Publié : 27 juin 2018

Le combat d’en dedans

L’ combait d’en d’dains

Eric Matthey

L’ combait d’en d’dains

Ïn soi, ïn véye hanne djasait en son p’tét boûebat di combait qu’ se dérôle en d’dains d’ nôs. Èl l’échpyiquait c’ment qu’ è cheût :

—  È y é dous leus (obïn lous, loups) dains tchétiun d’ nôs !

Le leu di Mâ : ç’ât lai graingnaince, l’envietaince, lai djailousie, lai trichtèche, l’ encrâ, l’ aivârice, l’airrogaince, lai croûy’tè, lai métchainn’tè, lai ment’rie, l’ordyieû, l’ eurdgeanne, lai condoigne, lai fierté, lai djedây’rie, l’ aivânie, l’ tot po soi…

Le leu di Bïn : ç’ât lai djoûe, lai paix, l’aimoué, l’échpéraince, l’ pyaîn, lai chïmpyichitè, lai bontè, lai douçou, lai bïnveuyaince, l’ pairtaidge, lai voirtè, lai pidie…

Aiprès aivoi musaie duraint ènne boussiatte, le p’tét fé d’mainde :

—  Dis voûere Graind-Pére, l’qué des dous leus diaigne ?

Le papon lu réponjé tot sïmpyement :

—  Ç’ât çtu qu’ te neûrras !

Le Pélard è pe Les Foulets, po lai Sïnt-Nicolâs 2011.

Tèchte graiy’nè en frainçais poi Janine Bauermeister è pe tradût pe airraindgi en patois poi
Eric Matthey