Publié : 15 septembre

Aimé témoigne du temps passé. 2

Aimé témoingne di véye temps. 2

l’micou, Michel Cerf, 28 mai 2017

Paru dans l’Ajoie, 170528

Aimé témoingne di véye temps (II).

- Lo patois, ç’ât malaijie, me dit Aimé : è tchaindge d’ïn v’laidge en l’âtre.
Moi, i aî putôt öyi djasaie l’patois de Hâte-Aîdjoûe, tiaind i étôs afaint, mains lés diffreinces ne sont’pe chi impoétchaintes. Lai « noi » ât dev’ni lai « nadge », « bondjoué » èt « encoé » se diant « bondjo » èt « enco »…

- Dains lai Barotche, nôs étïns ènne rotte d’aimis que nôs r’trovïns po tchaintaie èt djasaie en patois. I n’serôs pu dire lo nom de ç’te rotte, mains i m’sovïnt qu’ç’ât l’régent Albin Rérat, d’Ésué, que nôs diridgeait. Nôs riainnes en musaint qu’en l’écôle, è n’y é’pe chi grant, an était oblidgie de djasaie français.

- Mai mére, èlle aivait ïn onçha que s’aippelait Jacques-Bernard Nussbaum. Él ât aivu soudaie dôs Napoléon. Ç’ât aivu dés annèes djainqu’èl ât r’veni.

- Dali, èl ât r’veni vétçhiaint !

- Tiand èl ât r’veni, èl é dit és dgens di v’laidge : I seus Jacques-Bernard Nussbaum. Mains lés dgens di v’laidge yi dïnt :

- C’n’ât’pe possibye, dains ç’te baitaiye que te djases, ès sont tus moûes !

- Èt bïn moi, i seus vétçhiaint ! S’vôs ne me craites pe, allès voûere dains ènne tâ mâjon. Tchu ènne paîne (poutre), â dieûgnie, vôs v’lès trovaie lés premieres lattres de mon nom !

- Dali è s’aipplait Jacques-Bernard èt c’était l’onçha d’vôt mére... Voili ïn anchétre que compte !

- Lo pére de mai mére, c’était Alexandre Nussbaum. Èl était fondeur.

- Èt peus qu’ât-ce qu’ès fsïnt dains çte fonderie ? Dés gréyes, dés tyaus ? (dés grilles, dés tuyaux).

- È y é ïn buste, â Jardin Botanique, lo buste de Xavier Stockmar, èt bïn ç’ât lu que l’é fonju ! Vôs peûtes allaie voûere. È pairât qu’èl ât saingnie.

- I l’coégnâs ci buste, è y é craibïn achi lo buste de Thurmann qu’ât aivu fonju è Tchairmoiye. Ç’te fonderie, qu’ât-ce qu’èlle ât devni ?

- Ô ! èlle ât enco li. Vôs lai peûtes voûere : ç’ât ci tchairi qu’an voit d’l’â d’dôs de çte majon, droit li â long... Èt peus lés pilies di môtie èTchairmoiye, que t’niant lai tribune, ç’ât lu qu’lés é faits ! È y é mairtçhè d’chus : « Frères Nussbaum ». I crais qu’èls étïnt dous fréres que traivaiyïnt ensoinne.

- Èls aivïnt dés ôvries ?

- Ô moi i n’me raippeule pe qu’èls euchïnt travaiyie. I aivôs ïn an, tiaind mon grand-pére ât moûe. È pairât qu’è diait : « mon Dûe, ci pouere petèt, chi èl était pie gros... » Ç’ât mai mére que m’é raicontè çoli !

È y aivait ènne écluse droit d’vaint lai fonderie. Ç’était po pare l’âve dains lai r’viere, po lai rue... ènne rue è aubes.

- Ç’était po lai foûeche... po émeûdre lés machines. Po fondre, i muse qu’ès allïnt tçheri l’bôs dains lai côte ?

- Nian, ès utilijïnt di tchairbon. I en aî r’trovè dains ci tchairi. I n’sais’pe c’ment qu’ès l’aimoinnïnt djainque poi chi. Craibïn aivôs dés tchvâs...
Voû ç’qu’èl ât ci temps-li ?

L’micou

- Vôs troverés cés bustes en ç’t’aidrâsse : allaine.com/pages/bustes.html