trayait matin et soir et nous, les garçons, nous devions tous donner un coup de main avant de partir à l’école. A chacun sa tâche, l’aîné sortait le fumier, le second portait le lait à la laiterie. Moi, je soignais les lapins. L’après-midi, nous devions encore fendre le bois pour le four.

Mon père ne courait pas à l’église, mais il était croynt. Il en est qui promettent de l’argent à saint Antoine pour retrouver leurs lunettes ou leurs clés. Lui n’en avait pas les moyens. Pour remercier, il écrivait sur un bout de papier "Bon pour une miche de pain" et il glissait le billet dans le tronc de l’église. Il laissait au curé le soin de remettre le bon à une personne dans le besoin.

Mes parents ne parlaient que français avec nous. Ils voulaient que nous soyons bien préparés à entrer à l’école. Cependant, avec les gens du village, le patois, qui était leur premier langage, reprenait le dessus. Mon père en connaissait tous les secrets. Il le parlaut avec aisance et l’écrivait sans fautes. C’était un plaisir de l’entendre.

Ainsi, mon père avait deux métiers, paysan et boulanger. En outre, il était poète. Il écrivait des poésies qu’ il recopiait dans un carnet à couverture noire. Il écrivait aussi bien en français qu’en patois. Comme il aimait bien, ses clientes il n’oubliait jamais leur anniversaire. « Tiens, Mélie, puisque c’est ta fête, je t’ai écrit quelque chose. » Mélie rougissait comme une écrevisse et vite cachait le papier dans son tablier.

En été, Julia, une femme de Coeuve, faisait le tour du village avec son petit char à bras pour vendre ses cerises. On lui en demandait une livre par ci, une écuelle par là, si bien qu’à la fin du village, il ne lui restait presque plus rien, quelque cerises au fond d’un corbillon, ; elle les distribuait aux enfants.

Elle rentrait chez elle toute guillerette. Elle avait gagné sa journée, et surtout, elle avait bavardé, elle avait pris du bon temps.

Un jour, - je me souviens, c’était pendant la guerre -, avant de commencer sa tournée, mon père la hèle :
- Arrête-toi, Julia ! Tu n’as pas besoin d’aller plus loin. Je veux t’acheter toutes tes cerises.
- Qu’est-ce que tu dis, Abel ?
- Vends-moi tes cerises ! Il me les faut toutes. Les soldats m’ont commandé des gâteaux aux cerises pour ce soir. Eh bien , tu me les donnes ou quoi ?
- Non !
- Et pourquoi ?
- Tu auras ton corbillon si tu veux, rien de plus. Je regrette, Abel, mais je ne peux pas. Si je te vends toutes mes cerises, qu’est-ce que je vais faire tout l’après-midi ?

Dès que j’ai pu, j’ai donné un coup de main pour la tournée. Je portais le pain dans une hotte derrière le dos et je m’élançais sur mon vélo. Émile, qui travaillait à la sablière, ne rentrait que le soir. Il laissait une imposte ouverte, malheureusement c’était un peu trop haut pour moi. Je prenais mon élan, je visais du mieux que je pouvais, et je lançais la michette par cette ouverture. Le soir, Émile devait la chercher dans toute la chambre, sous la table, sous les meubles.

Pour aller de l’école de Lugnez jusque sur la Côte, il fallait traverser la Coeuvatte sur un petit pont sans parapet. Une fois, je suis tombé dans la rivière. Les bretelles de ma hotte étaient prises dans le guidon. J’ai failli me noyer. Tous mes pains flottaient sur l’eau. Je les ai rapportés à la maison. Nous n’avons pas pu les vendre. Nous les avons donnés aux cochons. Mon père les a remplacés. Il ne m’a pas grondé. Il savait faire preuve de compréhension.

Les clients que je trouvais chez eux payaient tout de suite. Les autres "allaient au carnet", comme on disait alors. J’inscrivais la somme due dans un calepin et ils payaient à la fin du mois.
Jean-Pierre Grigou, lui, n’allait pas carnet, il me payait sur-le-champ, ce qui ne m’arrangeait pas. Il habitait seul dans une petite maison aujourd’hui détruite. Il était d’une telle avarice qu’il aurait écorché un pou simplement pour en avoir la peau ; ça peut toujours servir. Chaque jour, il prenait sa michette. A l’époque, la livre coûtait trente-sept centimes. Il me donnait deux pièces de vingt. Bien souvent, je n’avais pas la monnaie à lui rendre. « Tu me dois trois centimes, me disait-il. Tu me les rapporteras encore aujourd’hui. » Après dîner, sautais sur mon vélo pour lui rapporter ces trois centimes rouges.

Vers la cinquantaine, mon père a perdu la vue. Tous les jours à midi, je lui lisais le journal. Mes parents étaient abonnés au Jura. J’aimais bien ce journal, surtout les histoires de Jules Surdez, un fin connaisseur de notre histoire et de notre patois.
- Qui donc est mort, ? me demandait mon père.

Un jour, il m’a demandé de le conduire au cimetière. Il tâtait le bord des tombes du bout de sa canne blanche.
- Celui-ci, qui est-ce ?
Je lui lisais le nom gravé sur la pierre.
- Et celui-là ?
- Jean-Pierre Grigou.
- Oh, ce Jean-Pierre, c’était un sacré avare.
Là-dessus, il se penche sur tombe :
- Eh bien, t’en assez, maintenant, des sous, Jean-Pierre ?

Cela fait plus de cinquante ans que mon père est mort. Un jour,, il est parti sans bruit retrouver ce Jean-Pierre au pays des Taupes. De quoi parlent-ils tous les deux ? Ils se disent que les sous, ce n’est pas tout, comme cette femme de Coeuve qui vendait ses cerises.

Je pense encore chaque jour à celui qui m’a donné, avec la vie, l’amour du pays et la musique du patois. Je sens encore l’odeur de son pain.

Bernard Chapuis

En ènne djûene dôbatte

Poquoi, dis voûere ïn pô, Aigathe
Que te n’és pe voyu de moi ?
Ât-ce que te crais, pouere bâichatte
Que t’és aivu faie po ïn roi ?

Dâ que t’és ènne belle téte,
Des tot bés l’eûyes, ïn nèz bïn droit,
Ât-ce que te crais, pouere petéte,
Qu’è n’y en é pe de meux que toi ?

Abel Chapuis 1892 – 1962

A une jeune folle

Pourquoi, dis donc un peu, Agathe,
Que tu n’as pas voulu de moi ?
Est-ce que te crois, pauvre fille
Que tu as été faite pour un roi ?

Même si tu as une belle tête,
De très beaux yeux, un nez bien droit,
Est-ce que te crois, pauvre petite,
Qu’il n’y en a pas de mieux que toi ?