Publié : 27 juillet 2018

La galette des rois

L’ toétché des rois

Eric Matthey

L’ toétché des rois

(l’ cïntçhe de djanvie 2001)

poi Eric Matthey,

Seuv’ni d’ ïn âtre temps, encoé en eûsaidge poi chi poi li, lai féte des rois ât tchoisi pou nanmaie ïn roi, c’ment qu’ çoli se f’sait dains l’ Aintitçhitè.

Ci djoué-li, lai faimille è les aimis s’ raissembiant pou ènne nonne obïn ènne djôyouse moirande. En lai fïn di r’pés, ïn toétché dains l’qué an ont coitchi ènne faiviôle ât aippoétchè tchu lai tâle. Èl ât copè en aitaint d’ moéchés qu’ è y é d’ dgens, pe dichtribuè en tchétçhun. Ç’tu qu’ trove lai faiviôle dains sai paît ât nanmè roi d’ lai rotte.

Dâli, ci roi tchoisât sai raînne. Bïn chur, que ch’ ç’ ât ènne daime, èlle tchoisât son roi. Les dous éyus s’ sietant â bout d’ lai tâle, pe tchétçhun taipe (dains ses mains) po yôs, tchétçhe côp qu’ quéqu’un yeve son voirre !

Dains l’ temps, l’ toétché des Rois s’ trovait quasi tchu totes les tâles di Jura. Adjed’heû, lai côtume s’ ât ïn pô peurdju, obïn èlle é bïn tchaindgie. È n’ ât p’ aîjie d’ trovaie ïn toétché d’ aivô ènne faiviôle. Ç’té-ci ât aivu rempiaicie poi ènne nâye en socre vou poi ènne pop’natte en piaître. An ont rébiè qu’ dains l’ Aintitchitè lai faiviôle ât aivu ïn sacrè lédyume qu’ an botait ch’ les ceinm’téres pe qu’ an pregnait po aipâjie les mad’jies l’ échprits pe les r’veniaints.

Ci-en-d’vaint, les poûeres l’ afaints allïnt fri en lai poûetche des rétches pe d’maindïnt yote paît di toétché qu’ an aipp’lait « lai paît è Dûe ».

Ès tchaintïnt :

Nôs sons d’ ïn étraindge paiyis
V’nis en ci yûe
D’maindaie è tiu maindge
Lai paît è Dûe.

(Nous sommes d’un pays étrange
Venus en ce lieu
Demander à qui mange
La part à Dieu.)

Ïnchpirè pe trâdut de : Fêtes légendaires du Jura (bernois), Célestin Horstein, 1924.