Par : Fleury LJ
Publié : 23 septembre 2012

Une visite chez Amélie

Ènne visite en çte Mélie

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 5 octobre 2012.

I seus t’aivu voûere çte Mélie. Vôs saîtes, çté qu’son hanne était tchoé de ci çlégie qu’an crayaît qu’èl était fotu. Èlle tricotaît des tchâsses, i n’sais p’diaile po tiu.

– Bïn l’bondjoué, Mélie. È vait ?

– È vait, è vait. Siete-te ènne boussiatte. I veus t’voichaie ïn p’tèt tyissat.

– Èt peus ces tchaimpes ?

– Çoli vait. Oh, te saîs, ç’n’ât pus po ritaie és mouchirons. Ç’ât di véye bôs.

Nôs ains djâsè di vlèdge, di véye temps, èt peus de cés que sont paitchis. È m’sannaît qu’èlle aivait encoé tote sai téte. Tot d’ïn côp, èlle me faît :

– Ç’ât qu’i vais chu mes quaitre-vingts.

Moi qui lai coégnâs bïn, i yi dis :

– Mains, Mélie, vôs les èz dj’aivus. Vôs èz fétè vos nonante lai snainne péssèe.

– T’és chûr ? Ces tchairvôtes, t’veus craire, ès n’m’aint ran dit.

Amélie, nonagénaire, ne se souvient plus de la fête organisée pour son anniversaire.

info document -  MP3 - 1.3 Mo
info document -  MP3 - 1.3 Mo

info document -  PDF - 93.1 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">